00:00
titre: Susan Suisse,1974, 16mm, coul.,15 min public: oui

film-Pool du Centre suisse du cinéma Zurich

Présente :

SUSAN

images Pat Stern, son Carol Johnson,montage Mary Watson, réalisation Jacqueline Veuve*

*JACQUELINE VEUVE :

jacquelineveuve.ch

long plan séquence

une femme devant un tableau noir un livre à la main fait répéter des phrases à des étudiants

voix off de l'enseignante de français à Boston et Havard

"L'enseignement de français est assez inutile dans le monde actuel."

tandis que j'enseigne le karaté aux femmes uniquement*

(*ce sont les années où les femmes s'emparent des techniques de self-help

Je sais que je leur enseigne quelque chose qui peut LEUR SAUVER LA VIE

des femmes en tenue s'entrainent au karaté dans une grande pièce . BRUITS DES PIEDS ET DU SOUFFLE rythmés par les nombres attribuées aux positions

(voir le film "Fem Do Chi - Self défense pour femmes"

réalisé par Bourgault Hélène & Delesalle Bénédicte en 1984 produit par le Centre Simone de Beauvoir)

femmes s'entrainant et voix off de Susan relatant sa relation désastreuse avec un homme

(Susan dans un superbe fauteuil orange)

furieuse contre lui et tous les hommes en général, le karaté m'a permis de m'exprimer

au karaté les femmes sont là pour faire quelque chose de commun, découvrir ce qui est enfoui

Expérience de Susan qui utilise le punchnig ball comme défouloir de sa propre violence

scènes d'entrainement* en alternance avec entretien avec Susan

*dénommés les Kihon les exercices de répétition de mouvement sont effectués seul-e. Ce sont des techniques défensives, d'attaque ou de contre-attaques.

GP de Susan s'exerçant

mon corps est autre chose qu'un ORNEMENT

M'habiller différement pour BOUGER, COURIR ...

Pantalon plus de soutien gorge*

*en 1968 des féministes américaines mènent des actions contre Miss America Pageant dont l'installation d'une poubelle pur y brûler des symboles de féminité dont le soutien gorge

Susan face à ses élèves dans salle entrainement

SON : bruits des corps, nombres

alternance karaté et entretien

je me définis par RAPPORT A MOI MEME, je me plais plus

Le Karaté a changé nos corps et notre conception de nous-mêmes.

Passer un vendredi soir à faire du karaté plutôt que quelque chose lié aux hommes : "SI ON NE SORT PAS AVEC UN HOMME VENDREDI SOIR LA VIE EST RATEE"(sur le même mode en 2009 "Si à 50 ans on n'a pas une Rolex, c'est qu'on a raté sa vie" Jacques Ségala)

J'ai fait quelque chose pour les femmes, avec les femmes, pour moi, pour nous toutes !

voix de Jacqueline Veuve : Qu'est ce que cela change pour les femmes ?

Susan : On peut par exemple OUVRIR UNE BOITE DE CONSERVE mais le plus important c'est SORTIR LE SOIR AU CINEMA par exemple SEULE.

Avant je serai restée chez moi EFFRAYEE

(cela appelle à questionner la notion de l'occupation de l'espace public par les hommes: dans les années 70 seront lancées les marches de nuit* de femmes pour se réappropier l'espace public. Aujourd'hui sur un mode moins militant et plus lié à la sécurité, ce sont les marches exploratoires**

*Prenons la nuit ! Le 9 juin 1974 à Paris, première manifestation de nuit sur le thème Prenons la nuit, pour dénoncer l’interdiction faite aux femmes de circuler la nuit.

**http://www.ville.gouv.fr/?un-guide-methodologique-sur-les

GP mains pieds et femmes pratiquant karaté , PM deux femmes s'affrontant

chiffres du FBI : 1 viol toutes les 2 minutes aux Etats-Unis, à Cambridge 1 viol par jour.

Un nombre infini de femmes ne portent pas plainte

Questions de la police sur l'habillement l'heure de sortie le fait d'être mariée, de prendre la pilule etc...

Démonstration mimée d'une agression qui se voulait drôle

et de la réaction physique de Susan (plan de coupe avec une karateka qui casse une planche de bois)

ATTENTION JE VAIS VOUS FAIRE MAIL (Susan face aux hommes)GP main prête à frapper

Plan de casse de planche par des karatekas suivis de cris de joie et d'applaudissements es participantes au cours.

FIN du film.

titre: Susan (annotée par nff) public: OUI
Cliquer sur les barres bleues pour voir les annotations.
ok