jeudi 4 mai 2017
18:30 → 20:30 - lieu : Forum des images
Séminaire Delphine Seyrig : Les paradoxes d’une actrice féministe

Dans le cadre du projet de recherche et d’exposition
Exposer Delphine Seyrig ?

« Ce séminaire explore la relation complexe entre la carrière d’actrice de Delphine Seyrig et son féminisme durant les années 1970. Le point de départ sera le Festival de films de Cannes de 1975, où Seyrig présentait trois films : Aloïse (Liliane de Kermadec), India Song (Marguerite Duras) et Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles (Chantal Akerman). Les critiques ont remis en cause la nature politique de ces films en raison de leur approche formaliste, comme si formalisme et politique devaient s’exclure mutuellement. Ceux qui ont reconnu une perspective féministe dans ces films, l’ont attribuée aux seules réalisatrices. Il leur était difficile de comprendre ou simplement de reconnaitre le féminisme de Seyrig – et des actrices en général. Au cours de ce séminaire, je reviens sur les collaborations de Seyrig avec des metteurs en scène, sa confrontation avec la réalité de la vie d’actrice puis son passage à la réalisation, en particulier avec Sois belle et tais-toi (1976) – l’un des premiers documentaires sur les actrices.
La bataille de Seyrig pour modifier la perception que journalistes et intellectuels ont des actrices aura contribué à réorienter l’histoire du cinéma, histoire focalisée sur les metteurs en scène hommes. La carrière de Seyrig nous permet d’entrevoir une histoire du cinéma riche de l’apport de Seyrig, actrice féministe. »
Grace An

Grace An est professeure de cinéma français et directrice du département de cinéma à Oberlin College. Elle a obtenu son doctorat à Cornell University, où elle avait travaillé sur les relations franco-asiatiques dans le cinéma français, et plus recémment, elle donne des cours sur les vedettes ("Stars Studies" en anglais), les films documentaires, et la Nouvelle Vague et le New Hollywood. Elle est en train d’écrire le livre Disobedient Muse : Delphine Seyrig, Feminism, and The Cinema et un deuxième avec un collègue, Cinema, Cinema Studies, and The New : Disciplining Film in the Age of the French New Wave and the American New Hollywood.

[EN]
Delphine Seyrig and the Paradoxes of a Feminist Actress

"This seminar explores the complex relationship between Delphine Seyrig’s career as an actress and her feminism during the 1970s. It opens at the Cannes Festival of 1975, where three of Seyrig’s films were exhibited : Aloïse (Liliane de Kermadec), India Song(Marguerite Duras) and Jeanne Dielman, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles (Chantal Akerman). Critics have questioned the political nature of films such as Jeanne Dielman and India Song because of their high-art formalism, as if politics and formalism were somehow mutually exclusive. Critics who did discern feminist politics in these movies attributed that politics to the films’ directors. It seemed much harder to understand, or even acknowledge, the feminism of actress Seyrig—and of actresses in general. I discuss Seyrig’s collaborations with directors, her struggle with the professional realities of being an actress, and her turn toward film direction, notably of Be Pretty and Shut Up (1976)—one of the first feature-length documentaries on actresses. Seyrig’s efforts to change the journalistic and intellectual perception of actresses helped redirect the writing of film history, which has typically favored the history of male directors, towards a film history in which we, thanks to her career, can better understand Seyrig’s numerous contributions as a feminist actress." Grace An

Grace An is associate professor of Cinema Studies and French at Oberlin College, and Director of the Cinema Studies Programme. For her Ph.D. (Cornell University) she worked on French-Asian relations in French cinema. More recently, she has taught classes on Star Studies, Documentary film, Nouvelle Vague and New Hollywood cinema. She is currently working on two books, the first one is entitled Disobedient Muse : Delphine Seyrig, Feminism and the Cinema ; The second one, in collaboration with William Patrick Day, is about Cinema, Cinema Studies, and The New : Disciplining Film in the Age of the French New Wave and the American New Hollywood.

Le séminaire Exposer Delphine Seyrig ? a lieu dans le cadre du projet de recherche et d’exposition qui vise à repenser la personne et les œuvres de Delphine Seyrig (1932-1990) dans le présent. Actrice, réalisatrice, féministe et co-fondatrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, Seyrig est une figure singulière dont la trajectoire croise celle de l’histoire du cinéma, du théâtre, de la vidéo et du féminisme.

Ce projet du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir est organisé par Nataša Petrešin-Bachelez, Nicole Fernández Ferrer et Giovanna Zapperi avec le soutien de la Fondation de France, du Forum des images et de Travelling féministe.

Les traces
Séminaire Delphine Seyrig : Les paradoxes d’une actrice féministe

Dans le cadre du projet de recherche et d’exposition
Exposer Delphine Seyrig ?

« Ce séminaire explore la relation complexe entre la carrière d’actrice de Delphine Seyrig et son féminisme durant les années 1970. Le point de départ sera le Festival de films de Cannes de 1975, où Seyrig présentait trois films : Aloïse (Liliane de Kermadec), India Song (Marguerite Duras) et Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles (Chantal Akerman). Les critiques ont remis en cause la nature politique de ces films en raison de leur approche formaliste, comme si formalisme et politique devaient s’exclure mutuellement. Ceux qui ont reconnu une perspective féministe dans ces films, l’ont attribuée aux seules réalisatrices. Il leur était difficile de comprendre ou simplement de reconnaitre le féminisme de Seyrig – et des actrices en général. Au cours de ce séminaire, je reviens sur les collaborations de Seyrig avec des metteurs en scène, sa confrontation avec la réalité de la vie d’actrice puis son passage à la réalisation, en particulier avec Sois belle et tais-toi (1976) – l’un des premiers documentaires sur les actrices.
La bataille de Seyrig pour modifier la perception que journalistes et intellectuels ont des actrices aura contribué à réorienter l’histoire du cinéma, histoire focalisée sur les metteurs en scène hommes. La carrière de Seyrig nous permet d’entrevoir une histoire du cinéma riche de l’apport de Seyrig, actrice féministe. »
Grace An

Grace An est professeure de cinéma français et directrice du département de cinéma à Oberlin College. Elle a obtenu son doctorat à Cornell University, où elle avait travaillé sur les relations franco-asiatiques dans le cinéma français, et plus recémment, elle donne des cours sur les vedettes ("Stars Studies" en anglais), les films documentaires, et la Nouvelle Vague et le New Hollywood. Elle est en train d’écrire le livre Disobedient Muse : Delphine Seyrig, Feminism, and The Cinema et un deuxième avec un collègue, Cinema, Cinema Studies, and The New : Disciplining Film in the Age of the French New Wave and the American New Hollywood.

[EN]
Delphine Seyrig and the Paradoxes of a Feminist Actress

"This seminar explores the complex relationship between Delphine Seyrig’s career as an actress and her feminism during the 1970s. It opens at the Cannes Festival of 1975, where three of Seyrig’s films were exhibited : Aloïse (Liliane de Kermadec), India Song(Marguerite Duras) and Jeanne Dielman, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles (Chantal Akerman). Critics have questioned the political nature of films such as Jeanne Dielman and India Song because of their high-art formalism, as if politics and formalism were somehow mutually exclusive. Critics who did discern feminist politics in these movies attributed that politics to the films’ directors. It seemed much harder to understand, or even acknowledge, the feminism of actress Seyrig—and of actresses in general. I discuss Seyrig’s collaborations with directors, her struggle with the professional realities of being an actress, and her turn toward film direction, notably of Be Pretty and Shut Up (1976)—one of the first feature-length documentaries on actresses. Seyrig’s efforts to change the journalistic and intellectual perception of actresses helped redirect the writing of film history, which has typically favored the history of male directors, towards a film history in which we, thanks to her career, can better understand Seyrig’s numerous contributions as a feminist actress." Grace An

Grace An is associate professor of Cinema Studies and French at Oberlin College, and Director of the Cinema Studies Programme. For her Ph.D. (Cornell University) she worked on French-Asian relations in French cinema. More recently, she has taught classes on Star Studies, Documentary film, Nouvelle Vague and New Hollywood cinema. She is currently working on two books, the first one is entitled Disobedient Muse : Delphine Seyrig, Feminism and the Cinema ; The second one, in collaboration with William Patrick Day, is about Cinema, Cinema Studies, and The New : Disciplining Film in the Age of the French New Wave and the American New Hollywood.

Le séminaire Exposer Delphine Seyrig ? a lieu dans le cadre du projet de recherche et d’exposition qui vise à repenser la personne et les œuvres de Delphine Seyrig (1932-1990) dans le présent. Actrice, réalisatrice, féministe et co-fondatrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, Seyrig est une figure singulière dont la trajectoire croise celle de l’histoire du cinéma, du théâtre, de la vidéo et du féminisme.

Ce projet du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir est organisé par Nataša Petrešin-Bachelez, Nicole Fernández Ferrer et Giovanna Zapperi avec le soutien de la Fondation de France, du Forum des images et de Travelling féministe.


En collaboration avec