Mai 1967 à Pointe-à-Pitre : « Un massacre d’Etat » // Entretien avec Michelle Zancarini-Fournel pour L’Humanité

Il y a cinquante ans, en Guadeloupe, une manifestation ouvrière était réprimée dans le sang. Bilan officiel : huit morts. Bien plus en réalité. L’historienne Michelle Zancarini-Fournel revient sur cet épisode oublié de la France postcoloniale.

 

 

« L’indépendance de l’Algérie et la révolution cubaine ont eu lieu respectivement cinq ans et huit ans plus tôt. Le massacre de Pointe-à-Pitre intervient deux mois seulement après les émeutes qui se sont produites à Djibouti à la suite d’un référendum d’autodétermination. Là aussi, l’armée avait tiré à vue. En écho, dans les manifestations de mai 1967 en Guadeloupe, on scandait « Djibouti, Djibouti », pour rappeler les violences qui avaient eu lieu dans cet autre territoire français d’outre-mer. »

Lire l’article: http://www.humanite.fr/mai-1967-pointe-pitre-un-massacre-detat-636544

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


En collaboration avec