MANTHIA DIAWARA est l’invité du séminaire « Something You Should Know: Artistes et Producteurs Aujourd’hui » le 24 mai à la MSH (Paris)

 

Mercredi 24 mai 2017

De 19h à 21h à la MSH, 16-18 rue Suger 75006 Paris (Métro Odéon ou Saint-Michel)

La salle n’est pas ouverte avant 18h50.

Pour respecter les mesures de sécurité durant l’état d’urgence, il est nécessaire de s’inscrire préalablement : somethingyoushouldknow-request@ehess.fr.
Les portes seront fermées à 19h10.

For security measures, please register at this address if you wish to attend this event : somethingyoushouldknow-request@ehess.fr

No access without registration. The doors will close at 7.10 pm.

 

Manthia Diawara est né au Mali en 1953, et a passé une partie de son enfance en Guinée. Titulaire d’une chaire à New York University où il enseigne la littérature comparée et le cinéma, Manthia Diawara y dirige l’Institute of African Affairs. Il est aussi le directeur de la revue Black Renaissance/Renaissance Noire, une revue bilingue qui publie des essais, nouvelles, critiques littéraires et artistiques sur l’Afrique et sa Diaspora. Diwara a reçu de nombreux prix et distinctions, et enseigné à Princeton University, Harvard, Cornell, Stanford University, à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a obtenu différentes subventions pour ses travaux, de la Ford Foundation, la Rockefeller Foundation, d’ARTE /ZDF et la Andy Warhol Foundation for the Arts.
Tout au long de sa carrière, Manthia Diawara a publié de nombreux ouvrages qui font référence, dont Black-American Cinema: Aesthetics and Spectatorship (ed. Routledge, 1993), African Cinema: Politics and Culture (Indiana University, 1992). Il a publié en 1993 Black American Cinema (AFI Film Readers, Londres, Routledge), et, avec Houston Baker et Ruth Lindeborg Black
British Cultural Studies: A Reader
(Black Literature and Culture Series, Chicago, University of Chicago Press, 1996) ; Blackface (With photographs by David Levinthal (Arena Press, 1999). En 2003 Diawara a publié un récit autobiographique et politique, We Won’t Budge: An African Exile in the World (Basic Civitas Books, 2003).

Cinéaste, Diawara a réalisé de nombreux essais filmés : Sembene Ousmane : la création du Cinéma africain (1993, 54mn) ; Rouch à l’envers (1995, 51min) ; En quête d’Afrique (1999, 19min) ; Diaspora Conversation (2000, 47min) ; Bamako Sigi-kan (2002, 76 min) ; Conakry kas (2004, 83min), 1er prix au Documentary Film Golden Dhow, Zanzibar International Film Festival 2004 ; Meilleur documentaire TV, 1er Prix Fiction & Documentaire, FESPACO 2005 ; Who’s Afraid of Ngugi ?/ Qui a peur de Ngugi ? (84 min, 2006) qui a reçu le Prix spécial du Jury au Zanzibar International Film Festival 2004; Maison tropicale (2008, 58min) ; Édouard Glissant : un monde en relation (52 min, 2010) ; Négritude (2005). En 2017, Manthia Diawara a présenté à la Documenta, à Athènes et Kassel, An Opera of the World (70mn).

[EN] Manthia Diawara is a writer, cultural theorist, film director, and scholar from Mali based in the United States. He is Professor of Comparative Literature and Cinema at New York University, where he also heads the Institute of African American Affairs and the Africana Studies Program. Manthia Diawara has written extensively on the films and literature of the Black Diaspora. He is the author of “African Cinema: Politics and Culture” (1992), “Black American Cinema: Aesthetics and Spectatorship” (1993), and “In Search of Africa” (1998). One of Manthia Diawara’s major works is “Bamako-Paris-New York” (2007), a comparison of social systems and race relations in America and France societies caught between identity politics and multiculturalism on the one hand, and individualism and universal rights on the other hand. As he uncovers and examines new fractures in French society, See full biography here.

Programmation et prochains rendez-vous sur ce site ou par abonnement à la newsletter : somethingyoushouldknow-request@ehess.fr

Pour regarder les séminaires antérieurs : http://www.vimeo.com/sysk/

Séminaire conçu et organisé par Patricia Falguières, Elisabeth Lebovici et Natasa Petresin-Bachelez et soutenu par la Fundación Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte.

 

Lien: http://sysk-ehess.tumblr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


En collaboration avec