Exposition Chantal Akerman – Maniac Shadows à La Ferme du Buisson (Noisiel) jusqu’au 19 février + 2 événements: « Toute une journée Chantal Akerman » et « Sonia Wieder-Atherton, interventions de la violoncelliste »

Chantal Akerman, Maniac Shadows, 2013, courtesy Chantal Akerman Estate et Marian Goodman Gallery, Ferme du Buisson © Emile Ouroumov

Chantal Akerman, Maniac Shadows, 2013, courtesy Chantal Akerman Estate et Marian Goodman Gallery, Ferme du Buisson
© Emile Ouroumov

 

 

 

Lien: http://www.lafermedubuisson.com/programme/chantal-akerman

 

Auteure de films inoubliables, Chantal Akerman est une des artistes et cinéastes majeurs de ces cinquante dernières années. Imaginée avec elle avant sa disparition, cette exposition met en regard films historiques et installations récentes pour témoigner de son importance pour l’art contemporain.

 

Chantal Akerman est internationalement reconnue pour son œuvre cinématographique. Depuis ses débuts jusqu’à sa disparition il y a un an, elle n’a cessé de réinventer son vocabulaire formel et son regard sur le monde, naviguant avec une liberté sans pareil du long-métrage de fiction au documentaire, et de la comédie au drame, en passant par l’installation vidéo. Si son influence sur les réalisateurs les plus renommés n’est plus à démontrer, l’héritage de son travail dans les arts plastiques est moins connu et tout aussi fondamental.

 

À  travers ses nombreux projets, Chantal Akerman a ouvert une brèche que les artistes contemporains explorent de plus en plus, entre réalité et fiction, film narratif et expérimental, histoire et mémoire. Son approche singulière des questions de frontières, de déplacement, de racisme, d’identité, de relation entre espace personnel et public, convoquant toutes les possibilités de l’image cinématographique, du regard, de l’espace et de la performance, a été déterminante pour l’évolution des arts visuels.

 

L’exposition s’articule autour d’une de ses dernières installations vidéo : Maniac Shadows, présentée pour la première fois en France. Confrontant des images filmées sur ses lieux de vie à travers le monde, des photographies et une lecture par Akerman de son roman Ma mère rit, ManiacShadows constitue le cœur d’un parcours qui nous amène à redécouvrir des pans méconnus de son œuvre. De son premier court-métrage réalisé à l’âge de 18 ans à une création sonore de 2008 réalisée pour la radio en passant par un film expérimental, cette plongée dans l’univers de Chantal Akerman est accompagnée par la participation exceptionnelle de Sonia Wieder-Atherthon venant de temps en temps habiter l’espace de la cinéaste avec son violoncelle.

 

Le temps, l’espace, l’image, la musique, l’intime, le politique. À travers cette multiplicité de points de vue, l’exposition rend compte de l’extraordinaire actualité de la pratique et de la pensée de Chantal Akerman.

 

 


 

Deux événements à ne pas manquer avant la fin de l’exposition:

 

  • Toute une journée Chantal Akerman, le 14 janvier 2017 de 14h à 23h30:

 

Plusieurs longs et courts métrages témoignent de la richesse du cinéma d’Akerman : la fiction comique succède au documentaire politique, en faisant un détour par les films sur la danse ou la musique, et les propositions plus expérimentales. Entre chaque projection sur le grand écran du cinéma, des visites d’exposition originales viennent rythmer la journée au centre d’art.

 

Chantal Akerman par Chantal Akerman

France – 1996 – 1h05

Autoportrait de la cinéaste réalisé pour la collection Cinéma, de notre temps. « Je me suis dit : si je fais moi-même un Cinéaste de notre temps sur moi cinéaste de notre temps, ce serait une sorte d’autoportrait. Et la meilleure manière de réaliser cet autoportrait ce serait de faire parler mes anciens films. De les traiter absolument comme si c’était des rushes que je monterai pour créer ce nouveau film, qui serait alors un autoportrait de moi. J’en ai parlé, je l’ai proposé. On m’a dit oui, mais il faut qu’on te voie. Il faut quand même que tu parles de toi. Et c’est là que les problèmes ont commencé. » Chantal Akerman

 

Trois strophes sur le nom de Sacher

France – 1989 – 12 min

En un renversement de Fenêtre sur cour, placé ici dans une cour percée de fenêtres, Akerman filme un solo de violoncelle de Sonia Wieder-Atherton. La structure est celle de la composition de Henri Dutilleux en trois mouvements. Initié par Msitslav Rostropovitch pour le chef d’orchestre et mécène Paul Sacher, cette oeuvre est désormais devenue un hommage pour chacune des trois personnalités évoquées.

 

Un jour Pina a demandé…

France / Belgique – 1983 – 57 min

Dans ce film issu de la collection Repères sur la danse contemporaine, la réalisatrice suit Pina Bausch et sa troupe lors d’une tournée européenne en Italie et en Allemagne, et propose un voyage dans l’univers de la chorégraphe au travail.

 

Demain on déménage

France / Belgique – 2004 – 1h50

Charlotte est célibataire. Pour vivre, elle essaie d’écrire des livres, érotiques, de commande. Elle habite un duplex et vit dans un joyeux désordre et dans une distraction totale. Mais un jour, son père meurt et sa mère, professeur de piano, débarque chez elle avec son quart de queue, ses meubles et ses élèves… « Ce qui déménage vraiment dans ce film et casse la baraque, c’est l’humour fou, un dérangement de fond qui vaut bien tous les ordres qu’on nous propose, et prioritairement la sommation d’être raisonnables. » Libération.

 

Hôtel Monterey

Projection-performance – Belgique – 1972 – 1h05

Akerman filme un hôtel pour personnes défavorisées à New-York. Derrière les portes closes et le va-et-vient abstrait des clients anonymes se devine un fascinant réservoir de fictions potentielles. Pour la Ferme du Buisson, l’artiste Marcelline Delbecq propose une performance en live, hommage au film comme à sa cinéaste. Un texte écrit sur le modèle d’une audiodescription accompagne discrètement la projection, à haute voix, semblant émaner des plans sans jamais les recouvrir.

copie numérique restaurée par la Cinémathèque Royale de Belgique

 

Le Marteau

France – 1986 – 4 min

Film sur le sculpteur Jean-Luc Vilmouth.

 

Sud

France – 1999 – 1h10 – VO

Un voyage dans le sud des Etats-Unis hanté par le meurtre de James Byrd Jr, lynché par trois jeunes Blancs. Le film ne fait pas l’autopsie de ce meurtre mais se demande plutôt comment ce meurtre vient s’inscrire dans un paysage tant mental que physique. Partant de ce crime raciste, Chantal Akerman tente de montrer les difficultés de ces communautés à vivre ensemble.

 

 

 

  • Sonia Wieder-Atherton, interventions de la violoncelliste le 19 février 2017 à 14h:

 

Sonia Wieder-Atherton est née à San Francisco, elle grandit à New York puis à Paris. À 19 ans, elle part vivre en URSS pour étudier avec la violoncelliste Natalia Chakhosvkaïa. Sonia Wieder-Atherton a toujours suivi une voie singulière, cherchant les images et les mots pour mieux convoquer la musique.

 

Jusqu’à ce qu’elle rencontre Sonia Wieder-Atherton, Chantal Akerman a toujours refusé de mettre ses films en musique mais voir la violoncelliste travailler, interpréter, chercher, repousser les limites de son jeu jusqu’à la mise en danger a été une révélation. S’ensuivront une vie commune et de multiples collaborations : Sonia Wieder-Atherton composera la musique de plusieurs films de Chantal Akerman et celle-ci la filmera à plusieurs reprises en concert, ou sur les routes d’Europe de l’Est à la recherche de ses origines musicales.

 

Aujourd’hui, Sonia Wieder-Atherton propose de venir habiter l’exposition avec son violoncelle. Tel un « 25e écran », elle vient inscrire une présence discrète dans l’une des salles d’exposition, en interprétant une série de solos à l’attention de petits groupes de spectateurs. En alternance et en dialogue avec les projections de Saute ma ville, les morceaux joués ici témoignent de l’importance grandissante de la musique dans le parcours de Chantal Akerman, et sont sélectionnés parmi ceux qu’elle aimait ou ceux composés par Sonia Wieder-Atherton pour ses films.

 

 


La ferme du Buisson

Scène nationale, centre d’art, cinéma

Allée de la Ferme, 77186 Noisiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


En collaboration avec