Archives mensuelles : mai 2015

Seoul International Women’s Film Festival (Corée) du 27 mai au 3 juin

saoul

 

 

Title

The 17th SEOUL International Women’s Film Festival

Period

May 27 (Wed) – Jun 3 (Wed), 2015

Venues

– Megabox Sinchon 3, 5, 7, M and Arthouse MOMO 1

Screening

111 films from 37 countries

Catch Phrase

See the World through Women’s Eyes!

Description

– Screening films dealing with various aspects of life from female points of view
– Non-competitive international film festival with a portion of competition sections

Feature

– Introducing recent trends of world women’s films
– Vitalizing interchange between Asian female cineastes and women’s film
festivalsthrough Network of Asian women’s Film Festival(NAWFF)
– Taking a pivotal role in Asia by founding the International Women’s Film Festival Network(IWFFN)
– Promoting development of domestic image industry with production supports
and discovering female talents in Asia
– Securing women’s films’ publicity and communality for continous
communication with audiencess
– Building up new local networks with multiple screening tours
– Spreading female values for arranging festive scenes to jump into new female  culture

Host

SEOUL International Women’s Film Festival

 

Lien: http://www.siwff.or.kr/siwff2015/eng/festival/overview.php

 

———–

New Currents

The 17th SEOUL International Women’s Film Festival’s ‘New Currents’ presents a total of 32 latest films. These films mark the largest number of premiere screenings ever and also freshen up the festival with their sophistication the SIWFF can only provide. Focusing on the identity of women’s cinema, the New Currents has three features; first, well-made films with popularity and artistic films including winners of the world’s leading international film festivals are evenly lined up;

second, the auteur directors such as Margarethe von TROTTA, Doris DORRIE, Celine SCIAMMA, Paula van der OEST and Ronit ELKABETZ who was the president of the Jury for the International Critics’ Week Section of the 2015 Festival de Cannes, and young directors of Limbo, Heartbeat, Princess, Sworn Virgin harmoniously screen their recent works together; finally the films with various themes and critical aesthetics from women’s points of view show contemporary phenomena such as globallyhappening age problems between the youth and the middle aged, sexual abuses, immigrant issues, patriarchy conventions on gender, official history inseparable from individual history of women, etc.

Considering that these 32 films come from more than 23 countries, the New Currents definitely proves that universal issue on ‘woman’ traversing different identities like race, sexuality, and age across borders and localities is on the rise this year more than the past.

————

« Je ne suis pas féministe, mais… » de Florence et Sylvie Tissot

Dans le cadre du festival, le 29 mai et le 2 juin sera projeté le documentaire de Florence et Sylvie Tissot sur Christine Delphy, « Je ne suis pas féministe, mais… » : 

‘I’m not feminist, but…’ is an expression used by Christine DELPHY during a TV program with Simone de BEAUVOIR in 1985. This is the ritual sentence numerous women have said one day, because they are afraid of using a stigmatized word, and yet are willing to express a desire for equality. Based on filmed interviews and footages, this documentary is a portrait of a feminist thinker, an activist and founder of the French Women’s liberation movement in 1970. It tells the history of a major figure of French feminism, putting emphasis on past and current struggles in order to achieve equality between men and women.

Rencontre débat « La liberté de voir: 37 ans de Festival des Films de Femmes » à la BnF le 1er juin

 

L’institut national de l’audiovisuel a le plaisir de vous inviter à la soirée « La liberté de voir : 37 ans de Festival des Films de Femmes » organisée le 1er juin 2015 à 19h, à l’Auditorium de la BnF (Site F. Mitterrand, Paris 13e).

L’entrée est libre sur inscription : inatheque@ina.fr

 

lundi de l'ina

 

 

Créé en 1979, le Festival International de Films de Femmes de Créteil accueille chaque année des réalisatrices du monde entier. Depuis plus de 37 ans, il appuie l’engagement de celles qui défendent avec talent le regard des femmes sur leur société.

Il est devenu la seule manifestation d’envergure consacrée à cinéma longtemps discriminé et encore mal diffusé.

 

Avec les archives du Festival numérisées par l’Ina (leçons de cinéma, films primées, films sélectionnés et archivés depuis 1979), cinéastes et spécialistes retraceront cette histoire du cinéma des réalisatrices – immersion dans une histoire de luttes, de découvertes et de création.

 

 

Débat animé par Jackie Buet, fondatrice et directrice du Festival international des Films de Femmes, et Delphine Collet, Partenariats, Action éducative et culturelle au Festival.

 

Avec la participation de : Christine Barbier-Bouvet, directrice de l’Inathèque, Jonathan Broda, réalisateur et historien,Dominique Cabrera, réalisatrice (sous réserve), Lola Frederich, réalisatrice, Pauline Gay, réalisatrice, Dominique Gros, réalisatrice, Mael Lê-Hurand, réalisateur, Catherine Lottier, directrice de la veille et prospective programmes à France Télévisions, Brigitte Rollet, historienne du cinéma, Nathalie Semon, chargée d’actions culturelles – Arte, Brigitte Sy,réalisatrice et Martin Trajcov, étudiant en cinéma.

 

 

« Scopophilia. Genre et politiques du regard » : colloque international le 4 et 5 juin à l’Université de Lausanne en présence de Laura Mulvey

 

 

scopophilia

 

 

Organisé sous la direction de Charles-Antoine Courcoux et de Mireille Berton

Depuis la parution, en 1975, de l’article de Laura Mulvey  « Visual Pleasure and Narrative Cinema », le paramètre du regard en général et celui de la scopophilie en particulier n’ont eu de cesse de prendre de l’importance au sein des travaux qui se sont attachés à mettre en lumière la propension du cinéma dominant à structurer les relations de pouvoir entre les genres sur un mode androcentriste et hétéronormatif. En se donnant pour objet le rôle politique du regard et du plaisir qu’il suscite dans l’instauration des rapports de genres aujourd’hui, ce colloque ne vise ni à réhabiliter le paradigme sémio-psychanalytique émoussé qui a caractérisé l’émergence de cette question ni à rendre compte des nombreux débats productifs auxquels elle a donné lieu, mais à l’interroger à nouveaux frais via son inscription dans les contextes filmiques et théoriques contemporains. Il s’agit ainsi de proposer une réflexion axée, d’une part, sur les apports que les approches gender actuelles, mais queer également peuvent avoir pour le renouvellement de cette question et, d’autre part, sur la (re)configuration genrée des regards au sein des productions filmiques et télévisuelles contemporaines.

Participant-e-s : Laura Mulvey, Linda Williams, Olivier Aïm, Janet Bergstrom, Noël Burch, Raymond Bellour, Michel Bondurand, Laurent Guido, Marion Krauthaker, Gwénaëlle Le Gras, Karen A. Ritzenhoff, Geneviève Sellier, Maria Tortajada.

Scopophilia: The Gendered Politics of the Gaze

International conference, June 4th-5th 2015, University of Lausanne, Switzerland

Organized by Charles-Antoine Courcoux and Mireille Berton

In 1975, with “Visual Pleasure and Narrative Cinema,” Laura Mulvey placed the question of the pleasure of looking (and its articulation with the narrative process) at the heart of the first political theorization of gender relations in cinema. Mulvey showed that, far from being merely an aesthetic issue, the gaze was also inextricably political in that it served as the nodal variable in a symbolic. This symbolic was conducive to structuring power relations—between women and men of course, but also and more importantly between the masculine, the feminine and all types of gender identifications likely to deviate from this dichotomy. Since its publication, this seminal contribution has been discussed, nuanced, reformulated and expanded extensively, sometimes by the theorist herself. As parameters, the gaze (in general) and scopophilia (in particular) have gained increasing importance in works emphasizing the propensity of dominant cinema to structure gender/power relations on a heteronormative and androcentric mode. This conference thus takes as its object the political role of the cinematic gaze (and of the pleasure it evokes) in the formation of gender relations today, that is to say, in the power dynamics threading these relations. In so doing, we do not mean to reinstate the relatively outdated semio-psychoanalytic paradigm that characterized the emergence of this issue or account for the many productive discussions it gave rise to. Rather, we would like to question it anew by confronting it to contemporary cinematic and theoretical contexts.

Participants: Laura Mulvey, Linda Williams, Olivier Aïm, Janet Bergstrom, Noël Burch, Raymond Bellour, Michel Bondurand, Laurent Guido, Marion Krauthaker, Gwénaëlle Le Gras, Karen A. Ritzenhoff, Geneviève Sellier, Maria Tortajada.

PROGRAMME

JEUDI 4 JUIN – Amphimax/414

Matin

9h : Accueil

Présidence de séance : Charles-Antoine Courcoux

9h10: Introduction par Charles-Antoine Courcoux

9h45: Laura Mulvey (University of London, Birkbeck)
Becoming History : Spectatorship, Technology and Feminist Film Theory

10h45 : Pause café

11h : Laurent Guido (Université de Lille 3)
Danse, cinéma, théâtralité : le corps exhibé au regard des attractions

11h45 : Maria Tortajada (Université de Lausanne)
Tableaux de femmes. Du corps féminin en dispositif de vision. Retour à Luis Buñuel

12h30 : Pause de midi

Après-midi

Présidence de séance : Geneviève Sellier

14h : Noël Burch (Université de Lille 3)
« Look into my Eyes » Said the Computer

14h45 : Raymond Bellour (Centre national de la recherche scientifique, C.R.A.L.)
Les avatars du double narcissique

15h30 : Pause

15h45 : Olivier Aïm (Celsa, Université Paris-Sorbonne)
Panscopophilia : réflexions sur le principe de totalité dans les régimes de regard de quelques dispositifs audiovisuels contemporains

16h30 : Mireille Berton (Université de Lausanne)
Dispositifsdelacurepsychanalytiqueenregard: A Dangerous Method et In Treatment

17h15 : Conclusion

 

VENDREDI 5 JUIN – Amphimax/414

Matin

9h : Accueil

Présidence de séance : Mireille Berton

9h15 : Linda Williams (University of California, Berkeley)
Sex is Too Important to Leave to the Pornographers : Scopophilia and the « Sexually Explicit »

10h15 : Geneviève Sellier (Université Bordeaux Montaigne)
Mulvey au prisme du cinéma français : quelle politique du regard ?

11h : Pause café

11h15 : Janet Bergstrom (University of California, Los Angeles)
Oblique Strategies : « Claire Denis » with Agnès Godard (Beau Travail, 35 Shots of Rum)

12h : Pause de midi

Après-midi

Présidence de séance : Laurent Guido

13h45 : Karen A. Ritzenhoff (Central Connecticut State University)
Broken Reflections of the Queer Self : Mirror Images in Darren Aronofsky’s  Black Swan

14h30 : Gwénaëlle Le Gras (Université Bordeaux Montaigne)
The Congress ou la mise à l’épreuve du male gaze ?

15h15 : Pause

15h30 : Marion Krauthaker (University of Leicester)
Etouffer le rire de la Méduse, détourner son regard : Le Bleu est une couleur chaude de la BD au film

16h15 : Michel Bondurand (Université Paris III, Sorbonne Nouvelle)
Le regard comme vecteur de renégociation raciale : le spectateur blanc et The Siege

17h : Conclusion

 

 

 

Lien: http://www.unil.ch/cin/home/menuinst/les-evenements/scopophilia.html

Programme: http://www.unil.ch/cin/files/live/sites/cin/files/shared/EVENEMENTS/Scopophilia/Programme_scopophilia_abstracts.pdf

Flyer: http://www.unil.ch/cin/files/live/sites/cin/files/shared/EVENEMENTS/Scopophilia/Flyer_Scopophilia.pdf

« How women were the unsung heroes of the Mexican revolution »: l’artiste Nao Bustamente recouvre les mémoires des combattantes de la révolution mexicaine

Posted May 13, 2015 by

 

Soldadera: Leandra Becerra Lumbreras, the year before her death at age 127Soldadera Leandra Becerra Lumbreras, the year before her death.

 

The artist Nao Bustamante was already working on a show about soldaderas, the women who fought with and ably assisted the troops in the Mexican Revolution, when she learned about Leandra Becerra Lumbreras–said to be the oldest survivor of the conflict that began in 1910.

She arranged to take her crew to Mexico to interview this woman who said she had fought the war “with her tortillas,” by traveling from battlefield to battlefield, setting up a makeshift kitchen and feeding the troops.

“I would say it was somewhat of a spiritual experience,” Bustamante said of meeting Lumbreras. “A time travel experience–touching this body, knowing this body had lived through this experience. Who’d had three children during the time of the revolution, had stood in the lines with the men and got to the front and said to them ‘I want land for my sons that I gave birth to during the Mexican Revolution when I was a soldadera.’”

 

 

The artist Nao Bustamante

The artist Nao Bustamante

 

Lumbreras died this past March, but Bustamante is keeping her memory alive with a video she’s made. It’s part of a larger show she’s created that’s about to go on display this Saturday at the Vincent Price Art Museum on the campus of East Los Angeles College.

The contributions of soldaderas has been lost, Bustamante believes, in the nearly hundred years since the conflict ended. They may live on in family stories, but not necessarily in the history books. Some women actually fought; others buried the dead; all played an essential role in the conflict.

Bustamante hopes her exhibition will change that, and also that it might kindle a discussion. “A lot of times when I present this work to younger people, I ask how many people can imagine a world without war,” she said. “And two, three hands go up in a sea of sixty. I’m hoping this allows people to enter the conversation from a new perspective. We don’t need to always have war. We can head in the direction of peace.”

Lien: http://blogs.kcrw.com/whichwayla/2015/05/unsung-heroes-of-the-mexican-revolution-the-women

Vient de sortir « Jacqueline Audry – La femme à la caméra » de Brigitte Rollet

 audry

 

Vient de sortir (à commander chez votre libraire) :

Pur (Presses Universitaires de Rennes) – Collection Archives du féminisme

Jacqueline Audry

La femme à la caméra

Jacqueline Audry a réalisé seize long métrages entre 1946 et 1969, adaptant notamment Colette et Sartre, dans une démarche féministe étonnante dans le contexte idéologique de l’époque. Brigitte Rollet revient ici sur son parcours depuis les années 30, avec la volonté de faire de cet itinéraire singulier le révélateurs d’une histoire plus vaste, des débuts du cinéma à nos jours. S’appuyant sur les cultural et gender studies, l’auteur renouvelle notre vision de la cinéaste, mais aussi notre conception de la réception et de la postérité des films.

 

Sommaire

  • « Un cinéaste nommé Jacqueline ». Trajectoire d’une femme, de la scripte à la réalisatrice
  • Premiers films, premiers écarts. Filmer sous l’Occupation et à la Libération
  • La petite soeur de Méliès. « Filmer comme un homme, filmer comme une femme »
  • Genres, nation et gender
  • Unruly women : des femmes rebelles devant et derrière la caméra
  • Un film impensable : Olivia
  • Huis clos : l’enfer d’un film
  • Réceptions, financement et publics
  • L’impossible postérité : reconnaissance et oubli

 

Liens:

http://www.archivesdufeminisme.fr

www.pur-editions.fr/ Nos collections

 

« Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma: la voie poétique », le 26 mai à l’INHA

La  prochaine séance du séminaire Made in Algeria – Généalogie d’un territoire aura lieu le 26 mai à 18h et sera consacrée à Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique.

 

 

Entretien avec Habiba Djahnine, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, suivi de la projection du film Lettre à ma sœur, 2006, 77 min.

 

habiba djahine

 


Le nom de Habiba Djahnine est associé au monde de l’image et du cinéma. Réalisatrice, elle est à l’initiative en Algérie, du Béjaïa Doc, un atelier de création de films documentaires. Ecrivain et poète, elle vient de publier, Fragments de la maison, aux éditions Bruno Doucey. Artiste, féministe, elle a été militante politique à la fin des années 80, début des années 90. Après quelques années d’exil en France elle retourne en Algérie où elle vit et travaille.

 

 

Le 15 février 1995, sa sœur Nabila est assassinée, à Tizi-Ouzou, cible d’un attentat politique revendiqué par les groupes islamistes, Lettre à ma sœur, sorti onze ans plus tard, revenait sur son parcours à travers des entretiens avec ses proches. Dans ce film, diffusé dans de nombreux festivals, Habiba Djahnine essaie de réfuter la violence comme une solution à des litiges sociaux. Suivront alors d’autres films dont Autrement citoyens, tour d’horizon d’initiatives d’associations algériennes ou encore Avant de franchir la ligne d’horizon, qui pose la question du militantisme depuis 1988. Ses documentaires révèlent les multiples facettes de l’Algérie, son histoire et les conséquences de celle-ci sur la société. En 2003, elle publie son premier recueil de poésies Outre-Mort (éd. El Ghazali-Alger). La même année, elle fonde l’association « Cinéma et mémoire » et les « Rencontres du film documentaire » de Bejaïa (Rencontres cinématographiques de Bejaïa où cinquante à soixante nouveaux films sont présentés chaque année) dont elle est déléguée générale. Avec son propre atelier Béjaïa Doc, elle offre un enseignement cinématographique pour les jeunes Algériens avec une attention portée sur tous les aspects de la profession. En 2012, elle a reçu le Prix Prince Claus pour son rôle dans la relance du cinéma algérien et pour « la création de documentaires sensibles, difficiles et perspicaces sur les réalités contemporaines ». 


La séance aura lieu à 18h,  salle Giorgio Vasari (1er étage) à  l’Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne 75002 Paris.


Entrée libre.

Le programme Made in Algeria est disponible sur : http://mia.hypotheses.org/ et sur le site de l’INHA.

Nous accueillerons Hannah Feldman à l’occasion de notre prochaine séance le mardi 16 juin 2015.

 

Sicilia Queer Film Fest 2015 du 24 au 31 mai à Palerme

siclia queer fest

 

 

Nato nel 2010, il Sicilia Queer filmfest è il primo festival internazionale di cinema glbt e nuove visioni in Sicilia. Nasce dalla domanda diffusa di pensiero e di cultura non omologata, innovativa, critica, e dalla necessità di rappresentare una società in movimento.

Queer è pluralismo di pensieri critici sul mondo, di soggettività desideranti che rappresentano un’idea nuova di cittadinanza, di giustizia sociale, di diritti e di libertà della persona.

E Queer, in un senso cinematografico, per noi è anche tutto ciò che – pur se non correlato a tematiche glbt – è eterodosso, indipendente, alternativo dal punto di vista delle poetiche e dei linguaggi, degli approcci produttivi o distributivi, non dòmo alle logiche di mercato: insomma, ciò che amiamo chiamare “nuove visioni”.

Sostenuto e diretto da una squadra di professionisti del mondo del cinema e dell’audiovisivo che lavorano volontaristicamente e con passione alla costruzione di uno spazio di alternativa, il festival si propone come luogo di approfondimento teorico e cinematografico e vuole dare visibilità a una cinematografia di qualità anche valorizzando la scoperta di nuovi talenti.

 

PROGRAMME EN LIGNE: http://www.siciliaqueerfilmfest.it/sqff/wp-content/uploads/2015/05/SQ15_guida_online.pdf

 

Site web: http://www.siciliaqueerfilmfest.it/sqff/

 

Lien facebook: https://www.facebook.com/events/982364865108681/

 

Un nouveau festival 2015 / Vidéodanse « Le corps en jeu » au Centre Pompidou / 20 mai – 14 juin

pompidou

Rendez-vous

20 mai 2015 – 14 juin 2015

de 11h00 à 21h00

Espace 315 – Centre Pompidou, Paris

Pour activer l’esprit pluridisciplinaire et vivant qui régit le Nouveau festival depuis sa création, trois propositions aussi riches que diverses se succèdent dans l’Espace 315, à raison d’une par mois pendant toute la durée du festival. Les visiteurs sont invités à aborder le jeu à travers le phénomène du stand-up et ses influences ; puis à travers la danse et le jeu chorégraphique qui s’exposent avec leurs règles et leurs tentatives et enfin par l’art contemporain sous toutes ses formes, en tirant parti de l’extension du domaine du jeu.

Associée pour la deuxième fois au Nouveau festival, Vidéodanse, en partenariat avec le Centre national de la danse (CND), réfléchit à la manière dont la danse peut intégrer la dimension élargie de « jeu ». Cette notion a traversé la chorégraphie jusqu’à aujourd’hui, depuis la conception de la scène comme aire de jeu, en passant par celle des règles [tasks] régissant la post modern dance, jusqu’aux règles et protocoles des danses populaires et urbaines détournés par les chorégraphes contemporains pour mieux en revisiter les codes et enrichir leur propre langage.

Pour saisir dans toute sa diversité le concept de « jeu chorégraphique », en tant que jeu d’interprétation mais aussi jeu au sens propre du terme, cette édition de Vidéodanse expose, dans une scénographie confiée à l’artiste Chloé Quenum, des projections, des rencontres et des performances live, afin de montrer ce qui se joue dans la relecture que la danse contemporaine fait aujourd’hui de sa propre histoire.

Pour cette édition de Vidéodanse, le Nouveau festival du Centre Pompidou collabore avec Le Centre national de la Danse autour de la notion du « jeu » dans le champ chorégraphique, avec le programme « CUNNINGHAM PAR HASARD : les films de Charles Atlas » au CND du 20 au 29 mai 2015. Entrée libre – CND – 1, rue Victor Hugo – 93507 Pantinwww.cnd.fr

Projections dans l’Espace 315, de 11h30 à 21h, tous les jours (voir programme à télécharger)

Organisateur : DDC / Vidéodanse, Valérie Da Costa. Les Spectacles vivants, Serge Laurent

Célébration des 30 ans des Guerrilla Girls à New York vendredi 15 mai !

Blow-out party celebrating 30 years of Guerrilla Girls’ activism

 

anniv guerrilla girls

 

May 15, 2015
8–10 PM
RSVP to gg@guerrillagirls.com

 

It won’t be a party without you!

In May 1985 we put our first posters up on the streets of New York and everyone went bananas. We’ve been fighting discrimination and corruption in art, film, politics and pop culture ever since. Some things have changed but there is still so much to do!

Join us for a party May 15 at 8-10 PM to celebrate 30 years of game-changing Guerrilla Girls’ activism.

There will be cake!

 

AT ABRONS ARTS CENTER

Pop Up Exhibition of Guerrilla Girls Work, 1985–2015
May 1–17, 2015

Exhibition Walk-Through
May 17 at 3 PM
Read more » 

Abrons Arts Center – 466 Grand St, New York, NY 10002, États-Unis – Tél: +1 212-598-0400

Exceptionnelle rétrospective Carole Roussopoulos à la Mostra Internacional de Films de Dones de Barcelona, du 12 au 20 mai

Avec la présence de Nicole Fernandez Ferrer, curatrice de la retrospective, le 14 mai à 19H.

Parmi les films projetés: Y’a qu’a pas baiser!; S.C.U.M.; Le F.H.A.R. (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire); Il faut parler: portrait de Ruth Fayon; Profession: conchylicultrice; L’inceste, la conspiration des oreilles bouchées, LIP: Monique et Christiane; Cinquantenaire du deuxieme sexe (1949-1999), etc.

 

Programme complet: http://www.mostrafilmsdones.cat/wp-content/uploads/2015/04/programa-abril-maig-web.pdf

 

Retrospectiva: Carole Roussopoulos
Amb la col·laboració del Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir
i La Bonne, Centre de Cultura de Dones Francesca Bonnemaison

 

 

Retrospectiva de l’obra d’aquesta cineasta documentalista que va dedicar bona part del seu treball a enregistrar les successives onades de l’activisme feminista i d’altres moviments socials. El cicle, a cura de Nicole Fernández, delegada general del Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir, comptarà amb dues sessions i la projecció contínua dels treballs de la cineasta als monitors instal·lats a la Sala Bentrobades de La Bonne.

 

 

Y’a qu’à pas baiser! 1973

Y’a qu’à pas baiser! 1973

 

S.C.U.M, 1976

S.C.U.M, 1976

Le F.H.A.R (Front homosexuel d’action révolutionnaire), 1971

Le F.H.A.R (Front homosexuel d’action révolutionnaire), 1971

 

Profession: conchylicultrice, 1984

Profession: conchylicultrice, 1984

 

Lien: http://www.mostrafilmsdones.cat/retrospectiva-carole-roussopoulos/

 


En collaboration avec