Archives de catégorie : Article

« Khadija Saye: artist on cusp of recognition when she died in Grenfell »: A lire sur le site du Guardian

Khadija Saye, who has been named as a victim of the Grenfell Tower fire, had met with an influential gallery director only a day before her death. Photograph: Daffyd Jones/PA https://www.theguardian.com/uk-news/2017/jun/17/khadija-saye-artist-was-on-cusp-of-recognition-when-she-died-in-grenfell?CMP=share_btn_tw

 

« Work of Khadija Saye, who died in Wednesday’s fire, was being exhibited at Venice Biennale and had caught eye of influential director »

 

« The day before she died, Khadija Saye had met an influential gallery director who was blown away by the young artist’s work and wanted to meet her. After years of striving to create her work while studying and holding down a job as a care worker, it felt like her moment to shine had come. »

 

Lire l’article : https://www.theguardian.com/uk-news/2017/jun/17/khadija-saye-artist-was-on-cusp-of-recognition-when-she-died-in-grenfell?CMP=share_btn_tw

« LGBTQ Refugee Rights Group Steals Artwork from Documenta in Athens »: article à lire sur le site Hyperallergic

LGBTQ Refugee Rights Group Steals Artwork from Documenta in Athens

In an act of protest against the German quinquennial, the group Lgbtqi+ Refugees in Greece has rock-napped Roger Bernat’s sculptural replica of an ancient monolith.

Claire VOON

An LGBTQI refugee rights group in Athens has stolen an artwork from Documenta 14 to protest what they perceive as the German quinquennial’s exploitation of refugees seeking asylum in Greece. (…)

Lire la suite ici: https://hyperallergic.com/382407/lgbtq-refugee-rights-group-steals-artwork-from-documenta-in-athens/?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=sw

« 11 Female Abstract Expressionists You Should Know, from Joan Mitchell to Alma Thomas » : à lire sur Artsy.net

11 Female Abstract Expressionists You Should Know, from Joan Mitchell to Alma Thomas

Abstract Expressionism is largely remembered as a movement defined by the paint-slinging, hard-drinking machismo of its poster boys Jackson Pollock and Willem de Kooning. But the women who helped develop and push the style forward have largely fallen out of the art-historical spotlight, marginalized during their careers (and now in history books) as students, disciples, or wives of the their more-famous male counterparts rather than pioneers in their own right. (An exception is Helen Frankenthaler, whose transcendent oeuvre is often the only female practice referred to in scholarship and exhibitions around action painting.)

Even when these artists were invited into the members- and male-only Eighth Street Club to discuss abstraction and its ability to channel emotional states—as was the case with Perle Fine, Joan Mitchell, and Mary Abbott—their work rarely sold as well or was written about as widely or favorably. And these women received far fewer solo exhibitions than their male contemporaries. Some even changed their names, like Michael West, in an effort to combat the era’s sexism, or incorporated into their work tacit challenges to the status quo, as Elaine de Kooning did in her “Faceless Men” series.

Now in a long-overdue exhibition at the Denver Art Museum, a sizable, boundary-pushing group of female Abstract Expressionists are finally getting their due. Below, we spotlight some of the most innovative practitioners (admittedly, there are many more than 11).

(…)

Lire la suite: https://www.artsy.net/article/artsy-editorial-11-female-abstract-expressionists-who-are-not-helen-frankenthaler

Entretien avec Sylvie Tissot pour la revue Regards: « Le terme « islamogauchiste » est une arme de délégitimation »

Sociologue, féministe, cofondatrice du collectif Les Mots sont importants, Sylvie Tissot revient sur les polémiques autour de la non-mixité et de l’homophobie, déplorant les conceptions de « l’antiracisme institutionnel » et du « féminisme blanc ».

Video à voir en cliquant sur ce lien: http://www.regards.fr/web/article/sylvie-tissot-le-terme-islamophobie-est-une-arme-de-delegitimation

« When Georgia O’Keeffe Went to Hawaii to Paint Pineapples » par Abigail Cain

Portrait of Georgia O’Keeffe in Hawaii, 1939. Via Wikimedia Commons.

 

Georgia O’Keeffe, Pineapple Bud, 1939. Honolulu Museum of Art.

When Georgia O’Keeffe Went to Hawaii to Paint Pineapples

« It took Georgia O’Keeffe nine days to travel the 5,000 miles between New York’s Grand Central Station and the Hawaiian island of Oahu. Although she was heralded by local newspapers upon her arrival as the “famous painter of flowers,” the impetus for her trip was a different sort of plant life.

O’Keeffe was in Hawaii to paint a pineapple. »

 

Lire la suite sur: https://www.artsy.net/article/artsy-editorial-georgia-okeeffe-hawaii-paint-pineapples-dole

Bravo à Nataša Petrešin Bachelez, membre de Travelling Féministe, nommée curatrice de la Biennale Contour 9!

Image Credit: Jure Eržen Lien: http://curatorsintl.org/posts/recipient-of-the-2014-ici-french-institute-fellowship

 

Nataša Petrešin-Bachelez appointed curator for Contour Biennale 9

« Above all, topics such as ecological debt, environmental racism, decolonizing social relations, hope, care, and solidarity will represent not only the content within which to work, but also the material and technique of that work. »

 

Nataša Petrešin-Bachelez is an independent curator, editor and writer. Among the projects and exhibitions she curated are Show me the archive and I will tell you who is in power at Kiosk (2017, with Wim Waelput, Ghent), Let’s Talk about the Weather at the Sursock Museum (2016, with Nora Razian and Ashkan Sepahvand, Beirut), Resilience. Triennial of Contemporary Art in Slovenia (2013, Ljubljana), transmediale.08 at HKW (2008, Berlin). She was co-director of Les Laboratoires d’Aubervilliers (2010–12) and co-founder of the network Cluster. She is chief editor of L’Internationale Online, and was chief editor of the Manifesta Journal (2012–14).

 

Article en intégralité: http://www.e-flux.com/announcements/126153/nataa-petrein-bachelez-appointed-curator-for-contour-biennale-9/

« Why does Cannes film festival exclude black directors? » Article à lire sur le site Dazed

Lien: http://www.dazeddigital.com/artsandculture/article/35941/1/why-does-cannes-film-festival-exclude-black-directors

 

Why does Cannes film festival exclude black directors?

Now in its 70th year, the festival premieres the year’s biggest films – but its lack of diversity is becoming hard to ignore

 

What’s the first thing that you think of when you think about Cannes Film Festival? Glitz, glamour, red carpets and sun? Or, if you’re more cinematically inclined, maybe you’re eagerly refreshing Twitter for the duration of the festival, waiting to find out what the great masterpieces to grace our screens in 2017/18 are going to be. The festival is such a hotbed of activity, both cinematic and celebrity, that it’s easy for things to slip through the cracks, diversity being one of them. Every year the festival seems to come with one controversy or another, but one that the internet seems happy to sweep under the rug is that (at the time of Cannes initial competition line-up being announced, anyway) there wasn’t a single film by a black director screening work at the 2017 festival. Not just in competition, where, if you were curious, a film by a black director hasn’t been in the running for a staggering four years, since Abderrahmane Sissako’s stunning Timbuktu. There literally wasn’t a single film by a black director screening in Cannes at all. Luckily this has since been remedied with the addition of Rungano Nyoni’s I Am Not a Witch to the Director’s Fortnight, adding one whole film by a black director to the festival.

Suite: http://www.dazeddigital.com/artsandculture/article/35941/1/why-does-cannes-film-festival-exclude-black-directors

Il y a 46 ans, le manifeste des 343 femmes ayant déclaré avoir avorté

Voici le « manifeste des 343 salopes » qui ont le courage de dire « Je me suis fait avorter ». Manifeste paru dans dans le Nouvel Observateur n°334 du 5 avril 1971.

 

Un million de femmes se font avorter chaque année en France.
Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples.
On fait le silence sur ces millions de femmes.
Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir avorté.
De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l’avortement libre.

Avortement
Mot qui semble exprimer et limiter une fois pour toutes le combat féministe. Être féministe, c’est lutter pour l’avortement libre et gratuit.
Avortement
C’est une affaire de bonnes femmes, quelque chose comme la cuisine, les langes, quelque chose de sale. Lutter pour obtenir l’avortement libre et gratuit, cela a l’air dérisoire ou mesquin. Toujours cette odeur d’hôpital ou de nourriture, ou de caca derrière les femmes.
La complexité des émotions liées à la lutte pour l’avortement indique avec précision notre difficulté d’être, le mal que nous avons à nous persuader que cela vaut le coup de se battre pour nous.
Il va de soi que nous n’avons pas comme les autres êtres humains le droit de disposer de notre corps. Pourtant notre ventre nous appartient.
L’avortement libre et gratuit n’est pas le but ultime de la lutte des femmes. Au contraire il ne correspond qu’à l’exigence la plus élémentaire, ce sans quoi le combat politique ne peut même pas commencer. Il est de nécessité vitale que les femmes récupèrent et réintègrent leur corps. Elles sont celles de qui la condition est unique dans l’histoire : les êtres humains qui, dans les sociétés modernes, n’ont pas la libre disposition de leur corps. Jusqu’à présent, seuls les esclaves ont connu cette condition.
Le scandale persiste. Chaque année 1 500 000 femmes vivent dans la honte et le désespoir. 5 000 d’entre nous meurent. Mais l’ordre moral n’en est pas bousculé. On voudrait crier.
L’avortement libre et gratuit c’est :
cesser immédiatement d’avoir honte de son corps, être libre et fière dans son corps comme tous ceux qui jusqu’ici en ont eu le plein emploi ;
ne plus avoir honte d’être une femme.
Un ego qui fout le camp en petits morceaux, c’est ce qu’éprouvent toutes les femmes qui doivent pratiquer un avortement clandestin ;
être soi à tout moment, ne plus avoir cette crainte ignoble d’être “ prise ”, prise au piège, d’être double et impuissante avec une espèce de tumeur dans le ventre ;
un combat enthousiasmant, dans la mesure où, si je le gagne, je commence seulement à m’appartenir en propre et non plus à l’Etat, à une famille, à un enfant dont je ne veux pas ;
une étape pour parvenir au contrôle complet de la production des enfants. Les femmes comme tous les : autres producteurs ont de fait le droit absolu au contrôle de toutes leurs productions. Ce contrôle implique un changement radical des structures mentales des femmes et un changement non moins radical des structures de la société.
1. Je ferai un enfant si j’en ai envie, nulle pression morale, nulle institution, nul impératif économique ne peut m’y contraindre. Cela est mon pouvoir politique. Comme tout producteur, je peux, en attendant mieux, faire pression sur la société à travers ma production (grève d’enfants).
2. Je ferai un enfant si j’en ai envie et si la société dans laquelle je le fais naître est convenable pour moi, si elle ne fait pas de moi l’esclave de cet enfant, sa nourrice, sa bonne, sa tête de Turc.
3. Je ferai un enfant si j’en ai envie, si la société est convenable pour moi et convenable pour lui, j’en suis responsable, pas de risques de guerres, pas de travail assujetti aux cadences.

Non à la liberté surveillée
La bataille qui s’est engagée autour de l’avortement se passe au-dessus de la tête des principales intéressées, les femmes. La question de savoir si la loi doit être libéralisée, la question de savoir quels sont les cas où l’on peut se permettre l’avortement, en bref la question de l’avortement thérapeutique ne nous intéresse pas parce qu’elle ne nous concerne pas.
L’avortement thérapeutique exige de “ bonnes ” raisons pour avoir la “ permission ” d’avorter. En clair cela signifie que nous devons mériter de ne pas avoir d’enfants. Que la décision d’en avoir ou pas ne nous appartient pas plus qu’avant.
Le principe reste qu’il est légitime de forcer les femmes à avoir des enfants.
Une modification de la loi, en permettant des exceptions à ce principe, ne ferait que le renforcer. La plus libérale des lois réglementerait encore l’usage de notre corps. L’usage de notre corps n’a pas à être réglementé. Nous ne voulons pas des tolérances, des bribes de ce que les autres humains ont de naissance : la liberté d’user de leur corps comme ils l’entendent. Nous nous opposons autant à la loi Peyret ou au projet A.N.E.A. qu’à la loi actuelle comme nous nous opposerons à toute loi qui prétendra régler d’une façon quelconque notre corps. Nous ne voulons pas une meilleure loi, nous voulons sa suppression pure et simple. Nous ne demandons pas la charité, nous voulons la justice. Nous sommes 27 000 000 rien qu’ici. 27 000 000 de “ citoyennes ” traitées comme du bétail.
Aux fascistes de tout poil — qu’ils s’avouent comme tels et nous matraquent ou qu’ils s’appellent catholiques, intégristes, démographes, médecins, experts, juristes, “ hommes responsables ”, Debré, Peyret, Lejeune, Pompidou, Chauchard, le pape — nous disons que nous les avons démasqués.
Que nous les appelons les assassins du peuple. Que nous leur interdisons d’employer le terme “ respect de la vie ” qui est une obscénité dans leur bouche. Que nous sommes 27 000 000. Que nous lutterons jusqu’au bout parce que nous ne voulons rien de plus que notre dû : la libre disposition de notre corps.

Les dix commandements de l’Etat bourgeois
Fœtus plutôt qu’être humain choisiras quand cet être humain est femelle.
Femme point n’avortera tant que Debré réclamera 100 millions de Français.
100 millions de Français tu auras, tant que ça ne te coûte rien.
Particulièrement sévère seras avec femelles pauvres ne pouvant aller en Angleterre.
Ainsi volant de chômage tu auras pour faire plaisir à tes capitalistes.
Très moraliste tu seras, car Dieu sait ce que “ nos ” femmes feraient si libres.
Fœtus tu préserveras, car plus intéressant de les tuer à 18 ans, âge de la conscription.
Grand besoin tu en auras car politique impérialiste tu poursuivras.
Toi-même contraception utiliseras, pour envoyer rares enfants à Polytechnique ou l’E.N.A. parce qu’appartement 10 pièces seulement.
Quant aux autres, pilule dénigreras, car il ne manquerait plus que ça.

Signatures :

J. Abba-Sidick
Janita Abdalleh
Monique Anfredon
Catherine Arditi
Maryse Arditi
Hélène Argellies
Françoise Arnoul
Florence Asie
Isabelle Atlan
Brigitte Auber
Stéphane Audran
Colette Audry
Tina Aumont
L. Azan
Jacqueline Azim
Micheline Baby
Geneviève Bachelier
Cécile Ballif
Néna Baratier
D. Bard
E. Bardis
Anna de Bascher
C. Batini
Chantal Baulier
Hélène de Beauvoir
Simone de Beauvoir
Colette Bec
M.

Bediou
Michèle Bedos
Anne Bellec
Lolleh Bellon
Edith Benoist
Anita Benoit
Aude Bergier
Dominique Bernabe
Jocelyne Bernard
Catherine Bernheim
Nicole Bernheim
Tania Bescomd
Jeannine Beylot
Monique Bigot
Fabienne Biguet
Nicole Bize
Nicole de Boisanger
Valérie Boisgel
Y. Boissaire
Silvina Boissonnade
Martine Bonzon
Françoise Borel
Ginette Bossavit
Olga Bost
Anne-Marie Bouge
Pierrette Bourdin
Monique Bourroux
Bénédicte Boysson-Bardies
M. Braconnier-Leclerc
M. Braun
Andrée Brumeaux
Dominique Brumeaux
Marie-Françoise.Brumeaux
Jacqueline Busset
Françoise De Camas
Anne Camus
Ginette Cano
Ketty Cenel
Jacqueline Chambord
Josiane Chanel
Danièle Chinsky
Claudine Chonez
Martine Chosson
Catherine Claude
M.-Louise, Clave
Françoise Clavel
Iris Clert
Geneviève Cluny
Annie Cohen
Florence Collin
Anne Cordonnier
Anne Cornaly
Chantal Cornier
J.
Corvisier
Michèle Cristofari
Lydia Cruse
Christiane Dancourt
Hélène Darakis
Françoise Dardy
Anne-Marie Daumont
Anne Dauzon
Martine Dayen
Catherine Dechezelle
Marie Dedieu
Lise Deharme
Claire Delpech
Christine Delphy
Catherine Deneuve
Dominique Desanti
Geneviève Deschamps
Claire Deshayes
Nicole Despiney
Catherine Deudon
Sylvie Dlarte
Christine Diaz
Arlette Donati
Gilberte Doppler
Danièle Drevet
Evelyne Droux
Dominique Dubois
Muguette Dubois
Dolorès Dubrana
C. Dufour
Elyane Dugny
Simone Dumont
Christiane Duparc
Pierrette Duperray
Annie Dupuis
Marguerite Duras
Françoise d’Eaubonne
Nicole Echard
Isabelle Ehni
Myrtho Elfort
Danièle El-Gharbaoui
Françoise Elie
Arlette Elkaim
Barbara Enu
Jacqueline d’Estree
Françoise Fabian
Anne Fabre-Luce
Annie Fargue
J. Foliot
Brigitte Fontaine
Antoinette Fouque-Grugnardi
Eléonore Friedmann
Françoise Fromentin
J.
Fruhling
Danièle Fulgent
Madeleine Gabula
Yamina Gacon
Luce Garcia-Ville
Monique Garnier
Micha Garrigue
Geneviève Gasseau
Geneviève Gaubert
Claude Genia
Elyane Germain-Horelle
Dora Gerschenfeld
Michèle Girard
F. Gogan
Hélène Gonin
Claude Gorodesky
Marie-Luce Gorse
Deborah Gorvier
Martine Gottlib
Rosine Grange
Rosemonde Gros
Valérie Groussard
Lise Grundman
A. Guerrand-Hermes
Françoise de Gruson
Catherine Guyot
Gisèle Halimi
Herta Hansmann
Noëlle Henry
M. Hery
Nicole Higelin
Dorinne Horst
Raymonde Hubschmid
Y. Imbert
L. Jalin
Catherine Joly
Colette Joly
Yvette Joly
Hemine Karagheuz
Ugne Karvelis
Katia Kaupp
Nenda Kerien
F. Korn
Hélène Kostoff
Marie-Claire Labie
Myriam Laborde
Anne-Marie Lafaurie
Bernadette Lafont
Michèle Lambert
Monique Lange
Maryse Lapergue
Catherine Larnicol
Sophie Larnicol
Monique Lascaux
M.-T. Latreille
Christiane Laurent
Françoise Lavallard
G.
Le Bonniec
Danièle Lebrun
Annie Leclerc
M.-France Le Dantec
Colette Le Digol
Violette Leduc
Martine Leduc-Amel
Françoise Le Forestier
Michèle Leglise-Vian
M. Claude Lejaille
Mireille Lelièvre
Michèle Lemonnier
Françoise Lentin
Joëlle Lequeux
Emmanuelle de Lesseps
Anne Levaillant
Dona Levy
Irène Lhomme
Christine Llinas
Sabine Lods
Marceline Loridan
Edith Loser
Françoise Lugagne
M. Lyleire
Judith Magre
C. Maillard
Michèle Manceaux
Bona de Mandiargues
Michèle Marquais
Anne Martelle
Monique Martens
Jacqueline Martin
Milka Martin
Renée Marzuk
Colette Masbou
Cella Maulin
Liliane Maury
Edith Mayeur
Jeanne Maynial
Odile du Mazaubrun
Marie-Thérèse Mazel
Gaby Memmi
Michèle Meritz
Marie-Claude Mestral
Maryvonne Meuraud
Jolaine Meyer
Pascale Meynier
Charlotte Millau
M. de Miroschodji
Geneviève Mnich
Ariane Mnouchkine
Colette Moreau
Jeanne Moreau
Nellv Moreno
Michèle Moretti
Lydia Morin
Mariane Moulergues
Liane Mozere
Nicole Muchnik
C.
Muffong
Véronique Nahoum
Eliane Navarro
Henriette Nizan
Lila de Nobili
Bulle Ogier
J. Olena
Janine Olivier
Wanda Olivier
Yvette Orengo
Iro Oshier
Gege Pardo
Elisabeth Pargny
Jeanne Pasquier
M. Pelletier
Jacqueline Perez
M. Perez
Nicole Perrottet
Sophie Pianko
Odette Picquet
Marie Pillet
Elisabeth Pimar
Marie-France Pisier
Olga Poliakoff
Danièle Poux
Micheline Presle
Anne-Marie Quazza
Marie-Christine Questerbert
Susy Rambaud
Gisèle Rebillion
Gisèle Reboul
Arlette Reinert
Arlette Repart
Christiane Ribeiro
M. Ribeyrol
Delya Ribes
Marie-Françoise Richard
Suzanne Rigail-Blaise
Marcelle Rigaud
Laurence Rigault
Danièle Rigaut
Danielle Riva
M. Riva
Claude Rivière
Marthe Robert
Christiane Rochefort
J. Rogaldi
Chantal Rogeon
Francine Rolland
Christiane Rorato
Germaine Rossignol
Hélène Rostoff
G. Roth-Bernstein
C.
Rousseau
Françoise Routhier
Danièle Roy
Yvette Rudy
Françoise Sagan
Rachel Salik
Renée Saurel
Marie-Ange Schiltz
Lucie Schmidt
Scania de Schonen
Monique Selim
Liliane Sendyke
Claudine Serre
Colette Sert
Jeanine Sert
Catherine de Seyne
Delphine Seyrig
Sylvie Sfez
Liliane Siegel
Annie Sinturel
Michèle Sirot
Michèle Stemer
Cécile Stern
Alexandra Stewart
Gaby Sylvia
Francine Tabet
Danièle Tardrew
Anana Terramorsi
Arlette Tethany
Joëlle Thevenet
Marie-Christine Theurkauff
Constance Thibaud
Josy Thibaut
Rose Thierry
Suzanne Thivier
Sophie Thomas
Nadine Trintignant
Irène Tunc
Tyc Dumont
Marie-Pia Vallet
Agnès Van-Parys
Agnès Varda
Catherine Varlin
Patricia Varod
Cleuza Vernier
Ursula Vian-Kubler
Louise Villareal
Marina Vlady
A. Wajntal
Jeannine Weil
Anne Wiazemsky
Monique Wittig
Josée Yanne
Catherine Yovanovitch
Annie Zelensky

La liste de signatures est un premier acte de révolte. Pour la première fois, les femmes ont décidé de lever l’interdit qui pèse sur leur ventre : des femmes du Mouvement de Libération des Femmes, du Mouvement pour la Liberté de l’Avortement, des femmes qui travaillent, des femmes au foyer.
Au Mouvement de Libération des Femmes, nous ne sommes ni un parti, ni une organisation, ni une association, et encore moins leur filiale féminine. Il s’agit là d’un mouvement historique qui ne groupe pas seulement les femmes qui viennent au M.L.F., c’est le mouvement de toutes les femmes qui, là où elles vivent, là où elles travaillent, ont décidé de prendre en main leur vie et leur libération.
Lutter contre notre oppression c’est faire éclater toutes les structures de la société et, en particulier, les plus quotidiennes. Nous ne voulons aucune part ni aucune place dans cette société qui s’est édifiée sans nous et sur notre dos.
Quand le peuple des femmes, la partie à l’ombre de l’humanité, prendra son destin en main, c’est alors qu’on pourra parler d’une révolution.
Un Mouvement pour la Liberté de l’Avortement s’est constitué, qui regroupe toutes celles et ceux qui sont prêts à lutter jusqu’au bout pour l’avortement libre. Ce mouvement a pour but de susciter des groupes de quartier et d’entreprise, de coordonner une campagne d’explication et d’information, de se transformer en mouvement de masse seul capable d’imposer notre droit à disposer de nous-mêmes.

Lien: http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20071127.OBS7018/le-manifeste-des-343-salopes-paru-dans-le-nouvel-obs-en-1971.html

Autour de la polémique Philippe Garnier, une contribution d’Elisabeth Lebovici: « Couvrez ce genre, que je ne saurais voir : Tartufferies de la Cinémathèque française »

A lire en entier en cliquant sur ce lien: http://le-beau-vice.blogspot.fr/2017/02/la-cinematheque-francaise-naime-ni-les.html

 

« La présentation dévalorisante de la Cinémathèque a tout de suite été dénoncée par Nicole Fernandez Ferrer du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir et par l’excellent blog Le Genre et l’Ecran . Elle a fait l’objet d’une tribune sur Buzzfeed, relayée sur les réseaux sociaux, et signalant, au delà de cette rétrospective, le flagrant manque d’intérêt de la Cinémathèque Française pour les femmes réalisatrices (un désintérêt « vu dans le métro » à chaque fois que s’affichent les programmes de la Cinémathèque: c’est un cauchemar récurrent).

(…)

Est-ce la peine de revenir sur cette argumentation éculée, qui va complètement à l’encontre des recherches sur la place et le rôle des femmes au sein de l’industrie cinématographique, sur la dimension sexuée des genres cinématographiques, sur les renouvellements de l’approche « auctoriale » de la critique cinématographique j’en passe et des meilleures, bref sur cet élargissement des idées reçues… On voit, au contraire, une fois de plus, comment la Cinémathèque [à la ] Française corrobore la vision institutionnelle d’une cinéphilie (blanche et mâle) qui ne supporte aucune critique du pouvoir patriarcal et de la vision « purement » cinématographique que ce pouvoir entend reproduire. Dès 1999 (!) Geneviève Sellier et Brigitte Rollet avaient fait un état des lieux accablants. Près de vingt ans après, ça n’a pas vraiment changé et les études en question restent… anecdotiques.
Un terme que nous récupérons, bien sûr. Alors, vive l’anecdote.


En collaboration avec