Archives de catégorie : Projection

Nataša Petrešin-Bachelez on Delphine Seyrig + screening of ‘à la santé des allies’ by Mounira Al Solh at the EYE Filmmuseum (Amsterdam) on December 15th 2017

Nataša Petrešin-Bachelez on Delphine Seyrig / Mounira Al Solh

 

Mounira Al Solh, ‘à la santé des alliés’ (2003–2016), video still. Courtesy the artist.

 

 

As part of If I Can’t Dance, I Don’t Want To Be Part Of Your Revolution’s introductions to the artists and researchers of VII (2017–2018), Social Movement, we are pleased to welcome you to the EYE Filmmuseum, Amsterdam on Friday 15 December for an introduction to Nataša Petrešin-Bachelez’s research on Delphine Seyrig and a screening of ‘à la santé des allies’ by Mounira Al Solh.

The afternoon will begin at 2pm with Nataša Petrešin-Bachelez’s introduction to her contemporary reading and reactivation of the video work of French actress, video maker, and renowned feminist activist Delphine Seyrig (1932–1990).

Central to the project is Seyrig’s unrealised black and white silent feature film on the supposed letters of American frontierswoman Calamity Jane to her daughter (first edited by Jean Hickok McCormick in 1949). Commenced in the late seventies, across her years of work towards the film’s production, Seyrig first involved Babette Mangolte as camerawoman for research footage produced during a visit to Billings, Montana, and later the artist Etel Adnan to produce a text. The relationship between a mother and daughter was at the heart of Seyrig’s interest in this story, and is something that she additionally explored as an actress in Chantal Akerman’s film ‘Letters Home’ (1986).

For the introduction to her research project, Petrešin-Bachelez will consider the legacy of Seyrig’s life and elaborate on her interest in this paternal relationship through screening excerpts of Mangolte’s rushes and Akerman’s film, alongside Seyrig’s own video works ‘Inês’ (1974), ‘S.C.U.M Manifesto’ (1976), and ‘Maso et miso vont en bateau’ (1976) which were made individually or in collaboration with Carole Roussopoulos, Nadja Ringart, and Ioana Wieder.
Nataša Petrešin-Bachelez’s project is part of a larger commission initiated by Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (Paris), on which she is working with the art historian Giovanna Zapperi. The project with If I Can’t Dance will also include a collaboration with the choreographer Eszter Salamon on the development of a new work.
To conclude the afternoon, at 4pm the artist Mounira Al Solh will screen her video ‘à la santé des allies’ (2003–2016), duration 33:34 minutes.

‘à la santé des allies’, which translates as « to the health of allies », recounts the potentially endless variations of the beginning of a film. Through this, the film narrates layers of sub-stories and parallel events in Lebanon and Syria during the pan-Arab Nasserites movements of the 1950s and 1960s. Told from the different perspective of the artist’s relatives, each person’s opinion and recollection of the same political or social incident begin to contradict each other, to mix up events both personal and political, and to reveal time as three-dimensional rather than linear.
Admission to the screening is €5-.
Tickets are sold as a double bill and include admission to the presentation on Delphine Seyrig by Nataša Petrešin-Bachelez and the screening of ‘à la santé des allies’ by Mounira Al Solh.

These presentations are the final event of an unfolding programme of introductions to the artists and researchers of VII (2017–2018), Social Movement, which see the commissioned artists present an existing work and the Performance in Residence researchers an introduction to their project. These events have taken place each month—across September, October, November and December—in various locations in Amsterdam.

The programme of If I Can’t Dance is financially supported by the Mondriaan Fund, the Creative Europe Programme of the European Union, the AFK (Amsterdam Fund for the Arts), and Ammodo. If I Can’t Dance is a member of Corpus and Performance Platform.

 

Facebook link: https://www.facebook.com/events/183058182277010/

Séance spéciale du ciné-club le 7ème genre « Drôle de Félix » (2000) en présence des réalisateurs Olivier Ducastel et Jacques Martineau le 29 juin (Paris)

 

Séance spéciale le jeudi 29 juin à 20h30 au Brady autour Drôle de Félix (2000) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, en présence des réalisateurs. 

Soirée en partenariat avec la mairie du 10e arrondissement de Paris, dans le cadre de la Journée mondiale des réfugiés LGBT et de la Marche des Fierté.

 

Drôle de Félix

Réalisé par : Olivier Ducastel et Jacques Martineau
Avec : Sami Bouajila, Pierre-Loup Rajot, Ariane Ascaride, Patachou

Durée : 1h37
Année : 2000

 

Félix vit à Dieppe. Un concours de circonstances lui permet de réaliser un projet ancien : aller à Marseille rencontrer son père qu’il ne connaît pas. Mais Félix est un peu romanesque : aux chemins de fer, il préfère les chemins de traverse et les voitures d’emprunt. Très vite, le charme du printemps naissant, les paysages et les rencontres ralentissent sa progression. Parti pour faire la connaissance de son père réel, c’est en fait une famille idéale que Félix se construit tout au long de son trajet : un petit frère, une grand-mère, un cousin, une soeur …

 

Lien: http://le7egenre.fr/seance-speciale-drole-de-felix/

Page Facebook de la projection: https://www.facebook.com/events/297161767397590/

« ‘Perturbation, ma sœur’: Carole Roussopoulos activiste vidéo »: Rencontre autour de l’œuvre de Carole Roussopoulos avec Nicole Fernández Ferrer le 1er juillet 2017 à Paris

 

« ‘Perturbation, ma sœur’: Carole Roussopoulos activiste vidéo »:
Rencontre autour de l’œuvre de Carole Roussopoulos avec Nicole Fernández Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir le samedi 1er juillet 2017 à 15h à la Halle Saint Pierre, Paris:

« Perturbation, ma sœur* » : Carole Roussopoulos activiste vidéo.

par Nicole Fernández Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

Cherchez le trouble non pas comme manque de clarté mais comme perturbation, dérèglement de l’ordre établi, impétuosité d’une parole.
C’est ce que nous donne à voir et à entendre Carole Roussopoulos dans une sélection de ses vidéos des années 1970 à 2000 à travers des personnes engagées et des situations politiques agitées.
De la lutte des vétérans du Vietnam aux militant.e.s du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, de Jean Genet et Angela Davis aux femmes de LIP, des prostituées en grève aux Babouches chantantes, de Delphine Seyrig agitatrice féministe à la transmission de combats antiracistes et antinazis, Carole Roussopoulos dérange les idées reçues, bataille caméra vidéo féministe au poing et nous bouleverse.

Liste des films projetés intégralement :

Christiane et Monique, LIP 5 (30 min)
Genet parle d’Angela Davis (7min 30)
Il faut parler : portrait de Ruth Fayon (28 min)

Quelques extraits des films suivants seront présentés et commentés brièvement :

Le FHAR
SCUM Manifesto
Les vétérans du Vietnam
Flo Kennedy : portrait d’une féministe américaine
Les Babouches
Les Prostituées de Lyon parlent

*Avec l’aimable autorisation de Cathy Bernheim auteure du livre
Perturbation, ma soeur – Naissance d’un mouvement de femmes.
Editions du Seuil, 1983.
Réédition Le Félin-Kiron, 2010

INFOS PRATIQUES
Dans le cadre de l’exposition Grand Trouble :
la projection rencontre a lieu
à l’auditorium de la Halle Saint Pierre
2, rue Ronsard 75018 Paris
(Réservation conseillée : 01 42 58 72 89)

 

Lien: http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/2017/06/13/1er-juillet-a-15h-perturbation-ma-soeur-carole-roussopoulos-activiste-video/

 

Page Facebook de l’événement: https://www.facebook.com/events/289189231505605/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%22null%22%7D

Projection-débat « AD INFINITUM. » de Lydie Jean-Dit-Pannel le 13 juin au Forum des images, en présence de la réalisatrice. Séance organisée par le Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir

Première du film
AD INFINITUM. de Lydie Jean-Dit-Pannel

France, 2017, 35 min, version originale française
Projection suivi d’un débat avec la réalisatrice.
En présence de Eliott Gualdi qui signe la musique originale du film
et de Yannick Rousselet, conseiller technique.

Aventurière solitaire, amoureuse blessée et guerrière survivante, Psyché s’est imposée comme l’alter-ego artistique de Lydie Jean-Dit-Pannel. A travers cette héroïne, dans le sillon de la figure du papillon Monarque qui lui a d’abord servi d’emblème, la plasticienne et réalisatrice dit son désir d’amour et de voyage, comme sa déception face à une humanité qui court à sa perte, exposée au danger mortel du nucléaire.
Pour le film « & a Fade to Grey » (2014), elle est allée au bout du monde à la recherche des lieux de l’histoire marqués par l’atome. Hiroshima, la région de Fukushima, Tchernobyl, le Nevada test Site, Los Alamos, le White Sands missile Range… Mais jamais elle n’a pu oublier que qu’elle vivait en France.
La France et ses 58 réacteurs, la France et ses sites de stockage, la France et ses installations nucléaires militaires, la France et ses sites de démantèlement, la France et ses projets d’enfouissement, la France et ses déchets.
La France pays le plus nucléarisé au monde.
Elle a pris la route un tout petit matin de septembre 2015. AD INFINITUM.
6 mois, 10 141 kilomètres, 37 sites nucléaires.——————–Lydie Jean-Dit-Pannel questionne l’image depuis plus de 20 ans au travers de projets au long cours. La vidéo, la photographie, la performance, l’installation, le tatouage et le texte donnent des formes à son travail. Très sensibilisée aux atteintes que l’homme porte à la planète elle produit des œuvres importantes liées à la disparition du papillon Monarque ou à la dissémination nucléaire. Lors de ses errances à travers les paysages toxiques de la planète Lydie-Jean-Dit-Pannel s’interrogent sur la nécessité de montrer pour alerter. Lydie Jean-Dit-Pannel vit et travaille entre Dijon et Paris. Elle enseigne à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon.

INFOS PRATIQUES

Mardi 13 juin 21h / Forum des Images
Forum des Halles – 2, rue du Cinéma – 75045 Paris Cedex 01
Métro Les Halles : ligne 4 – Châtelet : lignes 1, 7 et 14
Châtelet-Les Halles : RER A, B et D.

En partenariat avec

 

Save the Dates!

PROCHAINES PROJECTIONS

mardi 3 octobre 2017 à 21h
mardi 5 décembre 2017 à 21h

Lieu : FORUM DES IMAGES
Forum des Halles – 2, rue du Cinéma – 75045 Paris Cedex 01

SÉMINAIRE

Jeudi 22 juin 2017 à 18h30

“Vers un féminisme transnational ? Internationalisme, féminisme

et luttes anti-coloniales dans les années 1970”

Avec Bouchra Khalili et Françoise Vergès.

Lieu : FORUM DES IMAGES – salle 50

Forum des Halles – 2, rue du Cinéma – 75045 Paris Cedex 01

 

 

Lien: http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/category/agenda/

Projection du film « Vivre me tue » (Jean-Pierre Sinapi, 2002) dans le cadre du ciné-club Le 7ème Genre en présence du réalisateur, de Daniel Tonachella et de Jalil Lespert le 22 mai (Paris)

lundi 22 mai 2017 à 20h

Cinéma Le Brady: 39 Boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

Nos invités : Jean-Pierre Sinapi, réalisateur, Daniel Tonachella, scénariste et Jalil Lespert

VIVRE ME TUE Un film de Jean-Pierre Sinapi (France – 2002 – 1h26)
avec Sami Bouajila, Jalil Lespert, Sylvie Testut
Scénario: Jean-Pierre Sinapi, Daniel Tonachella

Paul, 27 ans, vit à Paris avec ses parents et son frère Daniel. Malgré ses diplômes, il travaille comme livreur de pizza. De son côté, Daniel en échec scolaire, est obsédé par la musculation et commence à se doper. « Dans Vivre me tue* c’est la différence vécue comme un déchirement qu’a abordée Jean-Pierre Sinapi à travers le parcours bouleversant de deux frères. Daniel et Paul, issus de l’immigration marocaine, vivent leur double culture comme un fardeau. Ils pensent impossible de s’intégrer sans se déformer, intellectuellement pour l’un, physiquement pour l’autre. A leurs yeux, il n’est pas de salut hors de la norme. Et pourtant, c’est précisément sa singularité qui va porter Paul vers l’amour et l’écriture » (Fabienne Servan-Schreiber, productrice).

* adapté du livre éponyme de Paul Smail (alias Jack-Alain Léger / Balland, 1997)

en partenariat exceptionnel avec
Paris 2018

en partenariat avec
CarlottaFilms
et Centre LGBT Paris-Îdf, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris »

Réservez votre place à tarif préférentiel 6.50€ (au lieu de 8.50€) à la caisse du Brady ou ici avant le 21 mai minuit: http://www.lebrady.fr/pl/vqedpbjsh

Lien: http://www.lebrady.fr/

La BnF fait son Festival – La bibliothèque parlante: 20-21 mai 2017

Lien: http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/conferences/f.festival_bnf.html?seance=1223926993460&frm=oui

 

Pendant deux journées entières, la BnF ouvre grand ses portes pour donner la parole aux livres, aux documents d’archives sonores, aux lecteurs, aux passants…
Des invités prestigieux comme Isabelle Adjani, Fanny Ardant, Bruno Putzulu, Denis Lavant, Véronique Aubouy, Marcel Bozonnet, Amira Casar et bien d’autres, prêteront leur voix et leur talent, pour transformer la BnF en « Bibliothèque parlante » le temps d’un week-end. Une occasion de célébrer à voix haute les textes, les savoirs et les idées.

Événement

  • INFORMATIONS PRATIQUES

  • samedi 20 mai 2017 – 10h00-20h00François-MitterrandEntrée libre dans la limite des places disponibles
    Accès prioritaire dans les auditoriums pour les détenteurs du Pass Lecture/Culture
  • AUTRES SÉANCES

  • La Bibliothèque parlante

  • dimanche 21 mai 2017

logo de France Inter

Événement en partenariat avec Télérama, Lire et France Inter.

 

samedi 20 mai 2017   10h00-20h00

La Bibliothèque parlante

Programme

10h-14h, Salle A, salle de l’Audiovisuel, Salon de cinéma
Les écrivains ont la parole : entretiens et lectures
Programme inédit de films littéraires sur grand écran avec Albert Camus, Marguerite Duras par Benoît Jacquot., l’ atelier d’écriture de Valère Novarina,Marie Darrieussecq pour Histoires d’écrivains, et Eugène Ionesco qui lit ses contes pour enfants

11h -14h, Hall Est
Studio France Inter
Émission « Sur les épaules de Darwin » de Jean-Claude Ameisen en direct sur France Inter
et enregistrement de l’émission « On va déguster » de François Régis Gaudry

11h-11h30, Salle 70
Master Class Félix Libris

Comment interpréter à haute voix la littérature?
Félix Libris, star internationale de lecture à haute voix fait entendre l’interprétation la plus juste possible de textes littéraires (Baudelaire, Beckett, Chevillard, Diderot, Flaubert, etc.) Ces lectures commentées de façon amusante et savante dévoilent une approche vivante des livres

12h-12h30, Foyer du Petit auditorium
Match d’improvisation littéraire par la Ligue Française d’Improvisation

12h30-13h, Hall Ouest, Globes de Coronelli.
La scène des globes. Café-concert
Suite de mélodies françaises sur les textes de Mallarmé, Verlaine, Baudelaire, Cocteau ou encore de Pierre Louÿs.
Par Eva Kubicek , chant et Séverin Treille, piano

12h30-13h, Hall Ouest, Globes de Coronelli
La scène des globes. Café-concert
Suite de mélodies françaises sur les textes de Mallarmé, Verlaine, Baudelaire, Cocteau ou encore de Pierre Louÿs
Par Eva Kubicek, chant et Séverin Treille, piano

13h45, Salle I, Centre national de la littérature pour la Jeunesse
Lectures à l’attention des 9-12 ans proposées par le CNLJ
Par Macha Dussart et Numa Vilató, comédiens
L’opéra de la lune Jacques Prévert
La belle lisse poire du prince de Motordu
Jack Sendak, Funambule, Traduction de Françoise Morvan
Michel Tournier, Barbedor

14h-15h, Grand auditorium
Rencontre
Robert Lepage
et Alberto Manguel, autour de La bibliothèque la nuit

14h-15h, Salle 70
« Tout Proust en 1h » avec Véronique Aubouy.

14h-14h30, Petit auditorium
L’Oulipo, La bibliothèque imaginaire de l’Oulipo
Jeux littéraires autour de la thématique de la bibliothèque

14h-17h, Salle A, salle de l’Audiovisuel
Livres enrichis : sélection de livres pour tablettes

En salle A, les livres s’animeront. Une sélection de livres pour tablettes, enrichis et augmentés, sera proposée dans le cadre d’ateliers. Des titres primés comme Wuwu and Co ou Night of the living dead Pixels prendront vie sur grand écran

14h30-15h, Hall Ouest, Globes de Coronelli
La scène des globes. Café-concert
Un Café-concert verra se succéder de jeunes artistes de la scène française avec un programme Prévert proposé par le Hall de la Chanson et les élèves du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

14h30-15h, Hall Est, scène côté frise
Jeune publicL’heure du conte pour les enfants et la famille par Philippe Imbert

14h45, Salle I, Centre national de la littérature pour la Jeunesse
Lectures à l’attention des 9-12 ans proposées par le CNLJ
Par Macha Dussart et Numa Vilató, comédiens
L’opéra de la lune Jacques Prévert
La belle lisse poire du prince de Motordu
Jack Sendak, Funambule, Traduction de Françoise Morvan
Michel Tournier, Barbedor

15h-15h30, Club de l’Est
Grandes lectures, grands lecteurs
Isabelle Fournier
, lecture de textes de Louise Labbé (XVIe siècle) déclamés en français de la Renaissance

15h-15h30, Hall Ouest, Hall des Globes
Balade en poésie par Christiane Taubira

15h15-15h45, Salle 70
Ateliers de lecture à haute voix
Par la Compagnie Les Livreurs.

15h30-16h, Foyer du Petit auditorium
Match d’improvisation littéraire par la Ligue Française d’Improvisation

15h30-16h10, Petit auditorium
Grandes lectures, grands lecteurs
Bruno Putzulu
, autour de La vie devant soi d’Émile Ajar / Romain Garry

15h30-16h30, Grand auditorium
Grandes lectures, grands lecteurs
Fanny Ardant
et Sonia Wieder Atherton, autour de Marguerite Duras

15h45, Salle I, Centre national de la littérature pour la Jeunesse
Lectures à l’attention des 9-12 ans proposées par le CNLJ
Par Macha Dussart et Numa Vilató, comédiens
L’opéra de la lune Jacques Prévert
La belle lisse poire du prince de Motordu
Jack Sendak, Funambule, Traduction de Françoise Morvan
Michel Tournier, Barbedor

16h-16h30, Hall Est, scène côté frise
Jeune publicL’heure du conte pour les enfants et la famille par Philippe Imbert

16h-16h30, Salle 70
Master Class Félix Libris
Comment interpréter à haute voix la littérature?
Félix Libris, star internationale de lecture à haute voix fait entendre l’interprétation la plus juste possible de textes littéraires (Baudelaire, Beckett, Chevillard, Diderot, Flaubert, etc.) Ces lectures commentées de façon amusante et savante dévoilent une approche vivante des livres

16h-16h30, Petit auditorium
L’Oulipo, La bibliothèque imaginaire de l’Oulipo
Jeux littéraires autour de la thématique de la bibliothèque

16h15-16h45, Hall Ouest, Globes de Coronelli
La scène des globes. Café-concert
Suite de mélodies françaises sur les textes de Mallarmé, Verlaine, Baudelaire, Cocteau ou encore de Pierre Louÿs
Par Eva Kubicek, chant et Séverin Treille, piano

16h30-17h15, Spectacle itinérant entre les halls Ouest et Est (départ devant le vestiaire Hall des Globes)
« AE – Les Années » par la Compagnie ToNNe
Traversée de l’écriture d’Annie Ernaux, des années 1940 à nos jours. Les textes évoquent l’évolution de la place de la femme, la découverte du désir, les luttes pour le droit à l’avortement et l’arrivée de la modernité

16h30-17h15, Hall Est, Aquarium
Jeune public – Les petits goûters philosophiques
Par Véronique Delille
Tous publics à partir de 5 ans. Thème : « le vrai et le faux »

16h45, Salle I, Centre national de la littérature pour la Jeunesse
Lectures à l’attention des 9-12 ans proposées par le CNLJ
Par Macha Dussart et Numa Vilató, comédiens
L’opéra de la lune Jacques Prévert
La belle lisse poire du prince de Motordu
Jack Sendak, Funambule, Traduction de Françoise Morvan
Michel Tournier, Barbedor

17h-18h, Salle 70
« Tout Proust en 1h » avec Véronique Aubouy

17h-18h, Grand auditorium
Spectacle musical autour de Rose Planète par Nicolas Comment
Du parlé-chanté (sprechgesang) à l’électro post rock vidéo ambiant

17h-17h30, Hall Ouest, Globes de Coronelli
La scène des globes. Café-concert
Un Café-concert verra se succéder de jeunes artistes de la scène française avec un programme Prévert proposé par le Hall de la chanson et les élèves du CNSMDP

17h-17h30, Club de l’Est
Grandes lectures, grands lecteurs
Isabelle Fournier
, lecture de textes de Louise Labbé (XVIe siècle) déclamés en français de la Renaissance

17h-20h, Salle A, salle de l’Audiovisuel, Salon de cinéma
Les écrivains ont la parole : entretiens et lectures
Programme inédit de films littéraires sur grand écran consacré aux femmes de lettres avecColette, Marguerite Yourcenar, Nathalie SarrauteAnnie Ernaux, Lydie Salvayre et Sylvie Germain

17h30-18h, Hall Est, Aquarium
Jeune public – Leçons de philosophie notamment à partir du Prince de Motordu
À l’attention des 7/10 ans.

18h-18h30, Foyer du Petit auditorium
Match d’improvisation littéraire par la Ligue Française d’Improvisation

18h-19h20, Petit auditorium,
BERLIN 33 Histoire d’un Allemand
d’après Histoire d’un Allemand – Souvenirs  1914-1933 de Sebastian Haffner (Actes Sud) – traduction de Brigitte Hébert – 2002, adaptation René Loyon, spectacle conçu par Laurence Campet, Olivia Kryger et René Loyon
Jeu : René Loyon – direction d’acteur : Laurence Campet et Olivia Kryger, son : Hervé Le Dorlot, lumières et régie générale : Frédéric Gillmann

18h30-19h15, Grand auditorium
Grandes lectures, grands lecteurs
Amira Casar,
Ouestern de Claire Guezenguar
Mise en espace par Razerka Ben Sadia-Lavant

 

Et toute la journée

Hall Ouest
Présentation de « machines à sons » de la collection Charles Cros
-« Puits à pétrole »
– Ronéophone Pathé
– Graveuse Brettmon
– Phonographe Fondain à feuille d’étain
– Dictaphone à cylindre
– Edison Voicewriter (dictaphone à disques souples)

Hall Ouest, installation et diffusion
SCUM Manifesto
Réalisé par Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig (1976).
Vidéo restaurée en 2017. Première présentation publique.
La version française de SCUM Manifesto, le manifeste féministe radical de Valerie Solanas paru en 1967 aux États-Unis, est épuisée depuis sa sortie en 1971 en France. Les deux réalisatrices répondent à la violence épistémologique que constitue cette censure éditoriale en mettant en scène une lecture de SCUM Manifesto : Delphine lit des extraits que Carole tape à la machine…

15h Salle B, 16h Salle C, 17h Salle G
Le carillon de la BnF
Lectures sonores. Aux heures dites, dans les salles de lecture, un court texte en lien avec la (ou les) discipline (s) sera lu par les Livreurs.

Installation, Hall Est
« Livre in room »
Expérience d’un cabinet de curiosités en forme d’hologramme sonorisé lié à un texte choisi sur une étagère dans un espace clos

Terrasse Est
Les grandes voix du XXe siècle
Façon sieste électronique, dans des transats, écoute individuelle au casque d’archives des paroles de Guillaume Apollinaire à Roland Barthes, en passant par Marguerite Duras et Nathalie Sarraute, Albert Camus, René Char ou Simone de Beauvoir…

Salle des Commissions
Le studio BnF, «  A moi de lire »
Le public lit des textes sélectionnés dans Gallica autour du thème des bibliothèques. Chacun peut enregistrer sous forme d’un « sonomathon » image et /ou son ces séquences qui sont ensuite mises en ligne sur Youtube

Esplanade Est
Le marathon lecture
Envie d’un projet fou et collectif autour de la lecture ?
Venez-vous relayer pour lire, pendant deux jours, le Don Quichotte de Cervantès. Comédien ou amateur, grand ou petit lecteur, votre participation est de mise pour ne pas rompre la chaîne ! A cette occasion, Gallica proposera, aux plus timides comme aux plus téméraires, de puiser gratuitement dans son catalogue de livres numériques

Haut-de-jardin
Surprises itinérantes par la Ligue Française d’Improvisation

La Bande-son de la BnFsur inscription à l’accueil
SAMEDI : A partir de 10h30, Galerie Jules Verne // DIMANCHE : A partir de 13h, Galerie Jules Verne
Par petit groupe, à partir de sons enregistrés par des artistes, composer des saynètes sonores faisant revivre les grands auteurs et les héros de la littérature internationale.durée : 30 min, 7 sessions dans la journée

Cinéma Sonore, Hall Ouest à côté de l’œuvre de Louise Bourgeois
atelier en continu, accès libre. Public familial
Durée : expérience sonore de 5 à 15 min
Seul ou en famille, écoutez et créez les univers sonores des romans de la BnF

Esplanade de la BnF, côté Est
Food trucks avec installation de « coins de lectures » (Speaker Corner)

 

Visites de la BnF

•Visites des coulisses de la BnF (Belvédère, TAD)
Des médiateurs emmènent des groupes de 20 personnes pour une découverte de la BnF et de ses espaces privés
Visite en continu (sans inscription / accès libre)
SAMEDI : de 10h30 à 19h45 (dernier départ à 19h15) toutes les 15 min / DIMANCHE : de 13h à 18h15 (dernier départ à 17h45) toutes les 15 min
Durée de la visite : 30 min
RDV dans la hall Est, au niveau des vestiaires

•Exposition Sciences pour tous en accès libre
Allée Julien Cain


•Visites de la collection Charles Cros (sur inscription)

La collection Charles Cros rassemble plus de 1400 appareils d’enregistrement et de lecture de documents sonores, vidéo et multimédia. Héritière des institutions qui ont précédé le département de l’Audiovisuel, elle présente trésors et excentricités techniques, objets du quotidien et prototypes industriels. (Présentation de « machines à sons » de la collection Charles Cros hall Ouest)

Le 20e Printemps lesbien de Toulouse du 11 au 21 mai 2017 !

 

Cet anniversaire se joue en 18 événements – dont 8 non mixtes – sur 2 semaines.
Films – feu roulant d’images, fixes ou animées, historiques et mythiques –,
théâtre en chansons, slam, philosophie, littérature, conférence, atelier, rencontres.
Les temps forts
: le concert de la bluffante Aurore Chevalier, la recherche inédite de Catherine Gonnard sur les écrivaines lesbiennes à la télévision dans les années 1950-70, une sélection de films sur l’art féministe aux Abattoirs, une rencontre avec des lesbiennes réfugiées.

 

ÉDITORIAL

20ans#lebelâge! ______________________________________________________________

Vingt Printemps ça se FÊTE fort.
Vingt Printemps ? Le bel âge pour enrager, pour exulter. En amour de nous, en célébration de nous. Pour sûr, on va encore bien s’amuser !

En faisant quoi ?
D’abord se rappeler à nos bons souvenirs. Se lancer sur la piste de nos Histoires et danser nos Pensées, étreindre nos Émois, foudroyer l’Ennemi, (continuer à) démonter de nos Concepts ses machineries à nuire, faire du Féminisme tout un Art. Et que dire du Lesbianisme ! Bref, rien que des majuscules.
Et les lesbiennes sont partout. Et ne céderont jamais sur leurs Désirs. D majuscule pareil. Puisque enfin, le désir, c’est la clef non ?

Penser la langue,
l’écriture, le lesbianisme.
Avec la VOIX de Michèle Causse, restituée grâce à des Entretiens en partie inédits, publiés par nos amies du Québec, les éditions Sans Fin.
Et puisque les lesbiennes sont partout, elles sont même à la télé et le prouvent, grâce à Catherine Gonnard qui dé-voilera les pépites de la petite lucarne. Décennies 1950-70: des écrivaines lesbiennes se faisaient interviewer en transmettant leurs messages… subliminaux. Ou pas !

Quant à la traque de nos images elle est cruciale, nous le savons depuis toujours. Aussi pour l’inauguration de ce 20e Printemps, ce sera un feu roulant d’images, fixes ou animées, historiques et mythiques, de nos faits et gestes. Depuis le légendaire Bagdorama de 1992 (tandem Julien-Godon) au Lesborama inédit de la photographe Odile Debloos (sur nos colloques 2002-2009) et la vidéo émouvante du duo Flous-Lazzarotto sur le colloque 2006 (Tout sur l’amour), en passant par le réjouissant LEZbiennes sinon rien, réalisé en 2009 pour les 20 ans de Bagdam par les Joséfine-Barbara, et enfin le cocktail des petits bijoux de bandes annonces de Flora Cariven, additionnées à d’autres surprises en exclusivité.

Cabaret, cabaret… Et que les spectacles commencent ! Et nous en aurons tout notre content à applaudir, avec Aurore Chevalier, dont les « putains d’poèmes » parlent lesbienne en évidence, et les duettistes férocement féministes du collectif L’Intruse.

Et puisque le lesbianisme est aussi tout un art, pétri d’un féminisme à ses débuts d’une subversivité inouïe, nous passerons des films qui en témoignent : Womanhouse, Interior Scroll, audaces à scotcher de plaisir, utopie créatrice à mourir d’envie de faire tout comme elles, ces lesbiennes et féministes révolutionnaires des années 1960-70-80…

Et la poésie ?
Présente ! Via un duo de choc : quand Hammer (Barbara) « rencontre » Bishop (Elisabeth), l’une des big poètes américaines du XXe siècle, ça donne un documentaire d’une grande beauté plastique sur ce qu’étaient ces vies d’intellectuelles, d’architectes, de poètes lesbiennes dispersées dans une diaspora d’errances. Quand se DIRE lesbienne, malgré leur notoriété et leur aisance, était alors plus que problématique. Mais elles l’étaient, lesbiennes, et s’aimaient et se séparaient tout comme nous. Et vous mordrez dans la poésie de leurs aimances grâce à ce film, qui contextualise toute une époque dont nous sommes friandes.

Pour une mappemonde de nos existences
Voyage, voyage… La Hongrie aux temps du communisme, vous imaginez les lesbiennes, ce qu’elles vivaient ? Non. Eh bien le film de Mária Takács va vous faire percuter la chose. Et la Chine ? Et hop, deux films rares sur les Chinoises, trésors fournis par nos invitées Nicole F.-Ferrer du Centre audiovisuel Simone-de-Beauvoir et Marie Vermeiren, du festival international de films de femmes de Bruxelles, Elles tournent.
Rare aussi le film Rara (Chili), titre qui signifie « bizarre », donc homo. Vous avez dit bizarre ? En réalité insupportable, insupportable qu’il existe encore et partout des hommes pour empêcher une femme, au prétexte que c’était « la leur », d’avoir la garde des enfants qu’elle élève désormais avec sa chère amoure.
Et la révolution arabe chez les artistes femmes? Elle se hurle en mode Heavy Metal du côté du Caire. Oui, en Égypte !

Le moi Lesbienne
Inégales nous sommes sur la carte du monde. Beaucoup sont empêchées d’ÊTRE par l’internationale de la haine dans des nations toxiques. Une solidarité s’impose avec Les lesbiennes dépassent les frontières dont le moi lesbienne est si fort qu’elles ont risqué leur vie plutôt que d’y renoncer.
D’autres aussi n’ont pas renoncé, portées par la volonté farouche de garder leur moi intact ; elles témoignent dans l’excellent Gender Troubles: the Butches de Lisa Plourde.
Un atelier, malicieusement intitulé « Ton moi lesbienne à toi », nous met au défit de nous dire en 5 minutes !

Ce Printemps ne serait pas le 20e Printemps sans le gâteau et les bougies et LA fête et nos musiques.
Ces journées partagées nous régaleront encore d’échanges, d’intensité, de plaisirs et de rires. Toutes autant que nous sommes, mues par notre désir irrésistible d’être nos propres légendes dans notre vie même.

Le 20e Printemps lesbien de Toulouse est organisé avec nos partenaires associatives : Folles Saisons, la Luna loca (Toulouse), Cineffable (Paris), le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (Paris)

 

Consultez le programme complet: http://www.bagdam.org/programmeleger017.pdf

Projection du film « À mon âge je me cache encore pour fumer » en présence de la réalisatrice Rayhana et des actrices le 10 mai au Magic Cinema de Bobigny

 

Le Magic Cinéma a le plaisir de recevoir la réalisatrice Rayhana qui viendra avec les comédiennes échanger avec le public à l’issue de la projection de son film À mon âge je me cache encore pour fumer.

Mercredi 10 mai à 20h.

Tarif : 3,50€
Réservations : 01 83 74 56 73

*****
À mon âge je me cache encore pour fumer
De Rayhana / France – Grèce- Algérie / 2016 / 1h30 / VOSTF
Avec Hiam Abbass, Fadila Belkebla, Nadia Kaci, Biyouna
Mons ; Créteil ; Angers 2017

Neuf femmes algériennes, de conditions et d’âges divers, se livrent, à l’abri du regard des hommes, au coeur d’un hammam, à une conversation libre qui touche à l’intimité des corps et à tous les tabous de leur société. L’écriture de Rayhana est truculente, tendre et drôle. Toutes les comédiennes sont parfaites. Un spectacle tonique et réjouissant.

 

Lien Facebook de l’événement: https://www.facebook.com/events/1430486400344749/

« Who is speaking? Representation and non-representation in (art) politics today » avec Paola Bacchetta et Françoise Vergès le 27 avril à Gand

Who is speaking? Representation and non-representation in (art) politics today

 


19:00: Screening of ‘La conférence des femmes, Naïrobi ’85’ by Françoise Dasques (KASKcinema)

20:30: Conversation between Paola Bacchetta and Françoise Vergès (Cirque)

In the framework of the programme of L’Internationale Dialogues*, the political scientist Françoise Vergès and feminist, queer scholar and sociologist Paola Bacchetta will be engaged in a conversation about who has the right to speak in our societies. They will address this question through looking into their personal and professional paths, and decolonization movements within feminist history and theory.

*Over the past four years, L’Internationale and its partners have worked in the current unstable geopolitical and ecological constellation to activate the values of culture and international collaboration. What specific contribution can museums and cultural institutions offer to counter the plural crisis of today’s fragmented globalised society? How can specificity, research, dialogue and difference be constructively activated in the institutions of culture to build lasting friendships between communities? This spring, The Uses of Art programme culminates in a series of simultaneous activities, linked through L’Internationale Dialogues: a rich programme of engaged professional dialogues. This programme is launched with a full day of live broadcasts of discussions, performances, and live tours through the new exhibitions, on 27 April, via L’Internationale Online.

The conversation will be held in English.
After the event we invite you for a small drink.

———

This event is organized in collaboration with KASKcinema and is part ofShow Me Your Archive and I Will Tell You Who is in Power.
More information & full program:
http://www.kiosk.art/showmeyourarchive
http://www.internationaleonline.org/

TEDDY AWARD IN PARIS: Reprise d’une partie de la programmation du Teddy Award, prix LGBTQ de la Berlinale, au Cinéma du Luminor Hôtel-de-Ville les 28 et 29 avril

 

TEDDY AWARD IN PARIS : 2ème édition!

En ce premier jour du festival, nous avons le plaisir de vous présenter :

20h – God’s Own Country Film de Francis Lee – Royaume-Uni – 2017 – 104 mn – anglais st français

Le film sera présenté par Wieland Speck, directeur de la section PANORAMA de la Berlinale et par Michael Stuütz, coordinateur du Teddy Award.
Lors de ce deuxième jour, quatre films vous seront présentés :

15h – CLOSE KNIT de Naoko Ogigami – Japon – 2017 – 127 mn – japonais st anglais

17h30 – SMALL TALK de Hui-Chen Huang – Taiwan – 2017 – 88 mn – Taiwanais st anglais – Teddy 2017 du meilleur documentaire!
Il sera précédé de MIN HOMOSYSTER de Lia Hietala – Suède/Norvège – 15 mn – suédois st anglais – Teddy 2017 du meilleur court-métrage!

20h – CEUX QUI FONT LES RÉVOLUTIONS À MOITIÉ N’ONT FAIT QUE SE CREUSER UN TOMBEAU de Mathieu Denis et Simon Lavoie – Canada – 2016 – 183 mn – français, anglais

 

Lien sur le site du Luminor: http://www.luminor-hoteldeville.com/evenements/

Lien Facebook de la première journée: https://www.facebook.com/events/641355896072941/

Lien Facebook de la deuxième journée: https://www.facebook.com/events/1840522296196236/


En collaboration avec