Archives de catégorie : Séminaire

Nataša Petrešin-Bachelez on Delphine Seyrig + screening of ‘à la santé des allies’ by Mounira Al Solh at the EYE Filmmuseum (Amsterdam) on December 15th 2017

Nataša Petrešin-Bachelez on Delphine Seyrig / Mounira Al Solh

 

Mounira Al Solh, ‘à la santé des alliés’ (2003–2016), video still. Courtesy the artist.

 

 

As part of If I Can’t Dance, I Don’t Want To Be Part Of Your Revolution’s introductions to the artists and researchers of VII (2017–2018), Social Movement, we are pleased to welcome you to the EYE Filmmuseum, Amsterdam on Friday 15 December for an introduction to Nataša Petrešin-Bachelez’s research on Delphine Seyrig and a screening of ‘à la santé des allies’ by Mounira Al Solh.

The afternoon will begin at 2pm with Nataša Petrešin-Bachelez’s introduction to her contemporary reading and reactivation of the video work of French actress, video maker, and renowned feminist activist Delphine Seyrig (1932–1990).

Central to the project is Seyrig’s unrealised black and white silent feature film on the supposed letters of American frontierswoman Calamity Jane to her daughter (first edited by Jean Hickok McCormick in 1949). Commenced in the late seventies, across her years of work towards the film’s production, Seyrig first involved Babette Mangolte as camerawoman for research footage produced during a visit to Billings, Montana, and later the artist Etel Adnan to produce a text. The relationship between a mother and daughter was at the heart of Seyrig’s interest in this story, and is something that she additionally explored as an actress in Chantal Akerman’s film ‘Letters Home’ (1986).

For the introduction to her research project, Petrešin-Bachelez will consider the legacy of Seyrig’s life and elaborate on her interest in this paternal relationship through screening excerpts of Mangolte’s rushes and Akerman’s film, alongside Seyrig’s own video works ‘Inês’ (1974), ‘S.C.U.M Manifesto’ (1976), and ‘Maso et miso vont en bateau’ (1976) which were made individually or in collaboration with Carole Roussopoulos, Nadja Ringart, and Ioana Wieder.
Nataša Petrešin-Bachelez’s project is part of a larger commission initiated by Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (Paris), on which she is working with the art historian Giovanna Zapperi. The project with If I Can’t Dance will also include a collaboration with the choreographer Eszter Salamon on the development of a new work.
To conclude the afternoon, at 4pm the artist Mounira Al Solh will screen her video ‘à la santé des allies’ (2003–2016), duration 33:34 minutes.

‘à la santé des allies’, which translates as « to the health of allies », recounts the potentially endless variations of the beginning of a film. Through this, the film narrates layers of sub-stories and parallel events in Lebanon and Syria during the pan-Arab Nasserites movements of the 1950s and 1960s. Told from the different perspective of the artist’s relatives, each person’s opinion and recollection of the same political or social incident begin to contradict each other, to mix up events both personal and political, and to reveal time as three-dimensional rather than linear.
Admission to the screening is €5-.
Tickets are sold as a double bill and include admission to the presentation on Delphine Seyrig by Nataša Petrešin-Bachelez and the screening of ‘à la santé des allies’ by Mounira Al Solh.

These presentations are the final event of an unfolding programme of introductions to the artists and researchers of VII (2017–2018), Social Movement, which see the commissioned artists present an existing work and the Performance in Residence researchers an introduction to their project. These events have taken place each month—across September, October, November and December—in various locations in Amsterdam.

The programme of If I Can’t Dance is financially supported by the Mondriaan Fund, the Creative Europe Programme of the European Union, the AFK (Amsterdam Fund for the Arts), and Ammodo. If I Can’t Dance is a member of Corpus and Performance Platform.

 

Facebook link: https://www.facebook.com/events/183058182277010/

« ‘Perturbation, ma sœur’: Carole Roussopoulos activiste vidéo »: Rencontre autour de l’œuvre de Carole Roussopoulos avec Nicole Fernández Ferrer le 1er juillet 2017 à Paris

 

« ‘Perturbation, ma sœur’: Carole Roussopoulos activiste vidéo »:
Rencontre autour de l’œuvre de Carole Roussopoulos avec Nicole Fernández Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir le samedi 1er juillet 2017 à 15h à la Halle Saint Pierre, Paris:

« Perturbation, ma sœur* » : Carole Roussopoulos activiste vidéo.

par Nicole Fernández Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

Cherchez le trouble non pas comme manque de clarté mais comme perturbation, dérèglement de l’ordre établi, impétuosité d’une parole.
C’est ce que nous donne à voir et à entendre Carole Roussopoulos dans une sélection de ses vidéos des années 1970 à 2000 à travers des personnes engagées et des situations politiques agitées.
De la lutte des vétérans du Vietnam aux militant.e.s du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, de Jean Genet et Angela Davis aux femmes de LIP, des prostituées en grève aux Babouches chantantes, de Delphine Seyrig agitatrice féministe à la transmission de combats antiracistes et antinazis, Carole Roussopoulos dérange les idées reçues, bataille caméra vidéo féministe au poing et nous bouleverse.

Liste des films projetés intégralement :

Christiane et Monique, LIP 5 (30 min)
Genet parle d’Angela Davis (7min 30)
Il faut parler : portrait de Ruth Fayon (28 min)

Quelques extraits des films suivants seront présentés et commentés brièvement :

Le FHAR
SCUM Manifesto
Les vétérans du Vietnam
Flo Kennedy : portrait d’une féministe américaine
Les Babouches
Les Prostituées de Lyon parlent

*Avec l’aimable autorisation de Cathy Bernheim auteure du livre
Perturbation, ma soeur – Naissance d’un mouvement de femmes.
Editions du Seuil, 1983.
Réédition Le Félin-Kiron, 2010

INFOS PRATIQUES
Dans le cadre de l’exposition Grand Trouble :
la projection rencontre a lieu
à l’auditorium de la Halle Saint Pierre
2, rue Ronsard 75018 Paris
(Réservation conseillée : 01 42 58 72 89)

 

Lien: http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/2017/06/13/1er-juillet-a-15h-perturbation-ma-soeur-carole-roussopoulos-activiste-video/

 

Page Facebook de l’événement: https://www.facebook.com/events/289189231505605/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%22null%22%7D

Colloque international « Hélène Cixous: Corollaires d’une signature » 14-15-16 juin 2017 à la Cité Internationale Universitaire (Paris)

 

Hélène Cixous, en septembre 2013. Photo AFP

 

Le Laboratoire LEGS P8/ULP/CNRS et le Collège international de philosophie ont le plaisir de vous inviter au Colloque international Hélène Cixous, Corollaires d’une signature :

Paris, Maison Heinrich Heine, Cité internationale universitaire 14, 15 et 16 juin 2017

Mercredi 14 juin

9h- Ouverture du colloque, Annick Allaigre, présidente, Université Paris 8 ; Anne E. Berger, directrice, LEGS ; Isabelle Alfandary, présidente, Collège international de Philosophie ; Christine Deussen, directrice, Maison Heinrich Heine-Fondation de l’Allemagne.
9h30-11h15 Origines. Séance présidée par Bruno Clément (Université Paris 8 / Université Paris Lumières)
Maxime Decout (Université de Lille 3),
« Aller ou ne pas aller ? Dilemme des marches vers l’origine »
Brigitte Weltman-Aron (The University of Florida), « Nom de plume »
Michèle Ramond (Université Paris 8),
« H.C. : la littérature et au-delà »
Laurie Corbin (Indiana University-Purdue University Fort Wayne) : « ‘Stowed away in the memory of my losses’: Le jour  je n’étais pas là and Si près »
11h15-11h30 Pause café
11h30-13h15 Mémoires (I). Séance présidée par Andrea Grewe (Université d’Osnabrück)
Ginette Michaud (Université de Montréal), « Ève ultime : d’Osnabrück à Gare d’Osnabrück à Jérusalem »
Cristina Morar (LEGS), « Allemagne, l’Autre »
Nathalie Segeral (University of Hawaii),
« Dialogisme et double écriture de la langue maternelle dans Une autobiographie allemande »
Cécile Wajsbrot (écrivain), « Aux abords du mythe »
13h15-14h30 Pause déjeuner

14h30-16h15 Mémoires (II). Séance présidée par Marie-Dominique Garnier (LEGS, Université Paris 8)
René de Ceccatty (écrivain), « Écrire au présent, écrire au passé, réflexions sur la mémoire de l’écriture »
Metka Zupančič (University of Alabama at Tuscaloosa), « Les mythes, pour retarder les séparations, pour s’ouvrir sur le monde »
Laura Hughes (New York University),
« Cixous before, beside, and beyond the Book »
Nané Jordan (University of British Columbia), « Daughter of writing » 16h15-16h30 Pause café
16h30-18h15 Différences. Séance présidée par Martine Reid (Université de Lille 3)
Marie-Dominique Garnier (LEGS, Université Paris 8), « Hel’ Cix’ : écritures an.imales »
Catherine Nesci (University of California- Santa Barbara), « La mémoire, l’histoire, l’oublire : roman familial et écriture post- Shoah chez Hélène Cixous »
Yael Klangwisan (Laidlaw Graduate School in Auckland), « On behalf of holy creatures: Hélène Cixous reads Leviticus »
Ârash Aminian Tabrizi (New York University), « 2 + n(ous) »

Jeudi 15 juin

9h30-11h15 Lirécrire (I). Séance présidée par Frédéric Regard (Université Paris Sorbonne)
Michèle Gendreau-Massaloux (GID- Institut de France), « Le Donne des langues »
Esther von der Osten (Freie Universität Berlin), « Voix de l’insister »
Marie Odile Germain (Bibliothèque nationale de France), « L’autobiographie à l’œuvre, ou les leçons des
manuscrits »
Nadia Setti (LEGS, Université Paris 8),
« Queer écriture »
11h15-11h30 Pause café
11h30-13h Lirécrire (II). Séance présidée par Olivier Morel (University of Notre Dame)
Laurent Ferri (Musée Condé, Chantilly),
« Avide d’Ovide »
Elsa Laflamme (Collège Gérald-Godin),
« Les monstres d’écriture d’Hélène Cixous : une éthique de/à la limite » Eric Prenowitz (University of Leeds),
« Bons de survie »
13h-14h30 Pause déjeuner
14h30-16h15 Lirécrire (III). Séance présidée par Christa Stevens (Université d’Amsterdam)
Peggy Kamuf (University of Southern California), « L’avenir de la blessure » Verena Conley (Harvard University), « Le fruits du Jardin d’Essai : écritures d’H.C. » Martin McQuillan (Kingston University London), « The Letters of Hélène
Cixous »
Mairéad Hanrahan (University College London), « The Squirrel-Text : Buried Treasure in Manhattan »
16h15-16h30 Pause café
16h30-18h15 Lirécrire (IV). ance présidée par Ashley Thomson (SOAS, University of London)
Laurent Dubreuil (Cornell University / Université Tsinghua), « Au musée HC » Michael Naas (DePaul University),
« Simple comme bonjour : Les réseaux sociaux d’Hélène Cixous »
Gertrude Postl (Suffolk County Community College), « Cixous’ Reading/Writing as Subversion: From Medusa to Derrida »
Elisabeth Schäfer (University of Applied Arts, Vienna / University of Vienna),
« Hélène Cixous’ Life Writings – Writing a Life. On Autobiografiction »
18h15-18h30 « Habits à lire » de Wanda Mihuleac, performance d’Isabelle Maurel avec S. Crussard, M. Ricciardi et
I. Tomsa.

19h Dîner du colloque

Vendredi 16 juin

9h30-11h15 Arts. Séance présidée par Beverley Bie Brahic (poète et traductrice)
Stéphanie Boulard (Georgia Institute of Technology), « Printemps »
Claudia Simma (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), « Ne pas (pouvoir) voir en peinture ou Rêver l’art »
Joana Masó (Université de Barcelone),
« Mouvements du théorique » Estrella de Diego (Université
Complutense de Madrid), « The Work of Art / Visual Artifact as an Open Narration »
11h15-11h30 Pause café
11h30-13h30 Arts et Scènes. ance présidée par Alison Rice (University of Notre Dame)
Alexandra Grant (artiste, Los Angeles),
« A Cixousian Methodology for Participatory Art Projects »
Birgit Mara Kaiser (Utrecht University),
« Pas de Deux : Paw Prints on Barbary Coast »
Pascale-Anne Brault (DePaul University),
« Nom de Sangatte, nom de Calais, nom de tous les exils »
Judith G. Miller (New York University) :
« Hélène Cixous and Jean Genet : Robbing Death »
Williams, Martina (University of Nottingham), « Cixous’s Theatre and Contemporary World History » 13h30-15h Pause déjeuner
15h-16h30 Hélène Cixous: « Max et Moritz et ma mère », conférence présentée par Marta Segarra (LEGS, CNRS / ADHUC, Université de Barcelone) 16h30-17h Clôture du colloque

Organisation :

Laboratoire d’études de genre et de sexualité-LEGS (CNRS / Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis / Université Paris Nanterre)
Collège international de Philosophie

Avec la collaboration de :

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Université Paris Lumières
Maison Heinrich Heine, Fondation de l’Allemagne
ADHUC-Centre de recerca Teoria, gènere, sexualitat, Universitat de Barcelona Comité organisateur : Joana Masó (Universitat de Barcelona), Eric Prenowitz (University of Leeds), Frédéric Regard (Université Paris Sorbonne), Marta Segarra (LEGS, CNRS)

 

Lien: http://www.legs.cnrs.fr/spip.php?article220

Réécouter la conférence du sociologique Eric Fassin « Race et Histoire aujourd’hui » (22 mai 2017 à Angers)

Lien pour écouter la conférence: http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=3319

 

Eric Fassin – Audrey Cerdan/Rue89

 

Les LUNDIS de la MSH à Angers. Conférence organisée dans le cadre du cycle « Les mots de la recherche ».

Le conférencier : Éric FASSIN, Professeur de sociologie, Département de science politique et Département d’études de genre – Chercheur au LEGS (Laboratoire d’études de genre et de sexualité) – Université Paris-8 Vincennes – Saint-Denis.

Modération : Christine Bard, Professeure d’Histoire Contemporaine à l’Université d’Angers

Présentation :

En 1952, la publication de Race et histoire par Claude Lévi-Strauss sous l’égide de l’UNESCO excluait le mot « race » du vocabulaire scientifique pour lui substituer celui de « culture ». C’était au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi à la veille de la décolonisation. Autrement dit, à rebours du Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire en 1950, c’était écarter tout rapprochement entre les racismes nazi et colonial. Depuis, si les idéologies racistes ne parlent plus de race, mais de culture, alors que la « question raciale » revient avec force dans la France postcoloniale, ce lexique fait retour  – d’une part, dans les sciences sociales, pour parler de racialisation, d’autre part, dans des mouvements antiracistes qui prennent la parole au nom des racisé.e.s. Bien sûr, ce vocabulaire est contesté ; on se propose donc de montrer combien il est un enjeu politique, y compris dans le champ scientifique.

Éric Fassin est professeur à l’université Paris-8 Vincennes – Saint-Denis dans les départements de Science politique et d’Études de genre. Il est rattaché au Laboratoire d’études de genre et de sexualité (LEGS, CNRS / Paris-8 / Paris-Ouest).  Sociologue engagé, il travaille en particulier sur la politisation des questions sexuelles et raciales. Sur ce dernier thème, il a notamment co-dirigé De la question sociale à la question raciale ? (La Découverte, 2006) et Discriminations : pratiques, savoirs, politiques (La Halde / La Documentation française, 2008), et publié (avec trois autres auteurs) Roms & riverains. Une politique municipale de la race (La Fabrique, 2014). Dernier ouvrage paru : Populisme : le grand ressentiment (Textuel, 2017).

Soirée pour la sortie du livre « Lire Violette Leduc aujourd’hui » à la librairie Violette & Co (Paris) le 9 juin

A partir de 20h30 à la Librairie Violette & Co

102 rue de Charonne, 75011 Paris, France

Rencontre avec MIREILLE BRIOUDE, ANAIS FRANTZ et ALISON PERON pour la sortie de l’ouvrage qu’elles ont coordonné « Lire Violette Leduc aujourd’hui » (PU Lyon). A l’occasion des 50 ans de la parution de La Bâtarde de Violette Leduc, un colloque a eu lieu à Paris, organisé par Catherine Viollet, chercheuse à l’ITEM – ENS, décédée peu avant, Mireille Brioude, Anaïs Frantz et Alison Peron, les 17 et 18 octobre 2014. L’ouvrage Lire Violette Leduc aujourd’hui publié aux Presses Universitaires de Lyon réunit les contributions à ce colloque ainsi que des inédits de l’écrivaine. Il est dédié à Catherine Viollet et à Carole Achache, romancière, qui a participé au colloque et qui est décédée depuis.

« La publication de La Bâtarde en 1964, avec une préface de Simone de Beauvoir, a paradoxalement permis à Violette Leduc de conquérir une légitimité littéraire. Elle apparaît alors comme l’une des voix les plus audacieuses dans la production littéraire des femmes et comme l’une des plus subversives dans les représentations du masculin et du féminin.
Cinquante ans plus tard, le présent ouvrage propose un nouveau portrait de Violette Leduc : à partir de l’étude de ses manuscrits et de sa correspondance, il analyse à la fois ses choix esthétiques singuliers et les multiples résonances de son œuvre dans la littérature, les arts plastiques, le cinéma et le théâtre d’aujourd’hui. Le livre comprend également un cahier iconographique et deux textes inédits, « Chanson du pénis » et « Fantasme des cinq cents verges », dans lesquels l’auteure s’empare de l’érotisme avec humour, liberté et vigueur. »


Mireille Brioude est professeure agrégée de lettres modernes et titulaire d’un doctorat consacré à Violette Leduc. Elle travaille sur la création littéraire et cinématographique des femmes.
Anaïs Frantz enseigne dans les universités américaines de Paris et à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Elle a publié Le Complexe d’Ève : la pudeur et la littérature. Lectures de Violette Leduc et Marguerite Duras (Honoré Champion, 2013).

Alison Péron est professeure de lettres. Elle consacre ses recherches aux questions de sexe, de genre et de sexualité, notamment à travers l’oeuvre de Violette Leduc. Elle a récemment soutenu une thèse sur l’œuvre de l’écrivaine

Journée d’étude « Politiques de la trace » à Toulouse le 24 mai 2017

Des corps que l’on extrait de charniers pour les identifier ; des récits d’atrocités que l’on érige en devoir de mémoire ; des arbres généalogiques que l’on dessine sans relâche ; des enfants devenus adultes qui cherchent dans leur ADN une preuve de filiation ; des consultations psychologiques qui invitent à verbaliser le traumatisme refoulé… autant de scènes éparses, banales ou extraordinaires, qui témoignent d’une évolution dans notre rapport au passé. La trace, la marque, le reste devient l’objet d’une quête. L’histoire – toujours créée, fantasmée ou imaginée – n’est plus seulement un récit ; elle devient aussi, et peut-être surtout, un lieu de vérité.

Cette journée d’étude, organisée à l’Université Toulouse Jean Jaurès, réunit anthropologues, sociologues et historiens pour interroger « ce qui reste », et les dispositifs qui nous invitent, comme sujets, à penser notre « identité ». Que se représente-t-on face à la trace ? Comment la marque devient-t-elle vecteur de vérité, de soi, des autres, et du passé ? Si nous sommes des corps aveugles à leur propre histoire, quel sens accorder à l’archive et au restant ?

Interroger la politique de la trace, c’est questionner la manière dont les individus re/tracent leurs vies, et donnent sens – en contexte et en situation – à ce à quoi ils accèdent. Mais c’est aussi penser les dispositifs qui nous situent et nous inscrivent dans des histoires « traçables », autrement dit classifiables, où – devenus sujets composés – nous cherchons dans l’avant « la vérité » de nos présents.

Date : 24 mai 2017
Lieu : Maison de la recherche, Université Toulouse Jean Jaurès, Amphi F417

PROGRAMME

08h30    Accueil des participant-e-s

09h00    Introduction
Sébastien Roux (LISST-Cas), pour le programme ANR Ethopol.

09h15     Session 1 : Réagir

Présidente :  Laurence Charlier (LISST-Cas)
Discussion :  Mélanie Gourarier (LISST-Cas)

09h15    Sabrina Melenotte (IAAC-Laios)
Sur les traces des disparus au Mexique

09h45    David Jabin (LESC-Erea)
La puce à l’oreille. De la marque servile à la trace infamante chez les Yuqui

10h15    Pause Café

10h30    Eric Soriano (ArtDev)
Les sanglots d’une révolte impossible. Des kanak non identifiés

11h00    Discussion

12h00    Déjeuner

13h30   Session 2 : La trace, le corps, la vérité

Présidente :  Anne-Sophie Vozari (Iris)
Discutant :  Sébastien Roux (LISST-Cas)

13h30    Annalisa Lendaro (Certop)
Traces d’engagement. Retour sur une enquête à Lampedusa

14h00     Sarah Abel (CitiGen/Eurotast)
Ancestry DNA. La clé de notre passé aux États-Unis

14h30   Romain Juston (Laboratoire Printemps)
Des morts, des vivants et des traces : le médecins légiste face au corps violenté

15h00    Discussion

Conférence de clôture

16h00    Dominique Memmi (Cresspa-CSU)

Comité d’organisation

Courduriès Jérôme
Anthropologue, Maître de conférences à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST-Cas

Gourarier Mélanie
Anthropologue, Docteure de l’EHESS, Chercheure associée au LISST-Cas

Roux Sébastien
Sociologue, Chargé de recherche au Cnrs, LISST-Cas

Vozari Anne-Sophie
Sociologue, Doctorante à l’EHESS, Iris

Manifestation organisée avec le soutien du programme ANR Ethopol (ethopol.hypotheses.org)

MANTHIA DIAWARA est l’invité du séminaire « Something You Should Know: Artistes et Producteurs Aujourd’hui » le 24 mai à la MSH (Paris)

 

Mercredi 24 mai 2017

De 19h à 21h à la MSH, 16-18 rue Suger 75006 Paris (Métro Odéon ou Saint-Michel)

La salle n’est pas ouverte avant 18h50.

Pour respecter les mesures de sécurité durant l’état d’urgence, il est nécessaire de s’inscrire préalablement : somethingyoushouldknow-request@ehess.fr.
Les portes seront fermées à 19h10.

For security measures, please register at this address if you wish to attend this event : somethingyoushouldknow-request@ehess.fr

No access without registration. The doors will close at 7.10 pm.

 

Manthia Diawara est né au Mali en 1953, et a passé une partie de son enfance en Guinée. Titulaire d’une chaire à New York University où il enseigne la littérature comparée et le cinéma, Manthia Diawara y dirige l’Institute of African Affairs. Il est aussi le directeur de la revue Black Renaissance/Renaissance Noire, une revue bilingue qui publie des essais, nouvelles, critiques littéraires et artistiques sur l’Afrique et sa Diaspora. Diwara a reçu de nombreux prix et distinctions, et enseigné à Princeton University, Harvard, Cornell, Stanford University, à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a obtenu différentes subventions pour ses travaux, de la Ford Foundation, la Rockefeller Foundation, d’ARTE /ZDF et la Andy Warhol Foundation for the Arts.
Tout au long de sa carrière, Manthia Diawara a publié de nombreux ouvrages qui font référence, dont Black-American Cinema: Aesthetics and Spectatorship (ed. Routledge, 1993), African Cinema: Politics and Culture (Indiana University, 1992). Il a publié en 1993 Black American Cinema (AFI Film Readers, Londres, Routledge), et, avec Houston Baker et Ruth Lindeborg Black
British Cultural Studies: A Reader
(Black Literature and Culture Series, Chicago, University of Chicago Press, 1996) ; Blackface (With photographs by David Levinthal (Arena Press, 1999). En 2003 Diawara a publié un récit autobiographique et politique, We Won’t Budge: An African Exile in the World (Basic Civitas Books, 2003).

Cinéaste, Diawara a réalisé de nombreux essais filmés : Sembene Ousmane : la création du Cinéma africain (1993, 54mn) ; Rouch à l’envers (1995, 51min) ; En quête d’Afrique (1999, 19min) ; Diaspora Conversation (2000, 47min) ; Bamako Sigi-kan (2002, 76 min) ; Conakry kas (2004, 83min), 1er prix au Documentary Film Golden Dhow, Zanzibar International Film Festival 2004 ; Meilleur documentaire TV, 1er Prix Fiction & Documentaire, FESPACO 2005 ; Who’s Afraid of Ngugi ?/ Qui a peur de Ngugi ? (84 min, 2006) qui a reçu le Prix spécial du Jury au Zanzibar International Film Festival 2004; Maison tropicale (2008, 58min) ; Édouard Glissant : un monde en relation (52 min, 2010) ; Négritude (2005). En 2017, Manthia Diawara a présenté à la Documenta, à Athènes et Kassel, An Opera of the World (70mn).

[EN] Manthia Diawara is a writer, cultural theorist, film director, and scholar from Mali based in the United States. He is Professor of Comparative Literature and Cinema at New York University, where he also heads the Institute of African American Affairs and the Africana Studies Program. Manthia Diawara has written extensively on the films and literature of the Black Diaspora. He is the author of “African Cinema: Politics and Culture” (1992), “Black American Cinema: Aesthetics and Spectatorship” (1993), and “In Search of Africa” (1998). One of Manthia Diawara’s major works is “Bamako-Paris-New York” (2007), a comparison of social systems and race relations in America and France societies caught between identity politics and multiculturalism on the one hand, and individualism and universal rights on the other hand. As he uncovers and examines new fractures in French society, See full biography here.

Programmation et prochains rendez-vous sur ce site ou par abonnement à la newsletter : somethingyoushouldknow-request@ehess.fr

Pour regarder les séminaires antérieurs : http://www.vimeo.com/sysk/

Séminaire conçu et organisé par Patricia Falguières, Elisabeth Lebovici et Natasa Petresin-Bachelez et soutenu par la Fundación Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte.

 

Lien: http://sysk-ehess.tumblr.com/

La BnF fait son Festival – La bibliothèque parlante: 20-21 mai 2017

Lien: http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/conferences/f.festival_bnf.html?seance=1223926993460&frm=oui

 

Pendant deux journées entières, la BnF ouvre grand ses portes pour donner la parole aux livres, aux documents d’archives sonores, aux lecteurs, aux passants…
Des invités prestigieux comme Isabelle Adjani, Fanny Ardant, Bruno Putzulu, Denis Lavant, Véronique Aubouy, Marcel Bozonnet, Amira Casar et bien d’autres, prêteront leur voix et leur talent, pour transformer la BnF en « Bibliothèque parlante » le temps d’un week-end. Une occasion de célébrer à voix haute les textes, les savoirs et les idées.

Événement

  • INFORMATIONS PRATIQUES

  • samedi 20 mai 2017 – 10h00-20h00François-MitterrandEntrée libre dans la limite des places disponibles
    Accès prioritaire dans les auditoriums pour les détenteurs du Pass Lecture/Culture
  • AUTRES SÉANCES

  • La Bibliothèque parlante

  • dimanche 21 mai 2017

logo de France Inter

Événement en partenariat avec Télérama, Lire et France Inter.

 

samedi 20 mai 2017   10h00-20h00

La Bibliothèque parlante

Programme

10h-14h, Salle A, salle de l’Audiovisuel, Salon de cinéma
Les écrivains ont la parole : entretiens et lectures
Programme inédit de films littéraires sur grand écran avec Albert Camus, Marguerite Duras par Benoît Jacquot., l’ atelier d’écriture de Valère Novarina,Marie Darrieussecq pour Histoires d’écrivains, et Eugène Ionesco qui lit ses contes pour enfants

11h -14h, Hall Est
Studio France Inter
Émission « Sur les épaules de Darwin » de Jean-Claude Ameisen en direct sur France Inter
et enregistrement de l’émission « On va déguster » de François Régis Gaudry

11h-11h30, Salle 70
Master Class Félix Libris

Comment interpréter à haute voix la littérature?
Félix Libris, star internationale de lecture à haute voix fait entendre l’interprétation la plus juste possible de textes littéraires (Baudelaire, Beckett, Chevillard, Diderot, Flaubert, etc.) Ces lectures commentées de façon amusante et savante dévoilent une approche vivante des livres

12h-12h30, Foyer du Petit auditorium
Match d’improvisation littéraire par la Ligue Française d’Improvisation

12h30-13h, Hall Ouest, Globes de Coronelli.
La scène des globes. Café-concert
Suite de mélodies françaises sur les textes de Mallarmé, Verlaine, Baudelaire, Cocteau ou encore de Pierre Louÿs.
Par Eva Kubicek , chant et Séverin Treille, piano

12h30-13h, Hall Ouest, Globes de Coronelli
La scène des globes. Café-concert
Suite de mélodies françaises sur les textes de Mallarmé, Verlaine, Baudelaire, Cocteau ou encore de Pierre Louÿs
Par Eva Kubicek, chant et Séverin Treille, piano

13h45, Salle I, Centre national de la littérature pour la Jeunesse
Lectures à l’attention des 9-12 ans proposées par le CNLJ
Par Macha Dussart et Numa Vilató, comédiens
L’opéra de la lune Jacques Prévert
La belle lisse poire du prince de Motordu
Jack Sendak, Funambule, Traduction de Françoise Morvan
Michel Tournier, Barbedor

14h-15h, Grand auditorium
Rencontre
Robert Lepage
et Alberto Manguel, autour de La bibliothèque la nuit

14h-15h, Salle 70
« Tout Proust en 1h » avec Véronique Aubouy.

14h-14h30, Petit auditorium
L’Oulipo, La bibliothèque imaginaire de l’Oulipo
Jeux littéraires autour de la thématique de la bibliothèque

14h-17h, Salle A, salle de l’Audiovisuel
Livres enrichis : sélection de livres pour tablettes

En salle A, les livres s’animeront. Une sélection de livres pour tablettes, enrichis et augmentés, sera proposée dans le cadre d’ateliers. Des titres primés comme Wuwu and Co ou Night of the living dead Pixels prendront vie sur grand écran

14h30-15h, Hall Ouest, Globes de Coronelli
La scène des globes. Café-concert
Un Café-concert verra se succéder de jeunes artistes de la scène française avec un programme Prévert proposé par le Hall de la Chanson et les élèves du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

14h30-15h, Hall Est, scène côté frise
Jeune publicL’heure du conte pour les enfants et la famille par Philippe Imbert

14h45, Salle I, Centre national de la littérature pour la Jeunesse
Lectures à l’attention des 9-12 ans proposées par le CNLJ
Par Macha Dussart et Numa Vilató, comédiens
L’opéra de la lune Jacques Prévert
La belle lisse poire du prince de Motordu
Jack Sendak, Funambule, Traduction de Françoise Morvan
Michel Tournier, Barbedor

15h-15h30, Club de l’Est
Grandes lectures, grands lecteurs
Isabelle Fournier
, lecture de textes de Louise Labbé (XVIe siècle) déclamés en français de la Renaissance

15h-15h30, Hall Ouest, Hall des Globes
Balade en poésie par Christiane Taubira

15h15-15h45, Salle 70
Ateliers de lecture à haute voix
Par la Compagnie Les Livreurs.

15h30-16h, Foyer du Petit auditorium
Match d’improvisation littéraire par la Ligue Française d’Improvisation

15h30-16h10, Petit auditorium
Grandes lectures, grands lecteurs
Bruno Putzulu
, autour de La vie devant soi d’Émile Ajar / Romain Garry

15h30-16h30, Grand auditorium
Grandes lectures, grands lecteurs
Fanny Ardant
et Sonia Wieder Atherton, autour de Marguerite Duras

15h45, Salle I, Centre national de la littérature pour la Jeunesse
Lectures à l’attention des 9-12 ans proposées par le CNLJ
Par Macha Dussart et Numa Vilató, comédiens
L’opéra de la lune Jacques Prévert
La belle lisse poire du prince de Motordu
Jack Sendak, Funambule, Traduction de Françoise Morvan
Michel Tournier, Barbedor

16h-16h30, Hall Est, scène côté frise
Jeune publicL’heure du conte pour les enfants et la famille par Philippe Imbert

16h-16h30, Salle 70
Master Class Félix Libris
Comment interpréter à haute voix la littérature?
Félix Libris, star internationale de lecture à haute voix fait entendre l’interprétation la plus juste possible de textes littéraires (Baudelaire, Beckett, Chevillard, Diderot, Flaubert, etc.) Ces lectures commentées de façon amusante et savante dévoilent une approche vivante des livres

16h-16h30, Petit auditorium
L’Oulipo, La bibliothèque imaginaire de l’Oulipo
Jeux littéraires autour de la thématique de la bibliothèque

16h15-16h45, Hall Ouest, Globes de Coronelli
La scène des globes. Café-concert
Suite de mélodies françaises sur les textes de Mallarmé, Verlaine, Baudelaire, Cocteau ou encore de Pierre Louÿs
Par Eva Kubicek, chant et Séverin Treille, piano

16h30-17h15, Spectacle itinérant entre les halls Ouest et Est (départ devant le vestiaire Hall des Globes)
« AE – Les Années » par la Compagnie ToNNe
Traversée de l’écriture d’Annie Ernaux, des années 1940 à nos jours. Les textes évoquent l’évolution de la place de la femme, la découverte du désir, les luttes pour le droit à l’avortement et l’arrivée de la modernité

16h30-17h15, Hall Est, Aquarium
Jeune public – Les petits goûters philosophiques
Par Véronique Delille
Tous publics à partir de 5 ans. Thème : « le vrai et le faux »

16h45, Salle I, Centre national de la littérature pour la Jeunesse
Lectures à l’attention des 9-12 ans proposées par le CNLJ
Par Macha Dussart et Numa Vilató, comédiens
L’opéra de la lune Jacques Prévert
La belle lisse poire du prince de Motordu
Jack Sendak, Funambule, Traduction de Françoise Morvan
Michel Tournier, Barbedor

17h-18h, Salle 70
« Tout Proust en 1h » avec Véronique Aubouy

17h-18h, Grand auditorium
Spectacle musical autour de Rose Planète par Nicolas Comment
Du parlé-chanté (sprechgesang) à l’électro post rock vidéo ambiant

17h-17h30, Hall Ouest, Globes de Coronelli
La scène des globes. Café-concert
Un Café-concert verra se succéder de jeunes artistes de la scène française avec un programme Prévert proposé par le Hall de la chanson et les élèves du CNSMDP

17h-17h30, Club de l’Est
Grandes lectures, grands lecteurs
Isabelle Fournier
, lecture de textes de Louise Labbé (XVIe siècle) déclamés en français de la Renaissance

17h-20h, Salle A, salle de l’Audiovisuel, Salon de cinéma
Les écrivains ont la parole : entretiens et lectures
Programme inédit de films littéraires sur grand écran consacré aux femmes de lettres avecColette, Marguerite Yourcenar, Nathalie SarrauteAnnie Ernaux, Lydie Salvayre et Sylvie Germain

17h30-18h, Hall Est, Aquarium
Jeune public – Leçons de philosophie notamment à partir du Prince de Motordu
À l’attention des 7/10 ans.

18h-18h30, Foyer du Petit auditorium
Match d’improvisation littéraire par la Ligue Française d’Improvisation

18h-19h20, Petit auditorium,
BERLIN 33 Histoire d’un Allemand
d’après Histoire d’un Allemand – Souvenirs  1914-1933 de Sebastian Haffner (Actes Sud) – traduction de Brigitte Hébert – 2002, adaptation René Loyon, spectacle conçu par Laurence Campet, Olivia Kryger et René Loyon
Jeu : René Loyon – direction d’acteur : Laurence Campet et Olivia Kryger, son : Hervé Le Dorlot, lumières et régie générale : Frédéric Gillmann

18h30-19h15, Grand auditorium
Grandes lectures, grands lecteurs
Amira Casar,
Ouestern de Claire Guezenguar
Mise en espace par Razerka Ben Sadia-Lavant

 

Et toute la journée

Hall Ouest
Présentation de « machines à sons » de la collection Charles Cros
-« Puits à pétrole »
– Ronéophone Pathé
– Graveuse Brettmon
– Phonographe Fondain à feuille d’étain
– Dictaphone à cylindre
– Edison Voicewriter (dictaphone à disques souples)

Hall Ouest, installation et diffusion
SCUM Manifesto
Réalisé par Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig (1976).
Vidéo restaurée en 2017. Première présentation publique.
La version française de SCUM Manifesto, le manifeste féministe radical de Valerie Solanas paru en 1967 aux États-Unis, est épuisée depuis sa sortie en 1971 en France. Les deux réalisatrices répondent à la violence épistémologique que constitue cette censure éditoriale en mettant en scène une lecture de SCUM Manifesto : Delphine lit des extraits que Carole tape à la machine…

15h Salle B, 16h Salle C, 17h Salle G
Le carillon de la BnF
Lectures sonores. Aux heures dites, dans les salles de lecture, un court texte en lien avec la (ou les) discipline (s) sera lu par les Livreurs.

Installation, Hall Est
« Livre in room »
Expérience d’un cabinet de curiosités en forme d’hologramme sonorisé lié à un texte choisi sur une étagère dans un espace clos

Terrasse Est
Les grandes voix du XXe siècle
Façon sieste électronique, dans des transats, écoute individuelle au casque d’archives des paroles de Guillaume Apollinaire à Roland Barthes, en passant par Marguerite Duras et Nathalie Sarraute, Albert Camus, René Char ou Simone de Beauvoir…

Salle des Commissions
Le studio BnF, «  A moi de lire »
Le public lit des textes sélectionnés dans Gallica autour du thème des bibliothèques. Chacun peut enregistrer sous forme d’un « sonomathon » image et /ou son ces séquences qui sont ensuite mises en ligne sur Youtube

Esplanade Est
Le marathon lecture
Envie d’un projet fou et collectif autour de la lecture ?
Venez-vous relayer pour lire, pendant deux jours, le Don Quichotte de Cervantès. Comédien ou amateur, grand ou petit lecteur, votre participation est de mise pour ne pas rompre la chaîne ! A cette occasion, Gallica proposera, aux plus timides comme aux plus téméraires, de puiser gratuitement dans son catalogue de livres numériques

Haut-de-jardin
Surprises itinérantes par la Ligue Française d’Improvisation

La Bande-son de la BnFsur inscription à l’accueil
SAMEDI : A partir de 10h30, Galerie Jules Verne // DIMANCHE : A partir de 13h, Galerie Jules Verne
Par petit groupe, à partir de sons enregistrés par des artistes, composer des saynètes sonores faisant revivre les grands auteurs et les héros de la littérature internationale.durée : 30 min, 7 sessions dans la journée

Cinéma Sonore, Hall Ouest à côté de l’œuvre de Louise Bourgeois
atelier en continu, accès libre. Public familial
Durée : expérience sonore de 5 à 15 min
Seul ou en famille, écoutez et créez les univers sonores des romans de la BnF

Esplanade de la BnF, côté Est
Food trucks avec installation de « coins de lectures » (Speaker Corner)

 

Visites de la BnF

•Visites des coulisses de la BnF (Belvédère, TAD)
Des médiateurs emmènent des groupes de 20 personnes pour une découverte de la BnF et de ses espaces privés
Visite en continu (sans inscription / accès libre)
SAMEDI : de 10h30 à 19h45 (dernier départ à 19h15) toutes les 15 min / DIMANCHE : de 13h à 18h15 (dernier départ à 17h45) toutes les 15 min
Durée de la visite : 30 min
RDV dans la hall Est, au niveau des vestiaires

•Exposition Sciences pour tous en accès libre
Allée Julien Cain


•Visites de la collection Charles Cros (sur inscription)

La collection Charles Cros rassemble plus de 1400 appareils d’enregistrement et de lecture de documents sonores, vidéo et multimédia. Héritière des institutions qui ont précédé le département de l’Audiovisuel, elle présente trésors et excentricités techniques, objets du quotidien et prototypes industriels. (Présentation de « machines à sons » de la collection Charles Cros hall Ouest)

Lancement du livre « Ce que le sida m’a fait » par Elisabeth Lebovici le 17 mai à La Maison Rouge (Paris)

 

A l’occasion de la sortie du 7ème volume de la collection « Lectures maison rouge » : « Ce que le sida m’a fait, art et activisme à la fin du XXe siècle », par Elisabeth Lebovici, l’auteure et la directrice de collection, Patricia Falguières, interviennent à la maison rouge, le 17 mai à 19h.
Dans cet ouvrage, Elisabeth Lebovici analyse un moment charnière des liens entre art et activisme. Engagée aux côtés des acteurs français et américains de la lutte contre le sida, observatrice privilégiée, en tant qu’historienne de l’art et journaliste, des débats et enjeux des années 1980 et 1990, l’auteure revisite cette époque avec sa mémoire de témoin, en survivante affectée. Monographies, entretiens et essais thématiques, souvent rédigés à la première personne, sont illustrés par de nombreuses archives et ephemera qui mettent en évidence une créativité artistique née de l’urgence de vivre et du combat pour la reconnaissance de tous-tes.

PARUTION : JUIN 2017
Une coédition La maison rouge – Fondation Antoine de Galbert & JRP|Ringier
Collection « Lectures maison rouge »
ISBN : 978-­‐3-­‐03764-­‐499-­‐7 – 19,50 €
320 pages (90 ill. n&b) – 14,5 x 22,5 cm (broché)

réservations : reservation@lamaisonrouge.org

 

Lien Facebook: https://www.facebook.com/events/341888832880859/

Conférence « Les représentations médiatiques des femmes noires en France » par Virginie Sassoon le 19 mai (CNRS Pouchet)

Séminaire 2016-2017

 

Pour une iconographie politique des « dominé(e)s »

Objets, méthodes, enjeux

 

Séminaire organisé par le LabToP/CRESPPA (CNRS-UMR 7217) avec le soutien du Labex Arts-H2H, coordonné par Maxime Boidy et Laurent Jeanpierre

Contact : maxime.boidy@live.fr

 

Séance du 19 mai 2017– 14h-17h – salle 108

 

Les représentations médiatiques des femmes noires en France

 

Séance organisée, coordonnée et animée par 

Emmanuelle Bruneel (doctorante en sc. de l’information et de la communication sous la dir. de Karine Berthelot-Guiet au GRIPIC, CELSA Paris Sorbonne)

 

Programme de la séance (14h-17h) :

 

Introduction générale de la séance par Emmanuelle Bruneel

Les représentations visuelles contemporaines des femmes noires en question : une problématique d’intersectionnalité médiatique ?

 

Conférence de Virginie Sassoon (Docteure en sc. de l’information et de la communication de l’Université Paris 2 Panthéon-Assas) sur ses travaux de recherche doctorale

 

« Une iconographie des femmes noires dans la presse francophone »

Virginie Sassoon est auteure de l’ouvrage issu de sa thèse de doctorat intitulé Femmes noires sur papier glacé (INA, « Médias essais », Bry-sur-Marne, 2015). Elle est également responsable du pôle formation du CLEMI (Le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information) et vice-présidente du Club du XXIème siècle.

 

Pause de 15 minutes

 

Animation de la discussion autour du travail de recherche de Virginie Sassoon et de la question des représentations médiatiques des femmes noires avec les personnes présentes dans la salle.

 

Présentation des médias numériques (20 minutes chacun)

« Nothing but the wax » par ses fondatrices Chayet Chiénin et Adama Anotho (http://www.nothingbutthewax.com) &

« L’afro le site » par ses fondatrices Adiaratou Diarrasoube et Dolorès Bakéla (https://lafrolesite.wordpress.com/)

Discussion à propos de ce que ces médias proposent comme reconfiguration des représentations médiatiques des femmes noires.

 

 

Discussion avec la salle et clôture de la séance par Emmanuelle Bruneel

 

Au plaisir de vous y retrouver nombreuses et nombreux !

 

Rendez-vous à 14h en salle 108 sur le Site Pouchet du CNRS – 59/61 rue Pouchet, Paris 17ème

 


En collaboration avec