Archives de catégorie : Non classé

« Ngozi Onwurah: The Forgotten Pioneer Of Black British Film »: A lire sur le site gal-dem

‘The Body Beautiful’ by Ngozi Onwurah. Image via BFI

« What these particular films do is firmly root racist abuses within a specific time and place in history, absolving viewers who exist outside of those times rom considering their own propinquity to the wider historical narrative. Onwurah’s work does not do this. Instead, she continuously draws links, across countries and continents, across time and space, of the expanding effects that colonialism has had on the black diaspora and racism to this day. She blurs fiction with fact, documentary with narrative, and performs a cross-cultural analysis of the deep-rooted scars that colonialism has left on the black diaspora. »

Article à lire sur ce lien: http://www.gal-dem.com/ngozi-onwurah-the-forgotten-pioneer-of-black-british-film/ 

Poste CDD mi-temps à pourvoir au Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir

Secrétariat comptable et administratif

 

Emploi culturel : description de l’entreprise et de ses activités

Créé en 1982 par Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder, le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, association d’intérêt général, conserve et diffuse la mémoire audiovisuelle des femmes (corps, travail, droits, sport, art, politique…). Le Centre valorise ses archives et les enrichit régulièrement.

Son équipe organise des projections régulières en salle de cinéma, des ateliers et projections en prison, anime également des ateliers de sensibilisation aux stéréotypes sexués et à l’égalité femme homme par l’éducation à l’image auprès de publics jeunes et adultes et un travail de recherche autour des archives avec des artistes. Le Centre possède plusieurs agréments  :  formation professionnelle, Education nationale et  Jeunesse et Sports.

 

Poste d’assistant.e administrati.v.e et comptable

Fonctions

  • Gestion financière et comptable  :
    Préparation des justificatifs comptables et des comptes annuels en lien avec la comptable
    Préparation des contrats de travail et de cession de droits d’auteur
    Envoi des décomptes de droits aux ayants droit des films du fonds
    Envoi des demandes de visa temporaires au CNC pour les projections, facturation du cinéma Le Luminor – Hôtel de Ville et du Forum des images
    Encaissement des chèques
    Gestion de la caisse
    Conception et actualisation du plan de trésorerie de l’association
    Enregistrement des factures payées et suivi
    Paiement des salaires
    Préparation des demandes de subvention et de financements privés
    Participation à la rédaction des demandes de subvention et de financements privés
    Conception des budgets prévisionnels par projets et pour l’association
    Préparation des bilans qualitatifs et financiers
  • Gestion administrative :
    Envoi des convocations aux Assemblées Générales et aux Conseils d’Administration
    Compilation et mise en forme des rapports d’activité
    Rédaction des procès verbaux des Assemblées Générales et des Conseils d’Administration
    Achats des fournitures hygiène et alimentaire
    Commande des fournitures bureautiques

Profil
Personne polyvalente aimant travailler en équipe
Expérience en gestion administrative et comptable dans le milieu associatif
Maîtrise d’Excel
Maîtrise de l’anglais
Expérience dans le secteur cinématographique et/ou audiovisuelle bienvenue

Prise de fonctions
4 septembre 2017.

Date limite de candidature :
Vendredi 30 juin 2017.

Lieu de travail :
Siège social du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, 28 place Saint Georges, 75009 Paris.

Informations complémentaires
CDD Mi-temps
Salaire : 1000 € brut par mois
6 semaines de congés payés
Disponibilité exceptionnelle en soirée lors des deux Conseils d’Administration et Assemblées Générales annuels.

Pour postuler
Envoyez un CV et une lettre de motivation à Nicole Fernandez Ferrer,
déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

Courriel : archives@centre-simone-de-beauvoir.com
Lien: http://www.jobculture.fr/emploi-culture/secretariat-comptable-administratif/

« To Exist is to Resist: Black Feminism in Europe » – Call for Chapters

« To Exist is to Resist: Black Feminism in Europe »

Call for Chapters

Why Black Feminism in Europe?

How might we theorise and practice Black feminism and womanism in Europe today? This is a provocative question for women of colour as our politics are too often erased from or misrecognised in the European imagination (Mirza 1997; Bilge 2013; Tomlinson 2013; Wekker 2016; Bassel and Emejulu forthcoming 2017). By ‘women of colour’ we mean women who experience processes of racialisation and hierarchies of gender, class, sexuality and legal status. Constructed as alien Others, women of colour exist in a contradictory state of invisibility—we are assumed to be absent from and irrelevant to European societies—or hypervisibility—we are presumed to be oppressed and passive and/or highly sexualised, angry and irrational. Across the political spectrum among ostensible allies, women of colour must struggle against our erasure and the debilitating constructions of ourselves that delegimitise our politics, interests and activisms. Furthermore, women of colour in Europe must negotiate the dominant discourses of racial, gender and intersectional politics of North American Black feminists and womanists that make it difficult to name and take action on our particular racialised, gendered and classed experiences in a European context.

Women of colour in Europe have always maintained critical spaces of analysis and activism based on our race, class, gender, sexuality and other categories of difference. Whether under the mantle of Black feminism, Afro-feminism, decolonial feminism or, increasingly in a European context, womanism, women of colour are undertaking creative resistances to and subversion of our institutionalised inequalities, to imagine radical new futures outside and against the neo-colonial frames and practices of contemporary Europe.

About the edited collection

Building on our successful one-day conference, Black Feminism, Womanism and the Politics of Women of Colour in Europewe organised in Edinburgh in 2016 and the follow-up conference taking place in Amsterdam in 2017, this edited collection will explore how women of colour:

  • Theorise Black feminism and womanism from European perspectives
  • Build and sustain activist spaces for survival and resistance
  • Challenge, subvert and transform socialist, feminist, populist and/or anarchist politics
  • Develop transnational alliances and intersectional and intergenerational coalitions for equality and social justice
  • Engage with creative practice as a means of activism and self-preservation

We have an agreement in principle from Pluto Press to publish this edited collection.

Deadlines

We seek 3,000-5,000 word chapters (including bibliography) in English from activists, practitioners, artists, students and scholars by Monday, 18th September 2017.

To discuss your potential contribution, please feel free to contact Akwugo Emejulu, a.emejulu [at] warwick [dot] ac [dot] uk.

 

 

Lien: https://toexististoresist.wordpress.com/

Le grand entretien : Léonora Miano, Littératures partagées (2/4) – A lire sur Diacritik

 

« Ce n’est pas sous la férule des colonisateurs que cette langue me fut inculquée. C’est celle que mes parents m’ont transmise petite fille, celle de nos échanges familiaux passés et présents. C’est donc une de mes langues, tout simplement, les autres étant le douala et l’anglais. Je ne l’ai jamais vraiment rattachée à la seule France, ni senti qu’elle m’était imposée. Si le français ne fut jamais pour moi la langue de la France métropolitaine, c’est parce que les programmes scolaires de mon pays l’utilisaient pour proposer la lecture de Molière, d’Aimé Césaire et de Richard Wright […]. La langue française a naturellement été mon premier passage vers Langston Hughes, Countee Cullen, James Baldwin et Chester Himes, bien avant qu’il me soit donné de lire ces auteurs dans leur langue. […]

Pour l’Afrique qui n’a pas encore osé affirmer ses droits sur son patrimoine colonial, qui peine encore à dire que cette langue est son trésor de guerre, qu’elle l’a payée rubis sur ongle et qu’elle ne la doit plus à quiconque, la francophonie semble encore n’être que l’instrument d’une fâcheuse infantilisation. On peut en donner comme exemple le fait que les littératures africaines ou caribéennes de langue française ne jouissent pas du même prestige que la grande littérature française.

Pourtant, il faudra peut-être un jour prochain que les Français aillent en Afrique, aux Antilles ou même en Haïti afin d’y réapprendre la langue de leurs pères, un peu comme Orphée descendant aux enfers pour chercher Eurydice. Dans le mythe grec, je crois me souvenir qu’Hadès retint la belle ? De même, le français pousse désormais à l’ombre des baobabs. Les lianes de la forêt équatoriale du Cameroun l’enserrent puissamment, et le fleuve Wouri n’a pas fini de s’en saisir pour imprimer la longue épopée de ceux qui peuplent ses rives. Allez donc le reprendre ! »

Entretien à lire ici: https://diacritik.com/2017/06/16/le-grand-entretien-leonora-miano-litteratures-partagees-24/

Hommage à l’oeuvre courte de Dominique Cabrera // Côté court au Magic Cinema de Bobigny. Projection de 5 films de Dominique Cabrebra suivie d’une conversation entre Dominique Cabrera et Julie Savelli – Le 10 juin à 20h

Le Magic Cinéma accueille une fois de plus une séance Hors les murs du Festival Côté court qui aura lieu du 7 au 17 juin. Cette soirée sera l’occasion de rendre hommage à l’oeuvre courte de Dominique Cabrera en proposant un programme de 5 courts métrages. La séance sera suivie d’une conversation entre Dominique Cabrera et Julie Savelli, enseignante chercheuse à l’université Montpellier 3.

 

****Le programme****

 

« Ce programme, dédié à l’oeuvre courte de Dominique Cabrera, est constitué de cinq films réalisés entre 1988 et 2013. En explorant différents régimes d’écriture – fiction, documentaire, autobiographie – il s’agira d’éprouver l’entièreté de la démarche cinématographique en même temps que sa singularité formelle.»
Julie Savelli

Ici là-bas
France / 1988 / 13 min

Rester là-bas
France / 1992 / 47 min

Réjane dans la tour
France / 1993 / 15 min

Ranger les photos
co-réalisation Laurent Roth / France / 2009 / 14 min

Goat Milk
France / 2013 / 12 min

 

****Infos et réservations****


Tarif : 3,50€
Réservations : 01 83 74 56 73
Magic Cinéma, à 2 pas du terminus de la ligne 5. Arrêt Bobigny Pablo Picasso

Toutes les infos sur Côté court : www.cotecourt.org

Magic Cinéma de Bobigny

Centre commercial Bobigny 2 – Rue du Chemin Vert, 93000 Bobigny, France

Mai 1967 à Pointe-à-Pitre : « Un massacre d’Etat » // Entretien avec Michelle Zancarini-Fournel pour L’Humanité

Il y a cinquante ans, en Guadeloupe, une manifestation ouvrière était réprimée dans le sang. Bilan officiel : huit morts. Bien plus en réalité. L’historienne Michelle Zancarini-Fournel revient sur cet épisode oublié de la France postcoloniale.

 

 

« L’indépendance de l’Algérie et la révolution cubaine ont eu lieu respectivement cinq ans et huit ans plus tôt. Le massacre de Pointe-à-Pitre intervient deux mois seulement après les émeutes qui se sont produites à Djibouti à la suite d’un référendum d’autodétermination. Là aussi, l’armée avait tiré à vue. En écho, dans les manifestations de mai 1967 en Guadeloupe, on scandait « Djibouti, Djibouti », pour rappeler les violences qui avaient eu lieu dans cet autre territoire français d’outre-mer. »

Lire l’article: http://www.humanite.fr/mai-1967-pointe-pitre-un-massacre-detat-636544

Lancement de la collection Période aux Éditions Amsterdam le 3 Juin à La Générale

Lancement de la collection Période aux Éditions Amsterdam

Dès 16h – entretiens publics avec :

• Étienne Balibar
• Sam/Marie-Hélène Bourcier
• Sebastian Budgen
• Stefan Kipfer
• Frédéric Lordon
• Stella Magliani-Belkacem
• Morgane Merteuil
• Olivier Neveux
• Matthieu Renault
• Jean-Marc Rouillan
• Claude Serfati
• Françoise Vergès

Dès 22h – soirée avec Claudiosaurus en DJ set et mix vidéo.

Cantine et bar sur place.

________________________________________
Depuis plus de 3 ans, la revue Période (revueperiode.net) mène un travail de publication, de traduction et de diffusion de textes théoriques issus de la tradition marxiste.

La revue s’inscrit dans une phase de redécouverte et de réappropriations du marxisme en France, d’un point de vue critique et ouvert.

Dans ce contexte, le revue a notamment mis au coeur de ses chantiers la publication des courants, auteurs et autrices non francophones, la (re)découverte de thématiques parfois sous-traitées dans le marxisme français (féminisme, antiracisme, études culturelles, écologie politique, questions esthétiques, opéraïsme, théories de la forme-valeur) et a enfin entrepris de revisiter des questions plus classiques liées à l’histoire du mouvement ouvrier ou à l’économie politique. Une collection Période a vu le jour aux Éditions Amsterdam avec la publication le 14 mars 2017 d’un ouvrage collectif : Pour un féminisme de la totalité.

 

Lien Facebook: https://www.facebook.com/events/1329772733738466/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%22null%22%7D

MAX JORGE HINDERER CRUZ, invité du séminaire SOMETHING YOU SHOULD KNOW: ARTISTES ET PRODUCTEURS AUJOURD’HUI le 10 mai à la MSH

 

Mercredi 10 mai 2017

De 19h à 21h à la MSH, 16-18 rue Suger 75006 Paris (Métro Odéon ou Saint-Michel)

La salle n’est pas ouverte avant 18h50.

Pour respecter les mesures de sécurité durant l’état d’urgence, il est
nécessaire de s’inscrire préalablement :
somethingyoushouldknow-request@ehess.fr.
Les portes seront fermées à 19h10.

For security measures, please register at this address if you wish to attend this event : somethingyoushouldknow-request@ehess.fr

No access without registration. The doors will close at 7.10 pm.

 

Ecrivain, chercheur, philosophe, traducteur spécialisé dans l’esthétique matérialiste, l’économie coloniale, la critique culturelle et l’histoire de l’art latino américain, le germano-bolivien Max Jorge Hinderer Cruz a été entre 2008 et 2011 l’un des trois commissaires de l’exposition “Principio Potosí” (principio signifiant en espagnol à la fois début et principe), présentée au musée Reina Sofia de Madrid et la Maison des cultures du monde de Berlin, avant les musées nationaux des beaux-arts (Museo Nacional de Arte) et d’ethnographie et de folklore (MUZEF) de La Paz. À travers quarante-deux œuvres (coloniales boliviennes, baroques espagnoles et contemporaines, l’exposition entendait montrer que “le capitalisme mondial et l’art moderne sont nés au XVII siècle à Potosí”, lorsque cette ville, scène primitive du capitalisme, comptait les mines les plus riches du monde et plus d’habitants que Londres ou Paris.
Depuis 2014, il est l’un des membres fondateurs du séminaire public Micropolíticas de São Paulo et coordinateur du P.A.C.A. (programme pour une action culturelle autonome avec  Suely Rolnik, Amilcar Packer et Pedro Cesarino).
Max Jorge Hinderer Cruz est l’auteur de Hélio Oiticica and Neville D’Almeida: Block-Experiments in Cosmococa—Program in Progress (MIT Press/Afterall Books, 2013 – avec Sabeth Buchmann) et il a coédité de nombreux ouvrages, dont Art and the Critique of Ideology After 1989 (KUB/Walther Koenig, 2014 – avec Eva Birkenstock et al).
Max Jorge Hinderer Cruz vit et travaille à Rio de Janeiro.

 

[EN] Max Jorge Hinderer Cruz is a Bolivian-German writer, editor, and philosopher specializing in materialist aesthetics, colonial economy, cultural critique and the history of Latin American art. Since 2014 he has been a founding member of São Paulo’s Seminário Público Micropolíticas and co-coordinator of P.A.C.A. (Program for Autonomous Cultural Action). Between 2008 and 2011 he was co-curator of the exhibition and publication project Principio Potosí (The Potosí Principle), presented at Museo Reina Sofía, Madrid; Haus der Kulturen der Welt, Berlin; and Museo Nacional de Arte / MUSEF, La Paz. He is the author of the book Hélio Oiticica and Neville D’Almeida: Block Experiments in Cosmococa—Program in Progress (MIT Press/Afterall Books, 2013 – together with Sabeth Buchmann) and co-editor of several volumes, including Art and the Critique of Ideology After 1989 (KUB/Walther Koenig, 2014 – together with Eva Birkenstock et al). Hinderer Cruz lives and works in Rio de Janeiro.

Programmation et prochains rendez-vous sur ce site ou par abonnement à la newsletter : somethingyoushouldknow-request@ehess.fr

Pour regarder les séminaires antérieurs : http://www.vimeo.com/sysk/

Séminaire conçu et organisé par Patricia Falguières, Elisabeth Lebovici et Natasa Petresin-Bachelez et soutenu par la Fundación Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte.

Documentaire « Audre Lorde (1934-1992) Poète guerrière » sur France Culture

Poète noire, féministe, lesbienne, mère, guerrière, Audre Lorde n’a cessé de combattre, dans sa vie, et à travers ses textes, le racisme, le sexisme, l’homophobie et toutes formes d’injustices sociales.

 

Lien: https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre/audre-lorde-1934-1992-poete-guerriere?platform=hootsuite

Les universités d’Angers, de Bretagne Occidentale, du Maine, de Nantes et de Rennes 2 (en partenariat avec Rennes 1), se sont associées pour créer un master Etudes sur le genre

Les universités d’Angers, de Bretagne Occidentale, du Maine, de Nantes et de Rennes 2 (en partenariat avec Rennes 1), se sont associées pour créer un master Etudes sur le genre.

Entièrement dispensé à distance, il fait intervenir 80 enseignant-e-s chercheur-e-s des universités de l’Ouest spécialistes de ces questions. Pluridisciplinaire, il accueille des étudiant-e-s aux profils variés, en formation initiale ou en formation continue. Le Master 1 Etudes sur le genre co-accrédité par ces 5 universités ouvrira à la rentrée 2017 (30 places) et est commun aux deux parcours du Master 2. Dès 2018, les étudiant-e-s pourront suivre le parcours Corps et biopolitique puis, à partir de 2019, auront la possibilité de choisir entre ce parcours et le parcours Discriminations (une partie des enseignements sera mutualisée). Les modalités de candidature (fin de la campagne de recrutement le 15 mai 2017) sont précisées dans la plaquette d’information jointe à ce message.

Elle contient également la liste des directrices et directeurs de mémoire et le détail des enseignements. Une des originalités du master Etudes sur le genre repose sur la grande pluridisciplinarité de ses enseignements. Chaque UE thématique fait intervenir des disciplines différentes : histoire, sociologie, géographie, littérature, science politique, psychologie sociale, études cinématographiques, droit… Des ateliers méthodologiques pluridisciplinaires sont également conçus pour donner aux étudiant-e-s les outils nécessaires à la réalisation de leur mémoire (paléographie et archives, méthodes quantitatives et approches qualitatives, entretiens et observations, analyse de l’image…) et proposent des pratiques novatrices (performances de genre, creative writing, etc.) pour une meilleure appropriation des concepts liés au genre.

Des enseignements en anglais sont aussi l’occasion d’aborder les textes théoriques fondamentaux dans cette langue (UE Textes théoriques) et de questionner le genre dans les séries et films anglophones (UE Imaginaires, films, séries). Les enseignements seront intégralement dispensés à distance (EAD) via une plateforme Moodle consacrée au Master Etudes sur le genre, à l’exception de deux journées de regroupement organisées à Angers (semaine de rentrée du 25 septembre 2017) qui permettront de créer une dynamique collective et de nouer des liens entre enseignant-e-s et étudiant-e-s.

En dehors de ces temps en présentiel, les étudiant-e-s seront guidé-e-s tout au long de l’année par leurs enseignant-e-s grâce aux outils pédagogiques numériques du Lab’UA. Les cours seront ouverts chaque semaine et seront proposés sous forme de power point sonorisés, de vidéos, de cours écrits scénarisés ou encore de classes virtuelles. Les forums permettront des échanges entre étudiant-e-s et avec les enseignant-e-s au sein de chaque UE.

Lien: https://www.univ-rennes2.fr/…/Offre…/etudes_sur_le_genre.pdf


En collaboration avec