Sonia Wieder-Atherton: Interventions de la violoncelliste dans le cadre de l’exposition « Chantal Akerman : Maniac Shadows » le 19 février à la Ferme du Buisson

 

Sonia Wieder-Atherton

Interventions de la violoncelliste

dans le cadre de l’exposition « Chantal Akerman : Maniac Shadows »

dim 19 fév 2017 à 14h

Sonia Wieder-Atherton a composé la musique de plusieurs films de Chantal Akerman. La grandiose violoncelliste vient habiter l’exposition « Chantal Akerman : Maniac Shadows » pour y inscrire une présence discrète. En continu et en dialogue avec les oeuvres, elle interprète des soli intimes pour des petits groupes de spectateurs.

 

Sonia Wieder-Atherton est née à San Francisco, elle grandit à New York puis à Paris. À 19 ans, elle part vivre en URSS pour étudier avec la violoncelliste Natalia Chakhosvkaïa. Sonia Wieder-Atherton a toujours suivi une voie singulière, cherchant les images et les mots pour mieux convoquer la musique.

 

Jusqu’à ce qu’elle rencontre Sonia Wieder-Atherton, Chantal Akerman a toujours refusé de mettre ses films en musique mais voir la violoncelliste travailler, interpréter, chercher, repousser les limites de son jeu jusqu’à la mise en danger a été une révélation. S’ensuivront une vie commune et de multiples collaborations : Sonia Wieder-Atherton composera la musique de plusieurs films de Chantal Akerman et celle-ci la filmera à plusieurs reprises en concert, ou sur les routes d’Europe de l’Est à la recherche de ses origines musicales.

 

Aujourd’hui, Sonia Wieder-Atherton propose de venir habiter l’exposition avec son violoncelle. Tel un « 25e écran », elle vient inscrire une présence discrète dans l’une des salles d’exposition, en interprétant une série de solos à l’attention de petits groupes de spectateurs. En alternance et en dialogue avec les projections de Saute ma ville, les morceaux joués ici témoignent de l’importance grandissante de la musique dans le parcours de Chantal Akerman, et sont sélectionnés parmi ceux qu’elle aimait ou ceux composés par Sonia Wieder-Atherton pour ses films.

 

Lien: http://www.lafermedubuisson.com/programme/interventions-de-la-violoncelliste-sonia-wieder-atherton

 

La Ferme du Buisson – Scène nationale Centre d’art Cinéma

Allée de la Ferme, 77186 Noisiel, France

Christine Bard est invitée de l’émission La Marche de l’Histoire sur France Inter pour la sortie du Dictionnaire des Féministes

Christine Bard pour Le Dictionnaire des Féministes dans « La Marche de l’Histoire » sur France Inter à écouter ici: https://www.franceinter.fr/emissions/la-marche-de-l-histoire/la-marche-de-l-histoire-15-fevrier-2017

 

« C’est une constante du féminisme : le souci de documenter…

 

Marguerite Thibert, dès les années 1920, impressionnait ses interlocuteurs par sa détermination. C’était la femme des superlatifs : couverte de diplômes de pied en cap, fonctionnaire de haut niveau au Bureau International du travail, voyageuse infatigable. Elle témoigne de l’importance dans la première vague du féminisme, d’un féminisme d’expertise qui luttait pied à pied pour les droits civils en contrepoint du mouvement plus spectaculaire qui revendiquait les droits civiques.

 

Consciente de la nécessité de laisser des traces, Marguerite Thibert a pris soin d’organiser ses archives. C’est une constante du féminisme : le souci de documenter. Modeste sténodactylo, Marie-Louise Bouglé rentrait chez elle tous les soirs avec de nouveaux volumes, de nouveaux documents qu’elle mettait en fiches puis à la disposition du public le soir à son domicile. Elle s’épuisa à cette tâche. Marguerite Durand, qui dirigea La Fronde, journal entièrement dirige, rédigé et composé par des femmes, laissa pareillement une immense bibliothèque spécialisée qui entendait prouver la valeur intellectuelle de l’activité des femmes. Ces deux fonds, Bouglé et Durand, ont été légués à la Ville de Paris qui les gère et tente de les amplifier. Plus récemment a été créé à Angers par Christine Bard un ambitieux Centre des archives du féminisme.

 

Bref, le mouvement contemporain des femmes a de la mémoire. Il aurait pu ne puiser qu’à ses sources des années 60-70 qui sont d’abord américaines et radicales. Au contraire, il cherche honnêtement à faire leur part à tous les courants qui l’ont peu à peu nourri, les moins visibles comme ceux qu’on croit connus. En témoigne le grand Dictionnaire des féministes, exemplaire par son honnêteté, qui paraît aujourd’hui. »

 

Speaking Feminisms | 3rd Exercise with Giovanna Zapperi | in Berlin February 14th

SPEAKING FEMINISMS – a series in preliminary excercises

Third Exercise with Giovanna Zapperi on Carla Lonzi – The Making of a Feminist Subject

SAVVY Contemporary

Plantagenstraße 31, 13347 Wedding, Berlin

February 14, 2016 | 6pm

Free entrance – donations welcome

 

Jacqueline Vodoz, Carla Lonzi with a friend, mid-1970s © Fondazione Jacqueline Vodoz e Bruno Danese, Milano.

 

[Do you want to bring your kids? We will provide a self-organized child care. If interested please send an email until Monday FEBRUARY 13 to communications@savvy-contemporary.com with subject line child care and tell us the age of your kid(s). The child care will cost a small fee, the amount of which will depend on the number of children.]

 

Third Exercise with Giovanna Zapperi on Carla Lonzi
The Making of a Feminist Subject

 

In this exercise, art historian Giovanna Zapperi will discuss her recent book ‘Carla Lonzi. Un’arte della vita’ (english: ‘Carla Lonzi. The Art of Life’) on the contemporary legacy of one of the most radical Italian feminist, Carla Lonzi, which will be published soon in Italy by Derive e Approdi.


Lonzi was an Italian writer and art critic, feminist, theorist of the self-consciousness and of the sexual diversity. She was one of the founders of the women’s group Rivolta Femminile which placed self-awareness of women and gender difference at the center of their departure.Two of her seminal texts are ‘Sputiamo su Hegel’ (Let’s Spit on Hegel, 1970) and ‘La donna clitoridea e la donna vaginale e altri scritti’ (The Clitoridian Woman and the Vaginal Woman, and Other Writing, 1974).

 

In an interview with the series’s co-curator Federica Bueti, Giovanna Zapperi tries, with hesitation, to answer the difficult question who Carla Lonzi is:


« I don’t think I have a definitive answer to this question, perhaps because Lonzi spent all her life trying to escape the very idea that one can be subject to definitions. I would say that Carla Lonzi was an Italian art critic, a feminist, a writer, and a poet. And yet, as someone who struggled against such categories and their power to reduce life to a sum of roles and identities, my own attempt to define her activity will inevitably remain provisional and incomplete. Lonzi experimented with ways of writing “differently” in the context of 1960s-1970s Italian culture, when the country’s social structures were shaken by a growing political contestation — from the workers strikes in the 1960s, to the 1968 revolts, and the autonomous movements that emerged throughout the 1970s — and, of course, a mass feminist movement. She wanted to undo the roles linked to her oppression, while constantly trying to articulate her subjective experience within a collective endeavor. »

 

Read the full conversation here: makhzin.org/issues/feminisms/finding-resonances-with-carla-lonzi


Giovanna Zapperi is an art historian and critic based in Paris where she received her doctorate from the École des hautes études en sciences sociales (EHESS) in 2005. Her work examines the interrelation of art criticism, visual culture and feminism. Her critical essays have been published widely, including in Les Cahiers du MNAM, Histoire de l’Art, Perspective, Oxford Art Journal, Kritische Berichte, Parachute, Feminist Review. Her dissertation on Marcel Duchamp received the City of Paris Award for Gender studies, and was published in 2012. From 2005 to 2009, she was on the editorial board of the journal Multitudes; from 2007-2009, a visiting Rudolf Arnheim Professor at the Humboldt University in Berlin; and in 2009, a research fellow at the Institute of Advanced Studies in Nantes. In 2010, She became a faculty member of the École Nationale Supérieure d’Art in Bourges, where she teaches history and theory of contemporary art. From 2014–15, she was a fellow at the French Academy in Rome (Villa Medici) where she began working on her book on the criticism and art historical work of radical Italian feminist Carla Lonzi (1931–1982).

 

On SPEAKING FEMINISMS:


How does the meaning of ‘feminism’ change in different contexts and times? And, what can we learn from historical feminist practices? “Feminism”, Yemisi Aribisala writes, “cannot be globally defined because Pangaea broke into pieces 250 million years ago and many wild waters and hazardous bush must be traversed to evangelise my kind of savage. The world is not one.” On the other hand, Science-fiction writer Octavia Butler describes it in terms of the act of writing yourself into the world: “You got to make your own worlds. You got to write yourself in it.”

 

How do we – women, men, transgender, not-men – write ourselves into the world? And, how do we unwrite an already written page? How do we imagine a different language, another collective politics from the perspective of feminist practice today? When vulnerable communities continue to be threated by racism, xenophobia, acts of bullyism, and violence against women, gay and trans-people, we feel the urge to address these and other questions in an attempt to mobilise and develop new feminist politics and practices.

 

For this series of preliminary exercises, our point of departure is the acknowledgement of a deep, and we hope productive, disagreement on the meaning of and the contemporary valence of this term. Perhaps this is already what feminism is about, a form of collective non-alignment. Through a series of performative events, talks and workshops, SPEAKING FEMINISMS enacts the multiple histories, struggles, and voices that define ‘feminism’ as both a practice and a concept.


The series is curated by Elena Agudio, Federica Bueti and Nathalie Anguezomo Mba Bikoro.

 

Lien: http://www.savvy-contemporary.com/

Découvrez MATILDA: une plateforme en ligne de ressources pédagogiques sur les thématiques de l’égalité entre les sexes

Lien: http://www.matilda.education/app/

 

 

Matilda c’est quoi ?

Plus de 80 vidéos, accompagnées de ressources pédagogiques, sur les thématiques de l’égalité entre les sexes, dans tous les domaines. Matilda c’est également une plate-forme collaborative qui permet d’échanger des idées, des questionnements et des réalisations.

 

Qui est Matilda ?

L’association v.ideaux est à l’initiative de ce projet. Matilda, née le 1er février 2017, a été conçue grâce à une équipe de plus de 50 personnes, réunion des compétences et de l’enthousiasme d’enseignant.e.s de l’école primaire, collège, lycée, université, de vidéastes, musiciennes, professionnelles du numérique, et d’associations.

 

Matilda a été soutenue par qui ?

Département du développement et de la diffusion des ressources numériques ainsi que par la Direction générale de l’enseignement scolaire du Ministère de l’Éducation nationale, le Ministère de la Culture, et le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes.

 

Une plate-forme vidéo éducative sur l’égalité des sexes est-elle encore nécessaire au 21e siècle ?

Les femmes et les hommes représentent une part presque égale de la population. Il semble légitime de vouloir que l’espace soit partagé de façon égale aussi, que ce soit au niveau économique, culturel, intellectuel, symbolique, spatial, domestique. Il faudrait pour cela sans doute que les droits de l’homme deviennent enfin les droits des êtres humains. Il faudrait aussi que le sexe biologique reprenne sa place, comme simple partie du corps, sans surdéterminer les rôles des un.e.s et des autres dans la société. Ainsi les filles et les garçons pourraient se projeter librement dans tous les champs des savoirs et des pratiques.

 

L’égalité, on en parle beaucoup. Beaucoup la souhaitent et pourtant, dans les faits, les résistances sont grandes. Pourquoi ?

Est-ce simplement un défaut d’imagination, empêchant de se projeter dans un ailleurs qui n’existe pas encore ? Un manque d’optimisme : comment changer ce qui est ancré si profondément et depuis si longtemps ? Ou la difficulté d’admettre que vouloir l’égalité, c’est aussi accepter de renoncer à certains avantages ?

 

Notre avenir ?

Matilda croit dans le pouvoir de l’imagination, de l’optimisme et dans le sens de la justice des êtres humains. C’est donc muni.e.s de ces trois « pouvoirs magiques » que nous vous invitons à rentrer dans l’univers de Matilda avec vos classes (ou autres), à vous approprier nos vidéos et les outils qui les accompagnent (scénarios pédagogiques, quiz, etc.). Cette plate-forme est une co-construction ; nous comptons sur vous pour enrichir ce projet de vos idées et de vos créations dans l’espace collaboratif qui vous est dédié.
Les jeunes seront les citoyen.n.e.s de demain. L’école n’est-elle pas là pour leur donner les outils et les forces d’être elles-mêmes/eux-mêmes et les capacités de construire un monde juste où il ferait bon vivre ? Matilda aimerait, à son niveau, y contribuer avec vous.

 

Et pour finir: d’où vient le nom de Matilda ?

Du souhait de créer un antidote à l’effet Matilda, qui désigne communément, le déni ou la minimisation systématique de la contribution des femmes à la recherche (en particulier scientifiques), dont les découvertes sont souvent attribuées à leurs collègues masculins. Son nom vient de la militante des droits des femmes américaine Matilda Joslyn Gage, qui a, la première, observé ce phénomène à la fin du XIXe siècle. Cet effet a été mis en lumière en 1993 par l’historienne des sciences Margaret W. Rossiter.

 

Remerciements

A toutes celles et tous ceux qui ont transmis leur expérience via Matilda, qu’elles/ils viennent de l’enseignement, de la recherche ou du monde associatif et à tout.e.s nos partenaires.

 

Lien: http://www.matilda.education/app/mod/page/view.php?id=194

Appel à projets bourses doctorales et post-doctorales 2017 « Histoire des femmes juives en France (1939-années 1950) »

La Fondation pour la Mémoire de la Shoah, en partenariat avec l’Institut Emilie du Châtelet, propose des bourses sur l’histoire des femmes juives en France.

 

«HISTOIRE DES FEMMES JUIVES EN FRANCE PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE ET DANS LE LONG APRES-GUERRE»

 

 

 

La Fondation pour la Mémoire de la Shoah, en partenariat avec l’Institut Emilie du Châtelet, propose une bourse doctorale et une bourse post-doctorale pour des recherches portant sur l’histoire des femmes juives en France pendant la Seconde guerre mondiale et dans le long après-guerre (1939-fin des années 1950).

Les bourses s’adressent à des étudiant-es français·es ou étranger·ères, inscrit·es en thèse ou rattaché·es à une équipe de recherche.
Accordées pour une année, elles peuvent être reconduites sur demande.

Les dossiers de candidature sont à télécharger sur le site de la FMS : OBTENIR UN DOSSIER

Date limite de candidature : 1er avril 2017

Les dossiers sont à envoyer à la :

Fondation pour la Mémoire de la Shoah
Programme « Histoire des femmes juives en France »
10 avenue Percier
75008 Paris

Pour tout renseignement, contacter :
Régine Socquet
COURRIEL
tél. 01 53 42 63 27

 

Lien: http://www.institutemilieduchatelet.org/appels-projets-fms

« Atoubaa »: un très beau site à découvrir et à suivre sur les expériences et créations de femmes noires

https://www.atoubaa.com/

 

Manifeste:

 

« Atoubaa est né d’un besoin de se voir, de s’observer, de documenter des présences continuellement ignorées. Ce blog à l’origine, qui porte le nom de la mère de notre rédactrice en chef, est un hommage à ces expériences qui ont rendu les nôtres possibles, mais aussi une exploration de la créativité des femmes noires. Comment s’expriment-elles? Comment se représentent-elles? Qui sont les sujets de leur art? Chercher dans les arts visuels était une réponse à ces questions, une réponse qui est très vite devenue incomplète.

 

Notre créativité ne peut se limiter à une expérience digitale et visuelle. Elle se matérialise également dans la littérature, la musique, l’espace physique et définit notre manière de voir le monde. Encourager ces expressions multiples passe par la création d’une plateforme qui comprenne l’importance de laisser des traces. Un espace qui puisse agir comme une intersection du passé, présent et futur. Ce qui nous motive est de donner une plateforme à ces femmes qui ont une voix mais qu’on refuse d’entendre.

 

Atoubaa veut être cette galerie virtuelle où se mêlent art, culture et bien être, vus par des femmes noires. »

 

https://www.atoubaa.com/

Derniers jours de l’exposition « CHANTAL AKERMAN – MANIAC SHADOWS » à La Ferme du Buisson (Noisiel)

Chantal Akerman – Saute ma ville, 1968

 

« Auteure de films inoubliables, Chantal Akerman est une artiste et cinéaste majeure de ces 40 dernières années. Cette exposition-hommage met en regard films historiques et installations récentes pour témoigner de son influence sur l’art contemporain.

Chantal Akerman est internationalement reconnue comme l’un des cinéastes les plus importantes de l’histoire. Pendant 40 ans, elle a navigué librement dans le champ du cinéma : du long métrage de fiction au documentaire, de la comédie au drame, en passant par l’installation vidéo. Si son influence sur les réalisateurs les plus renommés n’est plus à démontrer, l’héritage de son travail dans les arts plastiques est moins connu et tout aussi important.

A travers ses nombreux projets, Akerman a ouvert une brèche entre réalité et fiction, film narratif et expérimental, histoire et mémoire que les artistes explorent de plus en plus. Son approche singulière des questions de frontières, de déplacement, de racisme, d’identité, de relation entre espace personnel et public, convoquant une réinvention des possibilités de l’image cinématographique, du regard, de l’espace et de la performance, a été déterminante pour l’évolution des arts visuels.

Le centre d’art présente l’une de ses toutes dernières installations vidéo multi-écrans. Sur des images filmées, partiellement en direct, dans ou depuis ses appartements à Paris, Bruxelles ou New York, entre ici et là-bas, intérieur et extérieur, on l’entend lire des lettres à sa mère où elle contemple sa vie et le monde. Si proche et pourtant si lointaine… Maniac Shadows constitue le cœur de cette exposition qui témoigne de l’extraordinaire actualité de ce travail et de l’influence majeure qu’il exerce aujourd’hui sur une grande variété de pratiques artistiques contemporaines. »

 

Lien: http://seine-et-marne.fr/…/P…/CHANTAL-AKERMAN-MANIAC-SHADOWS

Projection du film « Cerveaux mouillés d’orages » de Karine Lhémon le 14 février au Forum des Images en présence de la réalisatrice et des héroïnes du film

 

Lien: http://www.forumdesimages.fr/les-programmes/100-doc-saison-2016-2017/centre-audiovisuel-simone-de-beauvoir-cerveaux-mouilles-dorages

« La blague, c’est qu’à nous deux, on a un cerveau entier ! » Ainsi s’exprime Hélène à propos de son couple singulier avec Laurence. Entre Toulouse et l’Ardèche, elles cultivent leurs passions : Hélène le jardin et la campagne, Laurence – alias Cocopirate – la musique et la peinture. Deux femmes qui conjuguent force, complicité, amour et liberté. Karine Lhémon présente son premier documentaire, l’histoire d’amour hors normes d’un couple de femmes en situation de handicap.

 

21h au Forum des Images (Paris)
Séance suivie d’un débat avec Karine Lhémon et les héroïnes du film.
Film présenté en VOST pour sourds et malentendants dans une salle accessible à un public en situation de handicap.

Soutien à Pinar Selek, pour un acquittement définitif: Signez la pétition

Signez la pétition ici: https://www.change.org/p/soutien-%C3%A0-pinar-selek-pour-un-acquittement-d%C3%A9finitif

 

 

La Turquie poursuit sa guerre contre la pensée : le procureur de la Cour suprême demande l’annulation de l’acquittement de Pinar Selek

 

Injustement accusée de terrorisme, acquittée à quatre reprises, la sociologue et écrivain Pinar Selek subit depuis 19 ans une véritable torture judiciaire. Aujourd’hui, le 25 janvier 2017, le procureur général de la Cour suprême turque demande l’annulation de la quatrième décision d’acquittement prononcée en 2014 sans aucune nouvelle preuve, ni aucun nouvel élément. Ce nouvel appel, visant à intimider tous ceux qui osent critiquer un système basé sur la violence et la répression, est une menace pour Pinar Selek exilée en France depuis 2011 et pour sa famille en Turquie. Une menace pour la liberté de conscience et d’expression.

 

Née en 1971 à Istanbul, Pinar Selek est la petite-fille d’Haki Selek, pionnier de la gauche révolutionnaire, et la fille d’Alp Selek, défenseur des droits de l’Homme et avocat. Elle obtient en 1997 un DEA de sociologie à l’université de Mimar Sinan d’Istanbul. Ses travaux portent sur les rapports de domination et la violence. Elle s’engage aux côtés des exclus de la République turque (femmes, enfants des rues, sans domicile fixe, transsexuels, antimilitaristes…). Parallèlement, elle entame des recherches sur la question kurde et effectue plusieurs voyages au Kurdistan, en France et en Allemagne pour réaliser des entretiens.

 

En juillet 1998, elle est arrêtée par la police. Incarcérée pour complicité avec le PKK, elle est torturée car elle refuse de livrer les noms de ses interlocuteurs. Elle apprend en prison qu’elle est inculpée pour attentat terroriste après l’explosion d’une bombe au marché aux épices d’Istanbul. L’accusation repose sur un unique témoignage arraché sous la torture. Plusieurs rapports d’experts certifient qu’il s’agit d’une explosion accidentelle due au gaz. Mais Pinar Selek passera deux ans et demi en prison. Durant cette période, elle écrit beaucoup mais tous ses textes sont confisqués. Elle s’associe à la « révolte des prisons », un vaste mouvement des détenus en lutte contre la mise en isolement des prisonniers politiques. Un réseau de solidarité réunissant de nombreux avocats et intellectuels se met en place. Libérée en 2000, elle continue à lutter et écrire. En 2009, une nouvelle décision de la Cour suprême la pousse à quitter le pays. Exilée en Allemagne puis en France pendant que se poursuit son interminable procès en Turquie, elle devient en 2013 docteur honoris causa à l’École Normale Supérieure de Lyon et obtient en 2014 un doctorat en sciences politiques à Strasbourg. Aujourd’hui, elle enseigne à l’Université Sophia-Antipolis de Nice.

 

Un procès kafkaïen : Pinar Selek est relaxée en décembre 2000 mais le ministère de l’Intérieur et le département de la police d’Istanbul protestent et versent au dossier un nouveau rapport insistant sur le caractère criminel de l’explosion. C’est le début d’un procès interminable.
2006 : 1er acquittement, la cour d’Assises acte la non existence de preuves matérielles.
2007 : Appel, le procureur demande la condamnation aggravée à perpétuité.
2008 : 2e acquittement.
2009 : 2e appel du procureur. L’affaire est renvoyée devant une nouvelle Cour d’assises.
2011 : 3e acquittement.
2012 : La Cour annule son propre acquittement, une procédure inédite dans l’histoire du droit.
2013 : La Cour condamne Pinar Selek à la prison à perpétuité et émet un mandat d’arrêt. Ses avocats contestent la légalité de la décision.
2014 : 4e acquittement après annulation de la condamnation. 4e appel.
2017 : le 25 janvier, le procureur général de la Cour Suprême publie son réquisitoire après trois ans de silence : il demande une condamnation à perpétuité.

 

La décision tombera un jour prochain, décidée par des juges qui se seront réunis à huis clos, sans avocat ni observateur. Pinar Selek est le symbole d’une Turquie résistante qui doit continuer à penser, à créer, malgré la répression. Nous sommes inquiets de la tournure dangereuse que prend ce procès, en particulier compte tenu du climat politique tendu en Turquie.

 

Nous devons continuer à soutenir et protéger Pinar Selek.
L’acquittement doit être définitivement confirmé par le gouvernement turc.


En collaboration avec