Séance spéciale du ciné-club le 7ème genre « Drôle de Félix » (2000) en présence des réalisateurs Olivier Ducastel et Jacques Martineau le 29 juin (Paris)

 

Séance spéciale le jeudi 29 juin à 20h30 au Brady autour Drôle de Félix (2000) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, en présence des réalisateurs. 

Soirée en partenariat avec la mairie du 10e arrondissement de Paris, dans le cadre de la Journée mondiale des réfugiés LGBT et de la Marche des Fierté.

 

Drôle de Félix

Réalisé par : Olivier Ducastel et Jacques Martineau
Avec : Sami Bouajila, Pierre-Loup Rajot, Ariane Ascaride, Patachou

Durée : 1h37
Année : 2000

 

Félix vit à Dieppe. Un concours de circonstances lui permet de réaliser un projet ancien : aller à Marseille rencontrer son père qu’il ne connaît pas. Mais Félix est un peu romanesque : aux chemins de fer, il préfère les chemins de traverse et les voitures d’emprunt. Très vite, le charme du printemps naissant, les paysages et les rencontres ralentissent sa progression. Parti pour faire la connaissance de son père réel, c’est en fait une famille idéale que Félix se construit tout au long de son trajet : un petit frère, une grand-mère, un cousin, une soeur …

 

Lien: http://le7egenre.fr/seance-speciale-drole-de-felix/

Page Facebook de la projection: https://www.facebook.com/events/297161767397590/

Salon du livre lesbien le samedi 1er Juillet 2017 à Paris

Le Salon du Livre Lesbien (SLL) est une manifestation culturelle organisée par le Centre LGBT Paris-ÎdF. Né en 2012 de la volonté de valoriser et faire connaître la littérature lesbienne auprès d’un public plus large, il est en train de devenir un rendez-vous majeur de la scène littéraire.
 
Événement unique en France, le Salon du Livre Lesbien accueille une fois par an, en juillet, les autrices et les maisons d’édition dont les publications abordent des sujets à thématiques lesbiennes. Les autrices inscrites ont la possibilité de tenir un stand, de rencontrer le public, de dédicacer leurs ouvrages et de les mettre en vente par le biais de notre librairie partenaire. Les maisons d’édition pourront obtenir un stand pour la vente en direct de leurs publications, pourvu qu’elles s’inscrivent dans la thématique du Salon.
 
Le Salon du Livre Lesbien est également l’occasion pour le public de découvrir l’univers de la littérature lesbienne grâce à un large éventail d’activités : soirées, débats, conférences, expositions, rencontres avec les autrices et les maisons d’édition, performances, dédicaces, lectures… Le programme complet de l’événement et des soirées sera mis en ligne environ un mois avant chaque édition.
 
La 6e édition du Salon du Livre Lesbien aura lieu le samedi 1er juillet 2017, de 14h à 18h, dans les locaux de la Mairie du 3e arrondissement de Paris (2 rue Eugène Spuller). L’entrée au Salon est libre et gratuite. Retrouvez l’événement Facebook ici.
 
Plusieurs soirées thématiques viendront enrichir la programmation de cette cuvée 2017 ! Vous pourrez retrouver l’ensemble des événements créés dans le cadre du Salon un peu plus bas dans cette page, ou sur Facebook dans la page événements (https://www.facebook.com/pg/SLL2017/events/).

 

6e Salon du Livre Lesbien – Du 22 juin au 1er juillet 2017
Les autrices
Clémence Albérie Alpheratz Stéphanie Arc Sasha Be Marie-Jo Bonnet
Marie-Hélène Branciard CAB Léna Clarke Typhaine D Cristina Carmo Da Silva
Valérie Dureuil Rachel Easterman-Ulmann Nathalie Farnier Sylvie Géroux Marlène Jones
Cy Jung Marie-Eve Lacasse Julie Lezzie Manon Loisvaine Nancy Maurer
Fanny Mertz Edwine Morin Leslie Preel Isabelle B. Price Sophie Robert
Virginie Rousseau Emma Scott Aurélie Spiaggia Laura Trompette Lou Vernet

Lien: https://centrelgbtparis.org/salon-du-livre-lesbien

 

« ‘Perturbation, ma sœur’: Carole Roussopoulos activiste vidéo »: Rencontre autour de l’œuvre de Carole Roussopoulos avec Nicole Fernández Ferrer le 1er juillet 2017 à Paris

 

« ‘Perturbation, ma sœur’: Carole Roussopoulos activiste vidéo »:
Rencontre autour de l’œuvre de Carole Roussopoulos avec Nicole Fernández Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir le samedi 1er juillet 2017 à 15h à la Halle Saint Pierre, Paris:

« Perturbation, ma sœur* » : Carole Roussopoulos activiste vidéo.

par Nicole Fernández Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

Cherchez le trouble non pas comme manque de clarté mais comme perturbation, dérèglement de l’ordre établi, impétuosité d’une parole.
C’est ce que nous donne à voir et à entendre Carole Roussopoulos dans une sélection de ses vidéos des années 1970 à 2000 à travers des personnes engagées et des situations politiques agitées.
De la lutte des vétérans du Vietnam aux militant.e.s du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, de Jean Genet et Angela Davis aux femmes de LIP, des prostituées en grève aux Babouches chantantes, de Delphine Seyrig agitatrice féministe à la transmission de combats antiracistes et antinazis, Carole Roussopoulos dérange les idées reçues, bataille caméra vidéo féministe au poing et nous bouleverse.

Liste des films projetés intégralement :

Christiane et Monique, LIP 5 (30 min)
Genet parle d’Angela Davis (7min 30)
Il faut parler : portrait de Ruth Fayon (28 min)

Quelques extraits des films suivants seront présentés et commentés brièvement :

Le FHAR
SCUM Manifesto
Les vétérans du Vietnam
Flo Kennedy : portrait d’une féministe américaine
Les Babouches
Les Prostituées de Lyon parlent

*Avec l’aimable autorisation de Cathy Bernheim auteure du livre
Perturbation, ma soeur – Naissance d’un mouvement de femmes.
Editions du Seuil, 1983.
Réédition Le Félin-Kiron, 2010

INFOS PRATIQUES
Dans le cadre de l’exposition Grand Trouble :
la projection rencontre a lieu
à l’auditorium de la Halle Saint Pierre
2, rue Ronsard 75018 Paris
(Réservation conseillée : 01 42 58 72 89)

 

Lien: http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/2017/06/13/1er-juillet-a-15h-perturbation-ma-soeur-carole-roussopoulos-activiste-video/

 

Page Facebook de l’événement: https://www.facebook.com/events/289189231505605/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%22null%22%7D

« Ngozi Onwurah: The Forgotten Pioneer Of Black British Film »: A lire sur le site gal-dem

‘The Body Beautiful’ by Ngozi Onwurah. Image via BFI

« What these particular films do is firmly root racist abuses within a specific time and place in history, absolving viewers who exist outside of those times rom considering their own propinquity to the wider historical narrative. Onwurah’s work does not do this. Instead, she continuously draws links, across countries and continents, across time and space, of the expanding effects that colonialism has had on the black diaspora and racism to this day. She blurs fiction with fact, documentary with narrative, and performs a cross-cultural analysis of the deep-rooted scars that colonialism has left on the black diaspora. »

Article à lire sur ce lien: http://www.gal-dem.com/ngozi-onwurah-the-forgotten-pioneer-of-black-british-film/ 

Poste CDD mi-temps à pourvoir au Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir

Secrétariat comptable et administratif

 

Emploi culturel : description de l’entreprise et de ses activités

Créé en 1982 par Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder, le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, association d’intérêt général, conserve et diffuse la mémoire audiovisuelle des femmes (corps, travail, droits, sport, art, politique…). Le Centre valorise ses archives et les enrichit régulièrement.

Son équipe organise des projections régulières en salle de cinéma, des ateliers et projections en prison, anime également des ateliers de sensibilisation aux stéréotypes sexués et à l’égalité femme homme par l’éducation à l’image auprès de publics jeunes et adultes et un travail de recherche autour des archives avec des artistes. Le Centre possède plusieurs agréments  :  formation professionnelle, Education nationale et  Jeunesse et Sports.

 

Poste d’assistant.e administrati.v.e et comptable

Fonctions

  • Gestion financière et comptable  :
    Préparation des justificatifs comptables et des comptes annuels en lien avec la comptable
    Préparation des contrats de travail et de cession de droits d’auteur
    Envoi des décomptes de droits aux ayants droit des films du fonds
    Envoi des demandes de visa temporaires au CNC pour les projections, facturation du cinéma Le Luminor – Hôtel de Ville et du Forum des images
    Encaissement des chèques
    Gestion de la caisse
    Conception et actualisation du plan de trésorerie de l’association
    Enregistrement des factures payées et suivi
    Paiement des salaires
    Préparation des demandes de subvention et de financements privés
    Participation à la rédaction des demandes de subvention et de financements privés
    Conception des budgets prévisionnels par projets et pour l’association
    Préparation des bilans qualitatifs et financiers
  • Gestion administrative :
    Envoi des convocations aux Assemblées Générales et aux Conseils d’Administration
    Compilation et mise en forme des rapports d’activité
    Rédaction des procès verbaux des Assemblées Générales et des Conseils d’Administration
    Achats des fournitures hygiène et alimentaire
    Commande des fournitures bureautiques

Profil
Personne polyvalente aimant travailler en équipe
Expérience en gestion administrative et comptable dans le milieu associatif
Maîtrise d’Excel
Maîtrise de l’anglais
Expérience dans le secteur cinématographique et/ou audiovisuelle bienvenue

Prise de fonctions
4 septembre 2017.

Date limite de candidature :
Vendredi 30 juin 2017.

Lieu de travail :
Siège social du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, 28 place Saint Georges, 75009 Paris.

Informations complémentaires
CDD Mi-temps
Salaire : 1000 € brut par mois
6 semaines de congés payés
Disponibilité exceptionnelle en soirée lors des deux Conseils d’Administration et Assemblées Générales annuels.

Pour postuler
Envoyez un CV et une lettre de motivation à Nicole Fernandez Ferrer,
déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

Courriel : archives@centre-simone-de-beauvoir.com
Lien: http://www.jobculture.fr/emploi-culture/secretariat-comptable-administratif/

« To Exist is to Resist: Black Feminism in Europe » – Call for Chapters

« To Exist is to Resist: Black Feminism in Europe »

Call for Chapters

Why Black Feminism in Europe?

How might we theorise and practice Black feminism and womanism in Europe today? This is a provocative question for women of colour as our politics are too often erased from or misrecognised in the European imagination (Mirza 1997; Bilge 2013; Tomlinson 2013; Wekker 2016; Bassel and Emejulu forthcoming 2017). By ‘women of colour’ we mean women who experience processes of racialisation and hierarchies of gender, class, sexuality and legal status. Constructed as alien Others, women of colour exist in a contradictory state of invisibility—we are assumed to be absent from and irrelevant to European societies—or hypervisibility—we are presumed to be oppressed and passive and/or highly sexualised, angry and irrational. Across the political spectrum among ostensible allies, women of colour must struggle against our erasure and the debilitating constructions of ourselves that delegimitise our politics, interests and activisms. Furthermore, women of colour in Europe must negotiate the dominant discourses of racial, gender and intersectional politics of North American Black feminists and womanists that make it difficult to name and take action on our particular racialised, gendered and classed experiences in a European context.

Women of colour in Europe have always maintained critical spaces of analysis and activism based on our race, class, gender, sexuality and other categories of difference. Whether under the mantle of Black feminism, Afro-feminism, decolonial feminism or, increasingly in a European context, womanism, women of colour are undertaking creative resistances to and subversion of our institutionalised inequalities, to imagine radical new futures outside and against the neo-colonial frames and practices of contemporary Europe.

About the edited collection

Building on our successful one-day conference, Black Feminism, Womanism and the Politics of Women of Colour in Europewe organised in Edinburgh in 2016 and the follow-up conference taking place in Amsterdam in 2017, this edited collection will explore how women of colour:

  • Theorise Black feminism and womanism from European perspectives
  • Build and sustain activist spaces for survival and resistance
  • Challenge, subvert and transform socialist, feminist, populist and/or anarchist politics
  • Develop transnational alliances and intersectional and intergenerational coalitions for equality and social justice
  • Engage with creative practice as a means of activism and self-preservation

We have an agreement in principle from Pluto Press to publish this edited collection.

Deadlines

We seek 3,000-5,000 word chapters (including bibliography) in English from activists, practitioners, artists, students and scholars by Monday, 18th September 2017.

To discuss your potential contribution, please feel free to contact Akwugo Emejulu, a.emejulu [at] warwick [dot] ac [dot] uk.

 

 

Lien: https://toexististoresist.wordpress.com/

« Khadija Saye: artist on cusp of recognition when she died in Grenfell »: A lire sur le site du Guardian

Khadija Saye, who has been named as a victim of the Grenfell Tower fire, had met with an influential gallery director only a day before her death. Photograph: Daffyd Jones/PA https://www.theguardian.com/uk-news/2017/jun/17/khadija-saye-artist-was-on-cusp-of-recognition-when-she-died-in-grenfell?CMP=share_btn_tw

 

« Work of Khadija Saye, who died in Wednesday’s fire, was being exhibited at Venice Biennale and had caught eye of influential director »

 

« The day before she died, Khadija Saye had met an influential gallery director who was blown away by the young artist’s work and wanted to meet her. After years of striving to create her work while studying and holding down a job as a care worker, it felt like her moment to shine had come. »

 

Lire l’article : https://www.theguardian.com/uk-news/2017/jun/17/khadija-saye-artist-was-on-cusp-of-recognition-when-she-died-in-grenfell?CMP=share_btn_tw

Le grand entretien : Léonora Miano, Littératures partagées (2/4) – A lire sur Diacritik

 

« Ce n’est pas sous la férule des colonisateurs que cette langue me fut inculquée. C’est celle que mes parents m’ont transmise petite fille, celle de nos échanges familiaux passés et présents. C’est donc une de mes langues, tout simplement, les autres étant le douala et l’anglais. Je ne l’ai jamais vraiment rattachée à la seule France, ni senti qu’elle m’était imposée. Si le français ne fut jamais pour moi la langue de la France métropolitaine, c’est parce que les programmes scolaires de mon pays l’utilisaient pour proposer la lecture de Molière, d’Aimé Césaire et de Richard Wright […]. La langue française a naturellement été mon premier passage vers Langston Hughes, Countee Cullen, James Baldwin et Chester Himes, bien avant qu’il me soit donné de lire ces auteurs dans leur langue. […]

Pour l’Afrique qui n’a pas encore osé affirmer ses droits sur son patrimoine colonial, qui peine encore à dire que cette langue est son trésor de guerre, qu’elle l’a payée rubis sur ongle et qu’elle ne la doit plus à quiconque, la francophonie semble encore n’être que l’instrument d’une fâcheuse infantilisation. On peut en donner comme exemple le fait que les littératures africaines ou caribéennes de langue française ne jouissent pas du même prestige que la grande littérature française.

Pourtant, il faudra peut-être un jour prochain que les Français aillent en Afrique, aux Antilles ou même en Haïti afin d’y réapprendre la langue de leurs pères, un peu comme Orphée descendant aux enfers pour chercher Eurydice. Dans le mythe grec, je crois me souvenir qu’Hadès retint la belle ? De même, le français pousse désormais à l’ombre des baobabs. Les lianes de la forêt équatoriale du Cameroun l’enserrent puissamment, et le fleuve Wouri n’a pas fini de s’en saisir pour imprimer la longue épopée de ceux qui peuplent ses rives. Allez donc le reprendre ! »

Entretien à lire ici: https://diacritik.com/2017/06/16/le-grand-entretien-leonora-miano-litteratures-partagees-24/

LOUD & PROUD 2017 : Le festival des musiques et cultures queer revient à la Gaîté Lyrique du 6 au 9 juillet 2017 !

4 jours de musiques et de cultures queer !

Ce festival questionne la représentation et la visibilité des minorités sexuelles dans la culture et entend redonner la priorité aux corps et aux identités queer en programmant, sur quatre jours de découvertes, des concerts, des ateliers, des performances, des rencontres et des projections.

 

La billetterie est ouverte !

Réservez votre pass 3 jours

Ou bien vos billets pour  :
Jeudi 6 juillet
Vendredi 7 juillet
Samedi 8 juillet

En accès libre pendant le festival

Retrouvez également pendant le festival en accès libre:

Jeux-vidéo queer au Centre de Ressources

Découvrir des jeux vidéo queer sélectionnés par La Gaîté Lyrique ou fabriqués par le collectif Le Reset en mode DIY.

Fanzines

Volumes #3 : Petit salon de revues queer et indépendantes

Le samedi 8 Juillet de 14h à 18h au Foyer Moderne

Projections en continu

Diaspora / Situations – Samedi 8 juillet au foyer historique
Un web-documentaire de Tarek Lakhrissi (France – 2016 – 48′)
Brefs portraits d’artistes et activistes minorisés qui décrivent leur rapport à leur corps et à leurs affects.

Bom-Bom’s dream – Pendant tout le festival à l’entre-foyer

Court métrage de Jeremy Deller & Cecilia Bengolea (France – 2016 – 12’48 »)
Une danseuse japonaise participe à un concours de dancehall jamaïcain.

Rythmasspoetry – Pendant tout le festival à l’entre-foyer
Court métrage de Jeremy Deller & Cecilia Bengolea (France – 2016 – 6’29 »)
Vidéo clip de rap avec danseuses dancehall dans une maison cossue de la banlieue lyonnaise…

Cabinet de témoignages filmés

Une caméra est installée : venez livrer vos témoignages, vos pensées, vos combats, vos victoires ! Parce que la mémoire est essentielle à notre histoire.

Le samedi 8 Juillet de 14h à 19h au 4ème étage

Visuels du festival par Sebastien Dolidon

 

PROGRAMME COMPLET SUR LE SITE DE LA GAITE LYRIQUE: https://gaite-lyrique.net/loud-proud-2017

 

 

 

 

 

 

CONCERTS:

 

MYKKI BLANCO + REBEKA WARRIOR + MOOR MOTHER + EASTER + SMERZ + YVES TUMOR

LOUD & PROUD

jeudi 6 juillet 2017 à 19h

AWARDS BALL : THE QUEER ICONS

LOUD & PROUD

vendredi 7 juillet 2017 à 19h

VENUS X + KIDDY SMILE (LIVE) + JENNIFER CARDINI + HONEY SOUNDSYSTEM + BIG DIPPER + CHINO AMOBI +TAMI T + DEENA ABDELWAHED (DJ SET)

LOUD & PROUD

samedi 8 juillet 2017 à 20h

Après-midi électro avec Venus X + guests DJ Sets

LOUD & PROUD

dimanche 9 juillet 2017 de 15h45 à 20h
PROJECTIONS:

Tom of Finland

Projection LOUD & PROUD

jeudi 6 juillet 2017 à 18h45

Un biopic intense retraçant l’histoire de l’artiste culte Tom of Finland et les événements qui ont influencé ses iconiques dessins homo-érotiques d’hommes musclés, désinhibés et fiers.

Aria

Projection LOUD & PROUD

vendredi 7 juillet 2017 à 18h45

Portraits croisés autour de la maternité, du désir d’enfant et du choix de la PMA en pleine Manif pour tous.

Images of Future Past

Projection LOUD & PROUD

samedi 8 juillet 2017 de 14h15 à 16h

Un programme de films d’aujourd’hui qui pensent demain à partir des images du passé.

Donna Haraway : Story Telling for Earthly survival

Projection LOUD & PROUD

samedi 8 juillet 2017 à 16h30

Un portrait drôle et attachant de Donna Haraway et son travail contre l’hégémonie de la vision masculine sur la nature et les sciences.

A Litany For Survival: the Life and Work of Audre Lorde

Projection LOUD & PROUD

dimanche 9 juillet 2017 à 14h15

Le portrait d’une poétesse américaine qui n’a jamais cessé de combattre les injustices sociales, et qui continue à inspirer toute une génération de femmes.

Liberté Folle : deux films d’Alexis Langlois

Projection LOUD & PROUD

dimanche 9 juillet 2017 à 15h45

Double projection de court-métrages réalisés par le jeune réalisateur français Alexis Langlois.

JUBILEE

Projection Loud & Proud x Le Tour du jour

dimanche 9 juillet 2017 à 17h45

Une satire de société imaginaire réalisée par le plus terroriste des réalisateurs gays, au cœur de l’été 1977.

RENCONTRES:

Rencontre avec Moor Mother

Rencontre LOUD & PROUD

jeudi 6 juillet 2017 à 18h45

Rencontre avec l’artiste pour parler musique, afrofuturisme et engagement politique.

Rencontre avec Elisabeth Lebovici

Rencontre LOUD & PROUD

vendredi 7 juillet 2017 à 18h30

Rencontre avec l’historienne autour de son ouvrage « Ce que le sida m’a fait, Art et activisme à la fin du XX ème siècle ».

Qu’à cela ne tienne ! – Explorations et expérimentations utopiques : Alice Carabedian

Conférence LOUD & PROUD

samedi 8 juillet 2017 de 14h30 à 15h30

Les images pour le dire (ou No One Leaves Delilah)

Rencontre LOUD & PROUD

samedi 8 juillet 2017 à 15h30

Une performance autour de l’amitié et des identités minorisées avec Tarek Lakhrissi et Lalla Kowska Régnier.

Made by trans vs made by others : réflexions situées sur les représentations des trans dans les séries et le cinéma

Conférence LOUD & PROUD

samedi 8 juillet 2017 de 15h45 à 16h45

Transmettre nos histoires, un enjeu politique ?

Conférence LOUD & PROUD

samedi 8 juillet 2017 de 17h à 18h

« Décoloniser le Dancefloor »

Conférence dansante LOUD & PROUD

samedi 8 juillet 2017 de 18h30 à 19h30

Rencontre avec Todd Shepard

Rencontre LOUD & PROUD

dimanche 9 juillet 2017 à 15h

Rencontre avec l’écrivain américain Todd Shepard autour de son ouvrage « Mâle décolonisation ».

PROGRAMME COMPLET: https://gaite-lyrique.net/loud-proud-2017

« Enzo Traverso à gauche toute ! »: A écouter dans l’Heure Bleue avec Laure Adler sur France Culture

Dans « Mélancolie de gauche, la force d’une tradition cachée », l’historien des idées explique pourquoi la gauche devrait puiser dans la mélancolie une force pour se réinventer.

 

Entre la Commune et Mai 68, les révolutions ont toujours affiché une prescription mémorielle : conserver le souvenir des expériences passées pour les léguer au futur. Une mémoire  » stratégique « , nourrie d’espérance. Mais cette dialectique entre passé et futur s’est brisée, et le monde s’est enfermé dans le présent. Ce nouveau rapport entre histoire et mémoire permet de redécouvrir ce qu’Enzo Traverso, à la suite d’ Hannah Arendt, appelle une  » tradition cachée « , celle de la mélancolie de gauche, car elle n’est ni un frein ni une résignation, mais une voie d’accès à la mémoire des vaincus qui doit permettre à la gauche de prendre conscience d’un héritage impossible à refouler, et surtout d’un nécessaire travail de deuil, mais Enzo Traverso nous en dira beaucoup plus ce soir dans l’Heure Bleue.

 

Lien: https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-12-juin-2017


En collaboration avec